Avertir le modérateur

15/01/2018

La guerre des boutons

n

Merci a Xavier Delucq

 
Aucun texte alternatif disponible.
 

La guerre des boutons   la publication de Xavier Delucq.


 
The Dead Zone - Official Trailer : The Dead Zone pt 1 https://www.youtube.com/watch?v=Urkbs9mylg0 :  the best adaptation of a King novel ever! Donald Trump IS Greg Stillson! Scary


 

 The Dead Zone (1983 Comment ne pas voir en Greg Stillonun TrUMP ? Greg Stillson, candidat à la Maison-Blanche, est un fou criminel, grand admirateur de Hitler et d'autres maniaques de l'extermination. Quand il sera élu, ce sera l'Apocalypse. Un seul homme le sait : John Smith, car il est doué d'un étrange pouvoir qui lui attire pas mal d'ennuis, il devine l'avenir. Il n'y a rien de réjouissant à cela. Il peut prévoir les accidents, les catastrophes, les hécatombes. On ne le croit pas, ou alors on le croit trop.
John Smith n'a encore rien dit de ses prémonitions. Pourtant, le candidat à la présidence des États-Unis est un dément. Que fera John Smith pour son pays ? Lire aussi :   Comment Donald Trump pourrait gagner
 

Donald Trump in The Dead Zone - YouTube

 

ACCUEIL MONDE Fausse alerte au missile à Hawaï : Donald Trump, le «va-t-en guerre», premier responsable?

DIPLOMATIE L’archipel américain, à portée de missiles de la Corée du Nord, a vécu de longues minutes d’angoisse samedi matin...

 
 

 

  • Un vent de panique a secoué l’archipel d’Hawaï samedi lorsque la population a reçu un message d’alerte les invitant à se mettre à l’abri, dans l’imminence de l’arrivée d’un missile balistique.
  • Cette fausse alerte révèle l’état de tension qui existe dans l’archipel, parmi les territoires américains les plus proches de la Corée du Nord, alors que les tensions entre Donald Trump et Kim Jong-un s’aggravent.
  • La pression retombée, les critiques fusaient sur les réseaux sociaux à l’encontre de Donald Trump à qui on reproche, par ses invectives régulières, de mettre de l’huile sur le feu sur le dossier nord-coréen.

« YOU DID THIS ». Écrite en lettres capitales comme pour en accentuer la force, cette pique contre Donald Trump conclut le tweet au vitriol de Jamie Lee Curtis samedi matin. L’actrice américaine (True LiesUn poisson nommé Wanda) réagit au vent de panique générale qui a secoué l' État de Hawaï quelques minutes plus tôt, après que les habitants de l’archipel ont reçu sur leurs smartphones vers 8 h (19 h à Paris) un message d’alerte les prévenant de l’arrivée imminente d’un missile balistique. « Mettez-vous immédiatement à l’abri. Ce n’est pas un exercice », prévenait le message, lui aussi en lettres capitales.

 

This Hawaii missle scare is on YOU Mr. Trump. The real FEAR that mothers & fathers & children felt is on YOU. It is on YOUR ARROGANCE. HUBRIS. NARCISSISM. RAGE. EGO. IMMATURITY and your UNSTABLE IDIOCY. Shame on your hate filled self. YOU DID THIS!

 
 
« Votre arrogance, orgueil, narcissisme, rage, égocentrisme, immaturité »

S’ensuivra un vent de panique immortalisé par des vidéos postées sur les réseaux sociaux, puis un deuxième message, de longues minutes plus tard, prévenant d’une fausse alerte. « Quelqu’un a appuyé sur le mauvais bouton », expliquera ensuite en conférence de presse David Ige, le gouverneur de Hawaï.

L’incident se serait produit lors de la relève d’une équipe de l’EMA, l’agence locale de gestion des événements d’urgence, alors que les employés suivaient la procédure habituelle pour vérifier que le système était opérationnel. 

>> Lire aussi: Les deux Corées conviennent de tenir des négociations militaires pour abaisser la tension

Incident clos ? Pas tant que ça sur les réseaux sociaux. On en revient alors à Jamie Lee Curtis et à son tweet assassin à l’encontre de Donald Trump. « La crainte d’une attaque par missile à Hawaï est de votre faute M. Tump, lance l’actrice. La peur réelle que ressentent les mères, les pères et les enfants est de votre faute. C’est la cause de votre arrogance, orgueil, narcissisme, rage, égocentrisme, immaturité et votre idiotie. » L’acteur Jim Carrey, présent ce week-end à Hawaï où il possède une propriété, y est lui aussi allé de son message vindicatif. « Je me suis réveillé ce matin à Hawaï avec dix minutes à vivre. C’était une fausse alerte, mais un véritable avertissement psychique. Si nous permettons à ce Gomorra solitaire [Donald Trump] et à son congrès républicain corrompu de continuer à aliéner le monde, nous nous dirigeons vers de la souffrance au-delà de toute imagination. »

 

I woke up this morning in Hawaii with ten minutes to live. It was a false alarm, but a real psychic warning. If we allow this one-man Gomorrah and his corrupt Republican congress to continue alienating the world we are headed for suffering beyond all imagination. ;^

 

Hawaï sur les nerfs

Cette fausse alerte a réveillé des menaces tenaces qui pèsent au-dessus des Américains à mesure que la crise diplomatique entre Pyongyang et Washington s’aggrave. « La perception d’une menace nucléaire s’est accrue en 2017 aux Etats-Unis, commence Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), enseignant à Sciences Po Paris et spécialiste de la Chine et des deux Corées. Elle s’est accrue d’abord du fait du développement des capacités nucléaires nord-coréennes. » Comme il l’avait annoncé, Kim Jong-un a mené tout au long de l’année 2017 une série d’essais nucléaires et de tirs de missiles pour améliorer la force de frappe nucléaire de son pays. « La Corée du Nord a ainsi testé trois types de nouveaux missiles, lesHwasong-12, 14 et 15, reprend Antoine Bondaz. Les deux derniers, Hwasong-14 et Hwansong-15, sont de portée intercontinentale. Le dernier permet même à la Corée du Nord de frapper théoriquement l’ensemble du territoire américain. »

Rien ne dit que la Corée du Nord soit aujourd’hui en mesure de placer une ogive nucléaire sur ces missiles intercontinentaux. Quoi qu’il en soit, Hawaï, à « seulement » 7 500 kilomètres de Pyongyang et qui héberge une importante structure de commandement militaire, se prépare au pire depuis plusieurs mois. Le 29 novembre dernier, l’agence Reuters rapportait que l’archipel, qui compte un peu plus de 1,4 million d’habitants, avait remis en service une sirène d’alerte datant de la guerre froide et inactive depuis trente ans. Ce même système d’alarme qui aurait capoté ce week-end.

Des invectives « contre-productives »

Dans ce contexte, Donald Trump ne calme pas le jeu depuis son investiture à la tête de la présidence des Etats-Unis. « Lors de la campagne présidentielle, il avait pourtant déclaré qu’il inviterait Kim Jong-un à venir manger un burger à la Maison-Blanche, rappelle Juliette Morillot, historienne et experte de la péninsule coréenne, coauteur de La Corée du Nord en 100 questions (éditions Tallandier). Depuis, le discours a radicalement changé et Donald Trump ne cesse désormais d’invectiver la Corée du Nord et son dirigeant sur les réseaux sociaux. » Sur Twitter, Trump qualifie ainsi Kim Jong-un de « Little Rocket Man », et s’enorgueillissait le 2 janvier d’avoir lui aussi un bouton nucléaire « beaucoup plus gros et plus puissant » que celui de Kim Jong-un. « Et il fonctionne », avait-il précisé.

Ces réactions, que beaucoup diraient puériles, vont de pair avec la nouvelle stratégie que souhaite mettre en place Donald Trump dans le dossier nord-coréen. La politique de « patience stratégique », voulue par son prédécesseur Barack Obama et axée pour l’essentiel sur des sanctions économiques, n’a pas réussi à faire renoncer la Corée du Nord à son programme nucléaire. « Sous Obama, la Corée du Nord n’avait pas encore de missiles à portée intermédiaire et à portée intercontinentale, explique Antoine Bondaz. La perception de la menace n’était pas la même, les Etats-Unis n’avaient pas obtenu l’accord de la Chine et de la Russie pour durcir drastiquement les sanctions et, sans doute aussi, l’administration Obama n’a pas suffisamment pris au sérieux Kim Jong-un, tout jeune dirigeant lorsqu’il arrive au pouvoir en 2011. »

Donald Trump passe pour le « va-t-en guerre »

Depuis, Donald Trump a décidé de changer de braquet et d’opter pour une stratégie plus active mettant Pyongyang sous pression maximale. « Si elle est accompagnée d’un dialogue, cette stratégie pourrait fonctionner, estime Antoine Bondaz. Les Américains considèrent la Corée du Nord comme une menace directe pour leur territoire. » Voilà pour la stratégie officielle, celle de l’administration Trump. Reste à expliquer les invectives que le président américain lance régulièrement sur les réseaux sociaux. Là, Antoine Bondaz sèche. « Clairement, elles sont contre-productives, observe-t-il. Elles légitiment le régime de Pyongyang et inquiète une partie des alliés américains. » Juliette Morillot abonde dans ce sens : « En Corée du Sud, on s’inquiète moins de la Corée du Nord, menace à laquelle ils ont appris à faire face, qu’à Donald Trump et ses déclarations imprévisibles. C’est finalement plus Donald Trump que Kim Jong-un qui passe pour le va-t-en guerre. »

La fausse alerte à Hawaï en est l’illustration concrète. Sur les réseaux sociaux, une fois la pression tombée, des internautes posent la question : « Qu’est-ce qui est le pire ? Que Donald Trump soit plongé dans une partie de golf pendant que tout l’archipel était sous la menace d’une attaque ? Ou que tout le monde justement se félicite qu’il soit justement injoignable ? »

The Dead Zone - Greg Stillson - YouTube

THE DEAD ZONE 1983 STEPHEN KING FILM AUF DEUTSCH

 un lien.Donald Trump n’exclut pas une attaque nucléaire sur l’Europe Partager LESECHOS.FR

The Dead Zone Movie 1983 - full movie

01/01/2018

“Syrie : le cri étouffé”

n


n
 
À FORCE DE NOUS CHERCHER...
S'il continue dans ses délires autoritaires, c'est nous qui pourrions, un jour, lui faire goûter sa recette : par exemple, en l'obligant à chanter La révolte(2) en brandissant un drapeau noir...
... ou autre chose selon vos préférences !
"Libérons-nous de cette pourriture... donnons l'assaut au monde autoritaire !"

Georges moustaki- Sans la nommer
 

Ajouter cette vidéo à mon blog

Le Willem du jour

» Lire aussi - La Syrie accuse Israël d'avoir bombardé un site militaire près de Damas

Macron face au piège Assad en 2018 ( extrait de Jean-Pierre Filiu)

u américains auxquels il a imperturbablement survécu, malgré les tentatives des uns ou des autres pour le déstabiliser. Tel est le privilège des despotes face aux dirigeants démocratiquement élus. Les despotes peuvent à loisir massacrer, charcuter, éventrer, piller, énucléer, torturer, martyriser, et bien sûr violer. Un Assad ne bouge pas, il campe sur des positions inébranlables et il attend que la donne internationale lui soit plus favorable, tout en serinant la même antienne.

Celle du tyran de Damas a été rabâchée ad nauseam: il n’y aurait jamais eu de protestation populaire en Syrie, mais un complot « terroriste », animé de l’étranger, contre un régime légitime. Macron a offert à Assad, sans contrepartie à son « aggiornamento », la validation du coeur de la propagande de la dictature. Selon le président français, il n’y aurait pas à ce stade de « successeur légitime » à Assad et « la démocratie ne se fait pas depuis l’extérieur à l’insu des peuples ». Oubliés, les millions de Syriens qui ont tant souffert pour enraciner sur leur terre des institutions alternatives à « l‘Etat de barbarie » des Assad. En outre, comme toujours face à un système dictatorial, obsédé par sa seule survie, c’est le premier reniement qui compte. Et le régime Assad l’a empoché, en attendant les inévitables renoncements qui allaient le suivre.

UN RENIEMENT EN APPELLE TOUJOURS UN AUTRE

La stabilité, pas la démocratie, alors qu’une éventuelle « reconstruction » aux conditions d’Assad ne serait que la poursuite par d’autres moyens de la guerre inexpiable qu’il mène à son propre peuple. La plus récente évolution a été exprimée par le chef de l’Etat lors de son intervention télévisée du 17 décembre. Après avoir affirmé que « Bachar al-Assad sera là », il ajoutait que « nous ne pouvons pas dire: on ne veut pas parler avec lui ou ses représentants ». L’Elysée pensait peut-être que cette main tendue serait saisie à Damas. Tout au contraire: Assad a rétorqué dès le lendemain que « la France a été le fer de lance du terrorisme et ses mains sont couvertes du sang syrien depuis le premier jour », martelant que « celui qui soutient le terrorisme n’a pas le droit de parler de paix ». Macron a eu beau juger de tels propos « inacceptables », il avait bel et bien perdu la première manche de son bras de fer avec Assad.

L’URGENCE DE RETABLIR UN RAPPORT DE FORCES

Si l’Elysée s’est rallié au principe, en soi terriblement discutable, d’un dialogue avec le régime Assad, qu’il ouvre un tel dialogue en position de force morale plutôt qu’en demandeur humilié. Qu’il soit « intraitable » dans l’exigence d’un accès inconditionnel de l’aide humanitaire à la Ghouta. Que le retour de la France à Damas s’opère sur les bases du droit international plutôt que d’un « aggiornamento » bâclé. Etre « intraitable » ne signifie pas ne pas vouloir traiter, mais refuser de le faire à n’importe quel prix.

Une bien noble résolution pour 2018 en Syrie.

 

In Syria, hundreds of thousands of people are besieged in five different provinces. Our map shows you which areas are most affected. 2:30 PM - May 8, 2017 -  44 Replies -  1414 Retweets -  22 likes - Twitter Ads info and privacy

Mais si Jobar à l'été 2017 semble abandonné et abandonné, il y a toujours de la vie ici.

READ MORE: Jobar: 'Death is a central part of their daily lives'

 

 Le président français avait aussi affaibli sa main en refusant, à ce jour, d’entendre les très nombreux appels à un retrait de la Légion d’honneur accordée en 2001 à Assad. Même les révélations de viols systématiques de femmes syriennes par les séides du dictateur n’ont pas suffi à Macron pour traiter Assad avec la même sévérité que Weinstein. Comme si les victimes n’avaient pas le même poids aux yeux de l’Elysée quand elles sont vedettes d’Hollywood ou Syriennes anonymes.

A voir sur Télérama.fr, “Syrie : le cri étouffé”, un documentaire exceptionnel de Manon Loizeau Emmanuelle Skyvington

 

 

Face caméra, des Syriennes témoignent des viols et des déshonneurs subis dans les geôles de Bachar el-Assad. Un documentaire exceptionnel, que Télérama.fr vous propose de voir en avant-première, avant sa diffusion sur France 2 jeudi 7 décembre.
 


Extérieur nuit. Dans une voiture lancée à bonne allure, une jeune femme raconte comment des soldats de Bachar el-Assad l’ont violée. Avant de devenir la proie de ces « monstres » et de vivre l’anéantissement, cette Syrienne avait vécu une jeunesse heureuse, chérie par son père. Elle avait des rêves d’avenir plein la tête. Originaire de Hama, Mariam, 31 ans, affronte, elle, la caméra du regard, brisant avec courage le tabou du viol, inavouable publiquement pour la majorité des femmes en Syrie. Avant la révolution, elle menait avec sa famille « la meilleure des vies », jusqu’à ce qu’elle se retrouve enfermée dans le centre de la Sûreté d’Etat, et subisse l’enfer des tournantes. Battue chaque matin et agressée chaque soir. « Je hurlais, hurlais, hurlais… » Miraculeusement sorties vivantes de ces geôles du régime « jonchées de cadavres », mais comme mortes dans leur tête, ces femmes sont des rescapées. Elles ont pour la majorité vécu un second drame : le reniement par leurs familles, qui s’estiment déshonorées… Arrêtés chez elles, à leur travail, lors de manifestations, Mariam et les autres ont été arbitrairement détenues en Syrie. Des milliers de femmes le sont encore. Dès le début de la révolution, en 2011, un chantage d’une extrême cruauté est mis en place « pour briser l’homme syrien […]. Tout citoyen engagé dans la révolution a eu une des femmes de sa famille envoyée en détention. Le message est : “Soit tu te rends, soit on garde ta femme, ta fille, chez nous”. »

Exceptionnel par sa portée, ce film est le fruit d’un travail à six mains, avec Annick Cojean, grand reporter au Monde, et Souad Wheidi, chercheuse. Fragmentation des corps, effondrement des esprits : dès qu’il s’agit de traduire l’indicible, Manon Loizeau dissémine, entre les témoignages et les silences, des bribes de paysages, un mur en ruine, des oiseaux dans le ciel. Un portrait de femmes héroïques, plus encore que victimes.


 

 Syrie - Le cri etouffe - YouTube 

SYRIE, LE CRI ETOUFFE. - YouTube

L'équipe

L’INSTANT M : Manon Loizeau : le viol des femmes syriennes

21/10/2017

Ces dirigeants au pouvoir

n

Flores Magon

   l'EI / Bachar el Assad n'était pas juste un problème syrien, ou un problème du Moyen-Orient, mais un problème mondial"

citation sociologique

L’image contient peut-être : 1 personne, texte et gros plan
 Dès mon plus jeune âge, la première chose que j'ai perçue autour de moi, c'est la souffrance, non seulement celle de notre famille, mais aussi celle de mes voisins. Par intuition, j'étais déjà un rebelle. Je crois que mon destin s'est décidé alors."
Buenaventura Durruti.
 
 

 J’aime Ces dirigeants trentenaires au pouvoir dans le monde L'ivresse du pouvoir

Le Monde L’Organisation mondiale de la santé a demandé au président zimbabwéen de l’aider dans sa lutte en Afrique contre les maladies non transmissibles. La nomination de Robert Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté à l’OMS choque PartagerLEMONDE.FR 61 commentaires 31 partages

"Mugabé OMS, Kabila au Comité des droits de l'homme, l'Arabie saoudite au comité des droits de la femme, il ne manque plus que Kim jung à l'écologie, Macron contre la pauvreté et Trump prix Nobel de la paix".

 

Listening Post - Zimbabwe: Mugabe's Media Legacy
 
NEWS/ZIMBABWE  - WHO boss 'rethinking' Mugabe goodwill ambassador post

Eux détenteur du pouvoir, devront se servir des instruments du pouvoirs : armée, moraliste, mouchards et policiers. Depuis plus de 3000 ans, le poète hindou Maha Bharata à formulé sur ce sujet l'expérience des siècles :

« L'homme qui roule dans un char ne sera jamais l'ami de l'homme qui marche à pied ! »
 
Le principe d'autorité – c'est ainsi que la chose se nomme – exige que le supérieur n'ait jamais tort, et que dans ces paroles, il est le dernier mot. Mais il faut que les ordres soient observés. Cela simplifie tout : plus besoin d'hésitation, de raisonnement, d'hésitations, de débats , de structures. Les affaires marchent alors toutes seules, mal ou bien. Et quand le maitre n'est plus là pour commander, n'a ton pas des formules toutes faites, des ordres, des décrets ou des lois, édictés aussi par des maitres absolus ou des législateurs à plusieurs degrès. L'ivresse du pouvoir - vidéo Dailymotion
 
 
Carte. Où en est la démocratie dans le monde  ? Cette carte, réalisée à partir du rapport 2017 de l’ONGaméricaine Freedom House, donne une indication de l’état de la démocratie dans le monde actuel.
 
Espoir... Je suis désolé, mais je ne veux pas être empereur, ce n'est pas mon affaire. Je ne veux ni conquérir, ni diriger personne. ...
 
 
Les propos de Trump à la veuve d'un soldat choquent l'Amérique

Myeshia Johnson  a reçu un coup de téléphone personnel du président des États-Unis. La jeune femme allait accueillir la dépouille de son défunt mari, tué au combat au Niger le 4 octobre. Les propos que lui a tenu Donald Trump, censé la réconforté, choquent l'Amérique. En effet, ce dernier lui a assuré que son époux "savait à quoi s'attendre", explique au Miami Herald une représentante de l'État de Floride présente dans la voiture. "Je pense qu’il est tellement insensible, c’est fou. Quel est le besoin de dire ça ?", s'est encore étonnée la démocrate.

» Lire aussi - Donald Trump prépare-t-il les États-Unis à la guerre ? -

Dans l'ouest de l'Ukraine, nombre d'ukrainien tentent d'échapper à la nouvelle vague de mobilisation , à la fois dégoûtés et défaitiste.

 » Lire aussi  «Nos soldats sont juste de la chair à canon» - Libération

La chair à canon est le nom donné au personnel militaire que l'on est prêt à sacrifier au feu ennemi, pendant un engagement armé, malgré des probabilités de victoire très restreintes. L'expression désigne donc généralement des soldats peu qualifiés, mal formés ou n'ayant pas le matériel adéquat, dont l'intérêt tactique est d'offrir une résistance momentanée à une force adverse.

L'expression peut également désigner le citoyen envoyé à la mort, tout en évoquant le caractère futile du passage à la postérité.

J’aime «Make America Crip Again» : Snoop Dogg répond à Trump dans un nouveau titre

Battle.

«Make America Crip Again» : c'est le titre du nouveau morceau de Snoop Dogg, paru hier, dans lequel le rappeur fait référence de manière plutôt transparente à Donald Trump et à son slogan de campagne «Make America Great Again». L'interprète de Drop It Like It's Hot fait mention au gang de Los Angeles des Crips, auquel il a été affilié il y a plusieurs années. La couleur fétiche des Crips est le bleu, en opposition au gang rival des Bloods, qui s'habillent en rouge. La couverture du projet de Snoop Dogg représente d'ailleurs une casquette bleue qui rappelle le couvre-chef rouge des partisans du milliardaire.

Snoop Dogg - M.A.C.A. (Make America Crip Again) 2017

 
 
Le rôle du congrès du Parti communiste chinois
A Shanghaï, le 26 septembre, un portrait du secrétaire général du Parti communiste chinois Xi Jinping, entouré de ceux de Mao et de Lei Feng, soldat modèle mis en avant par la propagande du régime.

Organisé tous les cinq ans, il permet de renouveler ses instances dirigeantes. Le XIXe congrès s’ouvre mercredi avec, à la clé, la désignation de Xi Jinping pour un deuxième mandat. Le président chinois est à la manœuvre pour placer ses hommes aux postes clés lors du 19e congrès du Parti. 

Chine : Xi Jinping en route vers le pouvoir absolu

"Rompant avec une tradition collégiale depuis la mort de Mao, Xi Jinping a cependant rapidement concentré énormément d'autorité autour de sa personne"

Chine : Xi Jinping en route vers le pouvoir absolu

L'objectif de l'homme fort de Pékin, déjà considéré par certains comme le dirigeant le plus puissant depuis Mao Tsé-toung, est de consolider encore davantage son pouvoir. Il compte placer ses proches en position majoritaire au sein du Politburo (qui compte 25 membres) et surtout du Comité permanent du bureau

 

» Lire aussi - Chine : de Mao Zedong à Xi Jinping, l'histoire mouvementée de la République populaire

 Durant le bouleversement de "la Révolution culturelle" (1966-76), "la Pensée Mao Tsé-toung", résumée dans "le Petit livre rouge" du fondateur du régime, était le vade mecum des "Gardes rouges" lancés par Mao à l'assaut des cadres du PCC.

» Chine: Xi Jinping obtient un statut proche de celui de MaoQuand la Chine délocalise en Europe - indigné révolté

Le nom et la doctrine du numéro un chinois ont fait leur entrée dans la charte du Parti communiste chinois.

»  Chine. Le nouvel empire. : citoyen actif - Chine: le nouveau 'politburo' du PCC dévoilé - >> Lire aussi - Xi Jinping obtient un nouveau mandat de 5 ans à la tête du PC chinois, Xi Jinping assoit le statut de leader Par Enkolo dans Accueil le

 

Sebastian Kurz, 31 ans, sera le plus jeune dirigeant au monde après la victoire de son parti dimanche aux élections législatives en Autriche. Il rejoint le club des dirigeants trentenaires.

À 31 ans, Sebastian Kurz dont le parti a remporté les législatives dimanche en Autriche s'apprête à devenir chancelier. Comme lui ou encore le président français, Emmanuel Macron, une petite dizaine de dirigeants trentenaires est actuellement au pouvoir dans le monde. Qui sont-ils?

• Sebastian Kurz, le «Wunderwuzzi»

Du haut de ses 31 ans, Sebastian Kurz a déjà six ans d'expérience dans le gouvernement autrichien. Né le 2 août 1986 à Vienne d'un père technicien et d'une mère enseignante, l'ancien patron de la puissante organisation de jeunesse de l'ÖVP a été nommé secrétaire d'État à seulement 24 ans. Il n'avait alors pas encore achevé son cursus de droit. Depuis 2013, il était aussi le plus jeune ministre des Affaires étrangères d'Europe. Durant les législatives, il a profité de cette réputation d'enfant prodige, «Wunderwuzzi», pour offrir une image de modernité couplée à un discours ferme sur l'immigration. Si le conservateur parvient à former une coalition de gouvernement, il deviendra le plus jeune dirigeant au monde.

» Lire aussi - Kurz, le jeune loup de la droite autrichienne en route pour la Chancellerie - 

Le parti d'extrême droite autrichien FPÖ, considéré comme le plus probable partenaire de coalition des conservateurs victorieux aux législatives, fera du ministère de l'Intérieur une condition sine qua non à une participation gouvernementale, a déclaré mercredi son chef Heinz-Christian Strache.

Autriche: l'extrême droite pose ses conditions - » Lire aussi - Le vote autrichien réjouit Budapest et Varsovie

Le jeune dirigeant conservateur, Sebastian Kurz, doit être formellement chargé vendredi par le président Alexander Van der Bellen de former le nouveau gouvernement et d'engager des pourparlers pour former une coalition. Il a indiqué qu'il discuterait avec tous les partis et a par ailleurs formellement réaffirmé mardi son engagement européen. S'il se hisse à la chancellerie, Sebastian Kurz deviendrait le plus jeune dirigeant au monde.

L’hebdomadaire de gauche Falter sème le trouble dans l’opinion en publiant sur sa une le visage du grand vainqueur des élections législatives du 15 octobre et futur chancelier – le jeune conservateur chrétien-démocrate Sebastian Kurz (ÖVP) – sous le titre “Le néofaschic”

» Lire aussi - Kurz, le jeune loup de la droite autrichienne en route pour la Chancellerie

• Kim Jong-un, le dictateur nord-coréen

Sebastian Kurz détrône Kim Jong-un. Le «leader suprême», 34 ans, était jusqu'à présent le plus jeune dirigeant au monde. Ce dernier a succédé à son père en 2011 devenant le troisième Kim à diriger la République populaire de Corée. Il a depuis imprimé sa marque sur le pays à coup de purge dans l'appareil communiste, n'hésitant pas à liquider son propre oncle Chang Song-taek en 2013 pour mieux asseoir son pouvoir. Le dictateur est réputé impulsif et violent. Il fait aussi figure de trublion sur la scène internationale pour doter son pays, une des nations les plus pauvres de la planète, du glaive atomique.

» Lire aussi - L'angoisse monte au Japon après les tirs de missiles nord-coréens

La menace représentée par la Corée du Nord a atteint un niveau critique et imminent, ce qui doit conduire les Etats-Unis, le Japon et la Corée du Sud à prendre les mesures nécessaires, a estimé aujourd'hui le ministre japonais de la Défense, Itsunori Onodera.«Question de vie ou de mort» : La Corée du Nord a fait savoir qu'elle ne prévoyait pas de négociations avec Washington sur son programme nucléaire, car la possession de l'arme atomique est "une question de vie ou de mort"

» Lire aussi - Kim Jong-un, dictateur capricieux et brutal

• Tamim al-Thani, le tout-puissant émir du Qatar

Tamim al-Thani a accédé au trône du Qatar après abdication de son père en 2013, devenant à 33 ans le plus jeune monarque du Golfe. L'émir est passionné de sport. Il suit de près le parcours du Paris Saint Germain qu'il possède via le fonds Qatar Sports Investments. C'est encore lui qui a conduit la candidature du Qatar pour la Coupe du monde de Football en 2022. Le sport illustre le «soft power» mis en place par son pays pour se bâtir une stature internationale. Le jeune souverain a aujourd'hui fort à faire puisque Doha est en crise ouverte avec ses voisins saoudiens.

» Lire aussi - Avec Cheikh Tamim, le Qatar entre dans une nouvelle ère

• Le «prince charmant de l'Himalaya» au Bhoutan

Le jeune roi Jigme Khesar Namgyal Wangchuck est monté sur le trône en 2008 à seulement 31 ans, deux ans après l'abdication de son père. Il est le cinquième «roi-dragon» du Bhoutan, la «Terre du Dragon tonnerre», où la monarchie est vénérée. Il a hérité du surnom «prince charmant de l'Himalaya» en raison de son physique de star et d'un sourire de cinéma. Le monarque, diplômé en sciences politiques d'Oxford, a passé une partie de ses études aux États-Unis et en Inde.

• Estonie: Juri Ratas, futur ex-plus jeune dirigeant européen

 Il était jusqu'à présent le plus jeune dirigeant de l'Union européenne. Juri Ratas a été désigné à 38 ans premier ministre de l'Estonie en novembre 2016. Neuf ans plus tôt, il s'était emparé de la mairie de Talinn à 27 ans dont il était conseillé municipale depuis trois ans. Pour lui, tout a basculé fin 2016. Courant novembre, il prend la direction du parti du centre d'Estonie, le plus vieux du pays. Quinze jours plus tard, il sera chargé de former un nouveau gouvernement. Il succède d'ailleurs à un autre très jeune dirigeant, Taavi Roivas, qui avait accédé à la tête du gouvernement à 34 ans, en 2014.

• Leo Varadkar, le pionnier irlandais

L'Irlandais est le plus jeune chef de l'exécutif de l'histoire de son pays. En juin, Leo Varadkar, 38 ans, a été désigné chef du parti irlandais de centre droit Fine Gael, et est ainsi devenu premier ministre du pays. Ce médecin généraliste a connu une ascension météorique. Élu député en 2007 avant d'avoir 30 ans, il a occupé plusieurs postes de ministre. En 2015, ce fils d'un immigré indien et d'une Irlandaise, alors ministre de la Santé, avait publiquement annoncé son homosexualité en pleine campagne en faveur du mariage gay.

• L'ascension fulgurante de Volodymyr Groïsman en Ukraine

En avril 2016, Volodomyr Groïsman est devenu à 38 ans le plus jeune premier ministre d'Ukraine au terme d'une ascension politique fulgurante. En deux ans, ce fidèle du chef de l'État, Petro Poroschneko, est passé de la mairie de Vinnytsia, ville de 370.000 habitants dans le centre ouest de l'Ukraine, à la tête du gouvernement. Il en était devenu maire à 28 ans en 2006. Entre-temps, il a dirigé à partir de 2014 le Parlement ukrainien, après avoir été pendant plusieurs mois vice-premier ministre au gouvernement Iatseniouk.

» Lire aussi - Volodymyr Groïsman, la nouvelle carte de Porochenko

• Maha Vajiralongkorn, roi de Thaïlande malgré lui

PORTRAIT - Après la crémation de son père Bhumibol Adulyadej, mort l'an dernier, Rama X sera couronné alors qu'il n'avait pas envie du trône. Cette fois, il ne peut plus reculer. Quand le corps de Bhumibol Adulyadej aura fini de se consumer sur le bûcher le 26 octobre prochain, son fils Maha Vajiralongkorn sera officiellement couronné roi de Thaïlande sous le nom de Rama X. Depuis la mort de son père, le 13 octobre 2016, l'héritier n'a pas montré le moindre enthousiasme à monter sur le trône du royaume de Siam.

• Emmanuel Macron, plus jeune président français

Emmanuel Macron est aussi le benjamin du G20.

Emmanuel Macron, élu en mai 2017, est devenu à 39 ans le plus jeune des 25 présidents de la République française. Il détrône ainsi le premier d'entre eux, Louis Napoléon Bonaparte, qui était arrivé au pouvoir à 40 ans en décembre 1848. Mais le Français sera le prochain à quitter ce classement, il fêtera lui-même ses 40 ans le 21 décembre prochain. Il restera toutefois le benjamin du G20.

 » Lire aussi ISF : comment Emmanuel Macron veut sauver sa réforme LEMONDE.FR

L probleme : trump, pouvoir.... Des trumps au pouvoir, bonjour les dégats. Trump: le démagogue raciste triomphe au sein du parti républicain et semble assuré de remporter la désignation à la candidature. Cela représente déjà un encouragement pour l'extrême-droite et la droite radicale qui le soutiennent aux USA et partout dans le monde, comme Memorial 98 le montre icihttps://www.facebook.com/streetartutopia/photos/a.3118201...

L’image contient peut-être : 1 personne

n Birmanie, un massacre en cours. Silence de la prix nobel de la paix

 Selon l'ONU, quelque 391.000 Rohingyas ont afflué depuis fin août au Bangladesh pour fuir la campagne de répression de l'armée birmane consécutive à des attaques de rebelles rohingyas. 

Ces hommes, femmes et enfants musulmans, massacrés par l'armée en Birmanie, tentent, au péril de leur vie, de rejoindre le Bangladesh voisin.

France Culture Sponsorisé  la publication de France Culture.

"Les militaires nous ont tout pris après la traversée : nos bijoux et tout ce qu’on avait de précieux. L’un de mes fils a été tué dans mon village. Beaucoup d’enfants qui fuyaient sont restés coincés dans la boue. Ils ont été découpés en morceaux."

 

Jacinda Ardern va devenir va plus jeune première ministre du pays depuis 1856

 A 37 ans, la dirigeante travailliste Jacinda Ardern va devenir la plus jeune première ministre du pays depuis 1856. a formation, arrivée en deuxième position des élections avec 46 élus, a conclu, jeudi, un accord de coalition avec le parti populiste et anti-immigration Nouvelle-Zélande d’abord (NZ First), sorti troisième et détenteur de neufs sièges. Soutenus par les Verts, ils disposent de la majorité absolue au Parlement. Bill English, le premier ministre sortant, chef du Parti national et à la tête d’un groupe de 56 députés, va rejoindre les bancs de l’opposition. L’élue d’Auckland n’était qu’une étoile montante de la politique


» Lire aussi COMPTE RENDU 
En Nouvelle-Zélande, les travaillistes s’allient avec les populistes et les écologistes .
Isabelle Dellerba (Sydney, correspondance)

 nEn Israel La frontière est devenue floue entre l’opposition israélienne et la droite au pouvoir

Lettre de Jérusalem. Ni le parti de centre-droit Yesh Atid ni le Parti travailliste ne représentent une véritable alternative au Likoud, notamment sur la colonisation. A quoi reconnaît-on l’opposition israélienne ? On ne sait plus. La question mérite d’être posée, tant les deux principales formations prétendant représenter une alternative au Likoud, le parti de Benyamin Nétanyahou, s’alignent souvent sur ses positions. Seules les affaires politico-judiciaires offrent un sujet de contentieux permanent
n

• Le parti d'Andrej Babis comparable à un "Trump tchèque

 n Vendredi et samedi auront lieu des votes pour des élections législatives tchèques censées porter au pouvoir le parti d'Andrej Babis comparable à un "Trump tchèque". Ce dernier a des ennuis avec la justice après une inculpation pour fraude aux fonds européens, ainsi qu'à des accusations de collaboration avec la police secrète communiste StB avant 1989. Il a réaffirmé à la veille du scrutin son opposition à l'accueil des migrants et à la zone euro. Il pourrait se définir comme un Anti UE et anti migrants . Le flamboyant dirigeant pourrait remporter les élections législatives qui se tiendront dans le pays les 20 et 21 octobre.
 
 
Czech president suggests sending refugees to uninhabited Greek island

 Lire aussi - Andrej Babis : «La Grèce aurait dû sortir de l'euro» - PORTRAIT Andrej Babis, milliardaire populiste à la conquête du pouvoir en République tchèque Benoît Vitkine (Prague, envoyé spécial) Andrej Babis, nouveau héraut du populisme tchèque Le vote protestataire devrait porter le milliardaire et son mouvement ANO aux élections législatives. POLITICS - Billionaire wins Czech election in landslide


Japon : Shinzo Abe, le révisionnisme en héritage

Le 18 octobre, des supporteurs de Shinzo Abe lors de la campagne pour les législatives du 22 octobre 2017. Sur les pancartes : « Vive le premier ministre Abe ».

Les législatives anticipées du 22 octobre pourraient offrir quatre année de pouvoir supplémentaires au PLDde Shinzo Abe. Celui-ci conserverait alors ses fonctions de premier ministre pour un troisième mandat. En fait, celui-ci n’est pas plus nationaliste que la plupart des dirigeants de par le monde. Il n’est pas non plus un forcené du réarmement 
En revanche, M. Abe est révisionniste : la révision de la Constitution, dont il s’est fait le chantre, est l’un des éléments d’une vaste entreprise visant à réhabiliter le Japon impérial, et à minimiser ou à nier les exactions commises par son armée. 

15,64 millions d'électeurs, sur environ 100 millions de Japonais en âge de voter, ont ainsi voté par anticipation avant ce week-end, un record, a annoncé dimanche le gouvernement.

Selon les observateurs, une faible participation pourrait favoriser la coalition menée par Abe, qui bénéficie d'une base solide d'électeurs, tandis que les indécis pourraient choisir de s'abstenir en raison de la météo.


» LIRE AUSSI - Le Japon dans les turbulences politiques - Comprendre le capitalisme japonais : citoyen actif - japon : citoyen actif - Comprendre le capitalisme japonais

ARTE Reportage - Irak / Philippines

n Irak 01:40 - Philippines 27:09 ARTE Reportage Irak Mossoul, annee zero Philippines Duterte, le justicier

27:09 Philippines : Duterte, "le justicier" Un an après l’élection du sulfureux Rodrigo Duterte à la présidence des Philippines, la guerre contre la drogue a fait plus de sept mille morts dans le pays. Lors de ses discours, l’ancien avocat se félicite du combat qu’il mène. Malgré ses déclarations injurieuses, unanimement condamnées par la communauté internationale, et les atteintes régulières aux droits de l’homme, le président, surnommé "le justicier", bat des records de popularité. Qui se cache derrière cet homme à poigne adulé ?

 A lire aussi  Les Philippines : Le président philippin prêt à tuer des criminels Le président philippin Rodrigo Duterte s'est dit prêt à "appuyer sur la gâchette" pour liquider des criminels, tout en assurant qu'il pourrait confier de nouveau à la police la tâche d'être en première ligne dans la lutte sanglante contre les trafiquants de drogue. » LIRE AUSSI - Rodrigo Duterte, le président flingueur des Philippines 

Rwanda : un pouvoir tout puissant 

Un comité de l'ONU pour la prévention de la torture a annoncé avoir suspendu sa visite au Rwanda en raison d'obstacles dressés par les autorités ( Rwanda: un comité antitorture de l'ONU entravé n ). La crainte a également surgi que des personnes interrogées puissent être victimes de représailles. Cette décision intervient moins de deux semaines après que l'ONG Human Rights Watch (HRW) a déclaré avoir documenté 104 cas de personnes détenues illégalement, dont une majorité auraient été victimes de tortures - bastonnades, décharges électriques, simulacres d'exécution -, dans les centres de l'armée rwandaise entre 2010 et 2016. 

La délégation a suspendu sa mission au Rwanda au cinquième jour d'une visite initialement prévue pour sept jours. Ce n'est que la troisième fois en 10 ans que le sous-comité se voit contraint de suspendre l'une de ses missions, d'après le communiqué.

en Argentine, où les élections générales de mi-mandat se dérouleront dimanche, et devraient conforter le président libéral.

Malte : 

Les Maltais manifestent leur désir d’unité après le meurtre de Daphne Caruana Galizia

Souvent qualifiée de « WikiLeaks à elle toute seule », la journaliste et blogueuse anticorruption Daphne Caruana Galizia, dans un pays marqué par des fractures partisanes ancestrales, avait révélé certains des pans les plus sombres de la politique maltaise. Depuis longtemps, la vie politique maltaise est polarisée entre les travaillistes (centre gauche) au pouvoir depuis 2013 et les nationalistes (centre droit).

Depuis longtemps, la vie politique maltaise est polarisée entre les travaillistes (centre gauche) au pouvoir depuis 2013 et les nationalistes (centre droit).

La loyauté au parti est souvent familiale. C’est d’ailleurs au sein même des familles, souvent autour d’un repas, que les militants se rendent pendant les campagnes électorales pour encourager la participation. Et avec ces votes quasi assurés, la volonté de marquer des points face à l’adversaire prend parfois le pas sur la sauvegarde des institutions. Dans ce contexte, l’assassinat de Mme Caruana Galizia exacerbe les querelles partisanes.

 A lire aussi  Malte: Une récompense d'un million d'euros offerte pour élucider l'assassinat d'une journaliste anti-corruption

Kenya

 Le ministre kényan de l'Intérieur Fred Matiangi a affirmé aujourd'hui que les services de sécurité étaient prêts à garantir que l'élection présidentielle du 26 octobre se déroule dans le calme et leur a demandé de faire preuve à la fois de fermeté et de retenue. Matiangi a appelé les forces de l'ordre à faire preuve de fermeté, mais aussi de retenue, pour éviter que la crise, la pire traversée par le pays depuis les violences post-électorales de 2007-2008 (au moins 1.100 morts), ne s'aggrave encore. "Vous avez le soutien du ministère. Soyez fermes pour garantir que la loi soit respectée. Adoptez une attitude très objective et directe pour régler ce qui doit être réglé", a repris le ministre. Selon les organisations des droits de l'Homme et des témoins, ont été tuées depuis le 8 août, pour la plupart par la police.

» Lire aussi - Kenya : l'opposition dénonce la violence de la police, UHURU KENYATTA FULL NATIONAL PRAYERS AT AFRAHA STADIUM NAKURU TODAY 10/22/2017

Russie : 

Russie: une journaliste d'une radio critique du pouvoir poignardée Tatiana Felguengauer a été "hospitalisée, on nous a dit que sa vie n'est pas menacée", a précisé Alexeï Venediktov, joint par téléphone. Des voix se sont élevées après le drame pour dénoncer un climat de haine envers les médias indépendants alimenté par le pouvoir, qui a pour sa part dit que ce n'était que "l'acte d'un fou". Cette agression intervient dans un contexte tendu vis-à-vis des médias indépendants en Russie. De nombreux journalistes ont été agressés, blessés ou assassinés ces dernières années dans le pays, et les enquêtes de police n'aboutissent que très rarement. La Russie n'est d'ailleurs que 148e sur 180 au classement 2017 de la liberté de la presse, réalisé par Reporters sans frontières.

» Rwanda : la BNP visée par une enquête pour «complicité de génocide» n

Turquie : Erdogan - l'ivresse du pouvoir

"La plupart des 140 000 fonctionnaires évincés dans la foulée du coup d’Etat raté l’ont été sur dénonciation de leurs collègues"


Les dénonciations anonymes et rémunérées se multiplient depuis le coup d’Etat manqué de juillet 2016.Depuis la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016, les cas de délation contre rémunération se multiplient en Turquie. Trois numéros d’urgence (140, 155, 156) ont été mis en place à cet effet. Les dénonciations sont aussi possibles depuis l’étranger, en passant « par les ambassades et les consulats », stipule le site du ministère de l’intérieur créé pour inciter le public à collaborer à la lutte antiterroriste. Et les dossiers d’inculpation des quelque 50 000 personnes arrêtées depuis la mise en place de l’état d’urgence le 20 juillet 2016 fourmillent de témoignages livrés par des informateurs anonymes.
Les craintes liées à ce système de délation généralisé ont été exacerbées par la mise en service d’une nouvelle application mobile pour taxis. Apparus à Istanbul en juillet, les i-Taksi sont équipés de micros et de caméras, ce que beaucoup perçoivent comme une atteinte à la vie privée.
COMPTE RENDU Dénoncer les « terroristes » peut rapporter gros en Turquie Marie Jégo (Istanbul, correspondante)

A lire  “Erdogan, l'ivresse du pouvoir”P n Turquie: des militants de droits de l'Homme jugés en lien avec le "terrorisme" >> Turquie: la directrice d'Amnesty emprisonnée

Ouganda :

Des manifestants entendaient protester contre un projet de suppression de la limite d'âge pour être élu président, ce qui permettrait au président Yoweri Museveni, 73 ans, de briguer un sixième mandat en 2021.

» Lire aussi - Le Burundi liquide ses opposants en exil

Syrie : Bachar moi ou le chaos

Alors que la Syrie est en proie à une guerre sanglante qui dure depuis plus de cinq ans, ce documentaire dresse le portrait de l'homme fort de ce pays : Bachar el-Assad. Quel est le parcours de cet homme qui tient une part du destin mondial entre ses mains ? Daech, le djihadisme international, le chaos au Moyen-Orient, la crise des réfugiés : tous ces défis convergent pour partie vers Damas. Bachar est d'abord le produit d'un clan, les Assad. Cette famille rappelle d'autres dynasties terribles comme les Kadhafi ou les Hussein, Tout à leur volonté de survie politique et d'emprise sur leur pays. Bachar a un seul but : perpétuer son implacable pouvoir et celui de son clan sur la Syrie.

» A lire aussi :  Bachar moi ou le chaos

Je dis ça, je dis rien.

L’image contient peut-être : 21 personnes , texte

Mafia et république - “Erdogan, l'ivresse du pouvoir”P n 


 
 "Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent" Victor Hugo

« Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent » Cette citation de Victor Hugo est un exemple même de sa pugnacité. La lutte, pour Victor Hugo, est une exigence intellectuelle "Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent" Victor Hugo Par Enkolo dans Accueil le 22 Octobre 2017 "Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent" Victor HugoCréé le dimanche 07 juillet 2013 , Pour que leurs mémoires vivent dans nos luttes... Créé le dimanche 08 juin 2014

LIRE AUSSI

» Simon Leys contre les maoïstes français: un visionnaire au royaume des aveugles 
» Que reste-t-il de le l'héritage de Deng Xiaoping, mort il y a 20 ans?
» Le président chinois Xi Jinping en route vers le pouvoir absolu

n LA RÉVOLUTION D’OCTOBRE (7 – 8 NOV. 1917) | 2000 ANS D’HISTOIRE | FRANCE INTER : Documentaire 1917 la revolution russe french

» Lire aussi

Turquie: 110 membres d'un groupe de presse recherchés - » Lire aussi - La Turquie, «plus grande prison au monde pour les journalistes» Octobre 61 - Fillon aurait touché 20.000 euros par mois en 2016 avec sa société… alors qu’il était candidat à la primaire de droite

Le chef de l’Etat, qui doit rencontrer lundi Emmanuel Macron, est accusé d’atteintes systématiques aux droits de l’homme.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu