Avertir le modérateur

19/04/2014

"Le grand bond en arrière"

 

Photo de Pascal Bacquet.

la publication de Pascal Bacquet.

 

L’interview de Mario Dragh

: Pour éviter la surchauffe de son économie, qui croît au rythme de plus de 6 % par an, le Brésil veut réduire ses dépenses publiques afin de freiner l'activité. Avec 0,1 % de croissance au premier trimestre 2010, la France entend elle aussi réduire de façon drastique ses dépenses publiques. Cherchez l'erreur

 " S’il y a bien quelque chose que le socialiste français fera pour le continent, c’est légitimer un capitalisme européen instable de par nature et profondément injuste."

 

Jérôme E. Roos
militant et économiste politique

 

Samir Bouzid : « Cette crise planétaire est encore plus dévastatrice que la Grande Dépression des années 1930. Elle a de lourdes conséquences géopolitiques; le démembrement économique donne lieu à des guerres régionales, à la fracture des sociétés nationales et, dans certains cas, à l'anéantissement de pays. Elle constitue de loin la plus grave crise économique des temps modernes »


 

 Entretien avec Serge Halimi autour de son livre "Le Grand Bond en arrière" et sur l’essor du libéralisme.  (La bas.org) Livre : 

Serge Halimi : Le Grand Bond en arrière (Fayard) Musique : EZLN : El uego et la palabra Serge Halimi - Le Grand Bond en Arrière [HD]Recul du Front de gauche,...

 

 « […] il n’y a pas plus de raisons d’assimiler le libéralisme à tout ce que des libéraux, ou des hommes supposés tels, ont à quelque moment proclamé comme un évangile. Ils peuvent très bien s’être trompés, et dans la mesure où ce qu’ils considéraient comme du libéralisme a eu des conséquences antilibérales, ils se sont certainement trompés. »

 

Les crises sont potentiellement des moments de remise en cause du capitalisme. cf Les pays européens en récession , Le Japon a tout" bon" !

 

L'idéologie néolibérale :

"Toute idéologie comprend un moment théorique (elle est un discours cohérent à tendance totalisante), un moment pratique ou pragmatique (elle fonde une axiologie qui rend possible une action efficace d’ordre politique, morale ou éthique au sein du monde social), enfin un moment apologétique (elle justifie la situation sociale, les actions ou les projets politiques d’un groupement social particulier). Sur la base de cette définition, l’article établit que le néolibéralisme satisfait à ces trois conditions et qu’il constitue bien ainsi une idéologie, aujourd’hui non seulement dominante mais même sans doute unique au sein du champ politique" 

 

Dans son essai intitulé «Qu’est-ce que le néolibéralisme?»,1 la politologue Gabriele Michalitsch analyse les bobards que les défenseurs de cette théorie racontent à propos du marché, de l’efficacité et de la concurrence. Pour elle, ce sont des mythes.

En réalité, le «néolibéralisme», c’est la subordination de nouveaux secteurs de la société à la domination du marché. Depuis les années 70, un réseau international de fondations, d’instituts, de centres de recherche, de scientifiques, d’écrivains, d’agents de relations publiques a été créé pour propager la pensée néolibérale.

August von Hayek et Milton Friedmann ont même reçu le prix Nobel pour leurs théories libérales. La «libertad económia» après la chute d’Allende au Chili, la politique de Margaret Thatcher en Angleterre et le programme économique de Reagan aux USA passent pour être des expériences néolibérales «réussies». L’hégémonie mondiale du modèle économique libéral repose essentiellement sur des théories américaines.

Qu'est-ce que le néolibéralisme? par Judith Barben, docteur ès lettres, Zurich

Créer un consensus grâce à des poisons pour l’esprit

Selon Michalitsch, le projet néolibéral doit finalement son succès à la «fabrication du consensus» (Chomsky). Mais il s’agit là d’un «consensus sans consentement». Les projets des gouvernants s’imposent au détriment des intérêts des gouvernés. Le pouvoir des médias qui appartiennent eux-mêmes à des empires économiques, joue là un rôle important. On produit des poisons pour l’esprit,2 tel le «there is no alternative» de Thatcher. On serine, on rabâche aux gens qu’ils n’ont pas d’autre solution que d’avaler les couleuvres et les pilules qu’on leur impose

Le mythe de l’économie de marché

Dans un monde dominé par les grands groupes industriels, on propage le mythe de l’économie de marché et de la «concurrence loyale» – sans se soucier de leurs conséquences sociales. Le désengagement de l’Etat au profit d’entreprises de plus en plus importantes est présenté comme une «solution» aux problèmes économiques.

C'est vrai, l'Inde vient de traverser une mauvaise passe en 2012. Complexité bureaucratique, hiérarchisation de la société, clientélisme et au final immobilisme du pouvoir... .Pourtant les pronostics sur la fin du "miracle" indien étaient prématurés. L'Inde a d'abord été victime de son modèle économique. . En Inde plus qu'ailleurs, c'est l'Etat qui tient entre ses mains le potentiel de croissance du pays.Or depuis quelques semaines, le gouvernement s'est saisi à nouveau des rènes de l'économie et a décidé de repartir au galop. Objectif : lancer une nouvelle phase de réforme.

Un secteur sera notamment au coeur de ce changement structurel, je vous en parle dans un instant.

Manmohan Singh I, II, III, IV...
Comme le rappelle les analystes de Gavekal, , "la politique est cruciale en Inde, car toute les poussées de croissance ont été précédées d'un train de réformes". Si Gavekal cite les réformes entreprises après la crise asiatique de 1997, on peut remonter jusqu'au début des années 1990 pour trouver le premier exemple de ce lien. Après une grave crise de paiement en 1991, l'Inde a décidé de se réformer en profondeur pour poser les jalons du pays libéral et innovant que nous connaissons aujourd'hui.

Si le politique précède les réformes économiques, on peut même ajouter qu'un homme précède le politique, Manmohan Singh. Déjà à l'oeuvre en 1991 comme ministre des Finances, c'est en tant que Premier ministre qu'il vient de lancer un "processus de relance" de l'économie selon ses propres termes. Trois secteurs sont concernés
La réforme fiscale Une plus grande ouverture aux investissements et La libéralisation de l'économie

C'est peut-être le secteur le plus médiatisé. Les investisseurs avaient poussé des cris d'orfraie en début d'année lorsque le gouvernement n'avait pas réussi à ouvrir le marché de la distribution. C'est désormais chose faite. Da

Comme l'a annoncé Manmohan Singh, "les mesures que nous avons prises ne sont que le début d'un processus de relance de notre économie qui consiste à ramener le taux de croissance à 8 ou 9%". Or tout porte à croire que ces mesures seront pérennisées dans le temps, pour deux raisons.

« UNE SOCIÉTE SE SUICIDE ?  

Les politiques ultra libérales a signé son propre arrêt de mort, et le notre si nous ne nous bougeons pas ! 

«  Nous ne payerons pas votre crise » ( cf Communiqué de presse : Démocratie réelle, maintenant !) . Ce slogan est en train de faire le tour de la planète, alors que les effets de cette dernière crise se font cruellement sentir. Fini de rêvasser ! L'heure est grave. Je préfère vous le dire tout de suite : ce que je vais annoncer aujourd'hui ne va pas plaire à tout le monde. « Nous sommes au bord de l'abîme. Un faux pas et nous connaîtrons une dépression comparable à celle du début des années 1930»

 

 

Retour à l’âge du fer ? Quand le monde manquera de métaux

 

nS. Halimi - Le Grand Bond en Arrière (2004) - Dailymotion : [Sociotoile] => Serge Halimi - Le grand bond en arrière Daniel Mermet : Finalement, Serge Halimi, tout est dans le titre : Le grand bond en arrière - Comment l’ordre libéral s’est imposé au monde ; voilà, le sujet du livre et le titre du livre. « Le grand bond en arrière », il faut peut-être expliquer que ça fait allusion au « grand bond en avant »...  

 

Naturellement, ceux qui disent " oui mais la croissance va continuer a augmenter " sont les mêmes que ceux qui prévoyaient des taux de croissance bien supérieur à ceux qui viennent d'être publiés en Europe

«  : il va falloir se faire à l'idée que le système essaye de se sauver, tant pis pour un marché de l'emploi très tendu et un chômage élevé. C'est bien triste, je le sais, mais c'est ainsi. Les entreprises ont su s'adapter à la crise en réduisant leurs coûts de manière drastique. Cela est notamment passé par des suppressions de postes qui ne seront pas re-créés. Cela pour 2 raisons :1/La substituabilité du capital au travail a largement augmenté ces dernières années, grâce au progrès technique
2/La délocalisation de la production vers des zones où le coût du travail est moindre que dans les pays occidentaux s'est accélérée et les entreprises ne reviendront pas en arrière »

 Les marchés obligataires seront d'une importance cruciale dans la suite des événements -- nous restons à l'affût sur ce front-là, et nous vous tiendrons bien entendu au courant. Mais Tsiparas devrait les rassurer. Certes, il a tenu un référendum donnant la voie au peuple, cependant il a continuer a donner des gages de sa bonne fois en demandant la démission de son ministre de la finance, juger trop turbulent par les membres de l'Eurogroupe. Cela montre qu'il va essayer de négocier en diminuant les impacts demander par les créanciers ( Etats et Banques).

Libéralisation  avec Mario Monti en Italie : Italie : Mario Monti libéralise l'économie tous azimuts malgré la grogne » AFP . Une technique de manipulation des masses en faisant toujours payé les plus pauvres en oubliant que le vrai problème est le capitalisme et son fonctionnement

INTERVIEW - Le président du Conseil italien se félicite du «flegme tout britannique» avec lequel ses compatriotes ont accepté des «mesures très lourdes» pour faire face à la crise et répondre aux exigences de Bruxelles – sourceMario Monti : «L'Europe n'a plus à avoir peur de l'Italie.

Avant son déjeuner vendredi à Paris avec François Fillon, suivi d'entretiens avec Nicolas Sarkozy, l'économiste et ancien commissaire européen Mario Monti développe sa vision de l'Europe, dans sa première grande interview internationale depuis son investiture à la présidence du Conseil le 18 novembre dernier. » L'Italie adopte un nouveau plan de rigueur de 20 milliards.  » Premier test réussi pour l'Italie face aux marchés, » Mario Monti veut relancer la croissance italienne

Au menu

 

Monti tien grosso modo, le même discours que Sarkozy :

« Ce monsieur a toujours prétendu que la crise vient du fait que l'Europe n'est pas assez libérale alors que c'est l'absence de système de régulations qui nous a plongé dedans, il le prétend toujours quitte à faire des allusion fallacieuses à des pays comme l'Angleterre qui s'en sortirait mieux, ce qui prouve qu'il a le sens de l'humour, la Suède dont il taira qu'elle a des ressources pétrolières, et le Danemark qui ne possède pas de grandes industries mais de multiples industries misant sur les produits de niche, qui mène une politique opposée à la sienne prélevant de 57 à 63% d'impôts sur le revenu, dépensant 9% de ses revenus dans la politique de santé et ayant massivement investi dans l'éducation tout en maintenant un niveau élevé de retraites favorisant les préretraites en dépit du fait que les bénéficiaires en sont plus nombreux qu'en France. Bref ce monsieur dont la responsabilité de l'endettement de la Grèce est directe puisque il était responsable Europe de Goldman Sachs à l'époque du trucage des comptes a des convictions inébranlables toujours prêtes à nier la réalité des faits, quitte à couler l'Europe pour s'en affirmer ensuite un des plus ardents défenseurs et si il en est que les erreurs rendent humbles et en situation d'apprendre, il paraît définitivement perdu pour toute résilience de cette ordre… »

……

Après les 5 ministres qui cumulaient leur indemnité ministérielle de 14 000 € mensuels avec leurs pensions de retraite, aujourd'hui le magazine Marianne révèle que Maurice Lévy - le patron de Publicis qui va empocher en 2012 un bonus
de 16 millions d'euros - touche aussi une retraite d'au moins 8 000 € par mois !
Cette dérégulation du cumul emploi retraite a été légalisée depuis janvier 2009 par la volonté de Nicolas Sarkozy
et des députés UMP. Elle contribue à plomber les comptes des régimes de retraite. Elle est irresponsable dans une
période où des millions de chômeurs, et de jeunes en fin d'études, attendent désespérément que des postes se libèrent.Pour alerter les citoyens et pousser les responsables politiques et syndicaux à mettre fin à cette aberration

. doc PDF intéressant a lire : ]  Mario Monti au Figaro : 

 «  Mon gouvernement peut tomber demain, nous ne sommes pas ici pour survivre, mais pour accomplir un un bon travail » propos recueilli par Richard Heuzé du 05/01/2012

 

Libéralisation selon Monti : Libéralisation ( et casse a tout crin avec Mario Monti en Italie : Italie : Mario Monti libéralise l'économie tous azimuts malgré la grogne » AFP . UMario Draghi ou le pompier pyromane, Jour J du "sauvetage" de l'euro par Mario Draghi?, Texte complet de la lettre « secrète » de Trichet à l’Italie , L'Europe des lobbies : Le très contesté projet de loi Travail

libéralisme | Mediapart 

Le capitalisme à la source des problèmes sociaux et environnementaux :

cf a lire "Le grand bond en arrière" ,

[Sociotoile] => Serge Halimi - Le grand bond en arrière, Le Grand Bond en Arrière HD - YouTube

 :extrait Daniel Mermet :

Finalement, Serge Halimi, tout est dans le titre : Le grand bond en arrière - Comment l’ordre libéral s’est imposé au monde ; voilà, le sujet du livre et le titre du livre. « Le grand bond en arrière », il faut peut-être expliquer que ça fait allusion au « grand bond en avant »...Ce qui prévaut quand même, c’est que tout ça est naturel. Et là, vous faites tout un travail historique : c’est l’histoire d’un basculement idéologique sur une trentaine d’années. Vous situez le début du basculement au début des années 70 mais vous nous racontez que le projet était beaucoup plus ancien. On savait qu’il existait mais il semblait ridicule, anachronique. Je parle des années après-guerre par exemple où ce genre d’idées semblait tout à fait saugrenu.

Un exemple est la manière dont depuis 30 ans la droite et la gauche se sont partagés le role de désabillé la santé. dans ce post Le capitalisme nuit... gravement a la santé, j'ai repris les dates, les noms des hommes politiques , le nom des lois pour en montrer les conséquences. Ces sources provenaient d'un tract bien fait pris lors d'une manif.

Pour l’OCDE, l’éducation n’est pas une dépense mais un investissement qui profite aux étudiants et à la collectivité. Si l’étude annuelle remet en cause certaines idées reçues, elle confirme, pour la France, le manque de moyens de l’université, où les droits d’inscription trop faibles pénalisent finalement les étudiants.

 

C’est ce qu’a expliqué Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE lors de la présentation de l’édition 2009 du rapport annuel « Regards sur l’éducation ». Dans ce document qui multiplie les comparaisons internationales, les avantages à détenir un diplôme de l’enseignement supérieur apparaissent nombreux : un meilleur salaire, une moindre vulnérabilité au chômage et, même, une meilleure santé. Et ce qui profite aux individus est aussi bon pour leur pays. Un individu qui a suivi des études supérieures rapporte 36 000 euros supplémentaire (par rapport à quelqu’un qui n’en a pas fait) à son pays. Soit le double de l’investissement consenti initialement...En savoir plus, lire le dossier sur sur le site de l’OCDE.

n
 

 

Serge Halimi Libéralisme 1Serge Halimi Le libéralisme 2Loi travail : le grand bond en arrière - vidéo Dailymotion

La crise au pays des merveilles - YouTube:A LIRE : Depuis le choc pétrolier de 1973, la France ne cesse de se penser en crise. Les époques changent mais les discours restent étonnement semblables : pour sortir de la crise, il faut accepter l'effort, renoncer aux privilèges et supporter les réformes. Sans aucun interview ni commentaire, mais en puisant dans quarante ans d'archives télévisuelles, où se mélangent discours politiques, débats, journaux télévisés, clips musicaux, reportages, émissions humoristiques, ce documentaire fait apparaître des constantes, des schémas de raisonnement et un nouvel imaginaire qui s'impose durablement dans la société.

En clair depuis que le monde est entrée dans le capitalisme dans sa forme neolibérale c'est la crise permanente sauf que depuis 2008 il semble rentrée dans vrai crise celle qui devrait lui être fatal. Destruction créatrice salutaire ? 

La question de la sortie du capitalisme n’a jamais été plus actuelle. Modèle Japonais généralisé : La crise du système se manifeste au niveau macro-économique aussi bien qu’au niveau micro-économique

DES «NANTERRE» AUX «VOLTAIRE»
De la promotion Voltaire au syndicalisme étudiant, comment la gauche a perdu le peuple dans sa confrontation au réel.https://www.youtube.com/watch?v=9Gd6gyZkOwo Des «Nanterre» aux «Voltaire»
Politique par >Bertrand Delais
Jeudi 21 avril de 20:30 à 21:25 sur La Chaîne parlementairDes Nanterre aux Voltaire

 

 

Transmis par Amélie et  L'Indigné Révolté

Comment l’ordre libéral s’est imposé au monde.


De l’Amérique de Reagan à la France de Mitterrand ( 10 mai 1981 - 15 mai 2011 ,...  : Hollande et le patronat ) , en passant par la Nouvelle ­Zélande, les transformations économiques du dernier quart de siècle n’ont été le produit ni du hasard ni de la nécessité. Si, à partir des années 1980, les « décideurs » et les médias du monde occidental ont presque toujours interprété de manière identique les situations de « crise », c’est que tout un travail idéologique était intervenu au préalable, c’est que les solutions alternatives au marché avaient été détruites afin qu’il n’y ait « plus d’alternative ». D’autres interprétations des événements auraient suggéré d’autres remèdes, mobilisé d’autres forces sociales, débouché sur d’autres choix. La « mondialisation », ce fut aussi ce long labeur intellectuel de construction de la « seule politique possible » que favorisa la symbiose sociale entre ses principaux architectes d’un bout à l’autre de la Terre.


Inspirées par des théoriciens de l’université de Chicago, dont l’influence sera considérable au Chili, en Grande Bretagne et aux États Unis, les doctrines économiques libérales vont encourager les classes dirigeantes à durcir leurs politiques, à passer d’un système d’économie mixte acceptant une certaine redistribution des revenus à un nouveau capitalisme orienté par les seuls verdicts de la finance. Les artisans de cette métamorphose en tireront un avantage considérable ; pour la plupart des autres, au contraire, ce sera le grand bond en arrière.

Fayard, Paris, 2006 - 592 pages, 25 euros

Le grand bond en arrière : documentaire

Que reste-t-il du modèle social français après trente ans de néolibéralisme? Cette question oriente le voyage dans leur pays natal de quatre Français installés depuis plusieurs années au Venezuela. Pour y répondre, le documentaire mêle des données statistiques, journalistiques et des interviews de sociologues, intellectuels, militants, réfugiés politiques, artistes, citoyens, travailleurs sociaux des banlieues, sans-papiers et Roms, enfin tous ceux qui peuvent révéler si la devise "Liberté, Egalité, Fraternité" est toujours en vigueur dans leur réalité concrète.


Le Grand Bond en Arrière HD - YouTube
 

 



Documentaire de Johanna Lévy, Tristan Goaguen, Yann Manuguerra & Philippe Fréchou.

 "A la manif parmi les casseurs. Témoignage." Le grand bond en arrière"Serge Halimi Libéralisme 1Serge Halimi Le libéralisme 2Loi travail : le grand bond en arrière - vidéo Dailymotion  "Le grand bond en arrière"De la servitude moderne

Dans les Nouvelles de France et d'ailleurs, site se revendiquant de la droite, du libéralisme et du conservatisme réunis, on lit un éloge de la politique des conservateurs qui sévissent en Grande Bretagne :

" Le pays s’appuie toujours sur l’inestimable héritage de Margareth Thatcher. Et plus qu’une série de réformes – réduction de la dépense publique, baisse des impôts directs, lutte contre l’hyper-inflation, flexibilisation du marché du travail, privatisations – l’ancien Premier ministre de Grande-Bretagne a légué à son peuple une vision de l’économie bien précieuse en ces temps de socialisme généralisé. « Un homme a le droit de travailler comme il veut, de dépenser ce qu’il gagne, de posséder sa propriété, d’avoir l’État pour serviteur et non pour maître. »

*

Là-bas si j'y suis, un entretien avec Serge Halimi, journaliste au mensuel le Monde diplomatique, autour de son livre "Le grand bond en arrière" (Editions Fayard).  Comment est-on passé à un nouveau capitalisme orienté par les seuls verdicts de la finance ?  Emission France Inter "Là-bas si j'y suis" de Daniel Mermet, première diffusion le vendredi 2 juillet 2004. cf Le nouveau capitlisme : restructuration du capitalisme

 

Du sang sur mes fringues : Reportage Daniel Mermet, Giv Anquetil. Là-bas.org -  http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2755

2012 - Nos vies discount,

Frédéric Brunnquell, réalisateur indépendant

52 minutes - France 2/AMIP
Présenté au festival ONE WORLD à Prague puis à Bruxelles

Réduction des charges sociales et suppression les droits des travailleurs, travail précaire et bas salaires : le profit est le but ultime.

> Balade dans Dacca - Altermonde - Blog Télégramme : NOS VIES DISCOUNT, note Balade dans Dacca :

Miguel LACHIVER met en ligne une pétition sur le site change.org : Traçabilité sociale de l’habillement".

" Suite à la mort de plus de 1000 personnes au Bangladesh, essentiellement des ouvrières du textile travaillant pour des groupes occidentaux, nos braves journalistes et économistes ont mis en cause les consommateurs entre autres français, qui achetaient à bas prix. Ils n’ont pas trop remis en cause ce système qui permet, à certains capitaines d’industrie et actionnaires, de s’en mettre plein les poches, tout en culpabilisant le consommateur Lambda. Ils ont oublié de dire aussi que les marques vendues beaucoup plus chères, étaient faites au même endroit dans les mêmes conditions, avec une marge encore plus importante.
Il y a quelques années, on a eu un peu de transparence sur les fruits et légumes mais durant juste une saison. Si c'est possible dans les fruits et légumes, cela l'est aussi dans l'habillement.
Demandons donc à l’industrie du prêt à porter et aux vendeurs d’avoir la traçabilité sur la confection qu’ils vendent, c’est-à-dire le lieu de fabrication et le coût de fabrication (ou pourquoi pas le salaire mensuel de l’ouvrière).
On pourra peut-être voir alors que le dindon de la farce est le consommateur, sans parler de la tragédie au Bangladesh ou le sang des ouvrières nourrit quelques poches déjà grasses.

Signer en ligne


Le neoliberalisme et son impasse : Depuis la "révolution conservatrice américaine" [Sorman, 1983] et l'offensive néo-libérale, dont les effets ont été accentués avec l'écroulement du "socialisme réel" des pays de l'Est, il est devenu quasi honteux de défendre et de promouvoir une action publique volontaire. La nouvelle orthodoxie prétend cantonner le rôle de l'État moderne, et plus généralement de toute instance publique, à celui d'«État minimal» et exalte les vertus d'un marché-roi idéalisé. Nombreux sont ceux qui ont intériorisé le syndrome de l'«État-modeste» [Crozier, 1987].

Cependant on ne peut se contenter d'une critique globale du néo-libéralisme, car le succès de ses thèses vient de ce qu'elles mettent l'accent sur de réels problèmes. Dans notre pays le vent libéral et les excès de l'«étatisme à la fran-çaise» s'auto-aliment et le néo-libéralisme n'est fort que de la faiblesse de ceux qui s'y opposent, il occupe le vide lais-sé par les échecs et les impasses de ceux qui ont survalorisé l'État comme instrument du changement social. Dans cha-cun des arguments présentés par les thèses libérales il y a une part de vrai, et c'est le fait de refuser d'apporter des ré-ponses qui permet de présenter le libéralisme comme une alternative globale. Il faut donc accomplir deux tâches à la fois :

- une critique globale du néo-libéralisme dans toute sa complexité,
- une correction des excès de l'étatisme.

 

 

  

 

 

Extrait d'un think thanks financier :
 
Jeudi 17 janvier 2013

 

A lire :

Les utopistes

Ecouter parler le fracas... ZEC plus Ultra

L'ouvrier et la machine

Foire aux questions abstentionnistes

Molière, Le misanthrope

Bakounine Un regard affuté...

PENSER CRITIQUE

Poutine pour toujours ?

Sur l'Etat" de Pierre Bourdieu

Homs, chronique d'une révolte

Le cauchemar climatisé...

La Grande Illusion

L'antifascisme, c'est...

MANIFESTE CNT-AIT 71

Des héros ordinaires

Terrorisme d'État

Le fascisme rouge

REFLEXIONS SUR LA DEMOCRATIE

Un héros ordinaire

Nés en 68

De la liberté, de la révolte

Le principe de l'État

Ceux qui vivent, ce sont...

coluche, quand je serais grand

raisons et du danger fasciste

Le "printemps turc"

Les chefs

La Mer à l'aube

EUtopia : une génération...

Les maîtres ne sont pas à...

Au travail, corps et âme -

 

NB : Titre original : The Slump of the 1930s and the crisis today ( cf International Socialism: The slump of the 1930s and the crisis today - [ Traduire cette page ] nombreuses sources. Article original paru dans l’International Socialism n°121, janvier 2009),  Différents articles intéressant : http://hussonet.free.fr/lacrise.htm, Forces et limites de la manifestation, Pourquoi l’insurrection des consciences ?, Les raisons de la colère, Hervé Kempf - l'oligarchie, ça suffit !, GO ON, WATCH et mon post FB, Révolution virtuelle et révolution réelleSerge Halimi sur "Le grand bond en arrière (plusconcient.net) Année: 2004 Durée: 50' 51''

 

Serge Halimi - Le Grand Bond en Arrière [HD]Créé le dimanche 09 septembre 2012 

État libéral dégénéré :  Le bout de la logique 1  l L'argent sans foi ni loi 2, mis sur facebook, La " crise" permanente , " la sortie du capitalisme " , NOS VIES DISCOUNT « De la servitude moderne | Page d'accuei

onclusion : c'est d'une certaine manière le snobisme ((argent roi)  qui mène le monde ! Si la crise était un film d'horreur... | Tant qu'il y aura de l'argent ... " En effet ce capitalisme souffre d'une crise de la valorisation qui date de la période précédente.

 ( La valorisation est le mécanisme par lequel le capitalisme extrait de la plus-value du procès de production ; Plus concrètement, cela veut dire que c'est la part qui reste au patron  sur le prix d'une marchandise une fois enlevé le cout du travail, des matières premières et des machines.)

 Le capital a réussi à restaurer son taux de profitLe problème c'est que c'est un tour de passe passe, parce qu'il y a un  autre facteur dans le fonctionnement du capitalisme : celui des débouchés "
«Et en la fin du capitalisme, passez une bonne soirée. Tout comprendre sur les enjeux du pétrole et de la spéculation ( cliquez ici)"» 

Théorie du ruissellement Par Enkolo dans Accueil le

02/12/2012

Le chômage a une histoire 1981 2001

 

crise 7.jpgLe chômage a une histoire 1981 2001 Gilles Balbastre 2 de 2 Le capitalisme et le libéralisme coulent : Depuis le choc pétrolier de 1973, la France ne cesse de se penser en crise. Les époques changent mais les discours restent étonnement semblables : pour sortir de la crise, il faut accepter l'effort, renoncer aux privilèges et supporter les réformes. Sans aucun interview ni commentaire, mais en puisant dans quarante ans d'archives télévisuelles, où se mélangent discours politiques, débats, journaux télévisés, clips musicaux, reportages, émissions humoristiques, ce documentaire fait apparaître des constantes, des schémas de raisonnement et un nouvel imaginaire qui s'impose durablement dans la société.

le chomage a une histoire,aujourd'hui,petite histoire de la precarite.les ouvriers,les oubliés,la lutte des classes

Le chomage a une histoire - YouTube  

Un film documentaire de Gilles Balastre

2010- France - 2*52 minutes

Production : INA, la cinquieme, Point du jour

 

Ce film en deux parties, retrace l'histoire du traitement médiatique du chomage, un problème soit disant récurrent depuis plus de 40 ans. Il n'existerait aucune voie de sortie a ce fléau social.... Cependant, il semblerait que les politiques néolibérales s'en détachent puisque la peur du chomage maintient une pression constante sur les salaires et les conditions de salaires.

 

11h00 : 1967- 1981, le premier volet

12h00 : 1981- 2001 , le deuxieme volet

 

Le chômage a une histoire 1981 2001 Gilles Balbastre 2 de 2 Le capitalisme et le libéralisme coulent depuis 30
 
Coluche, notre regretté comique national, disait « Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça.  ». Comme il avait raison.

pour bien comprendre que courir après la productivité sans répartir ces gains dans l'augmentation des salaires, par exemple, ne fait qu'augmenter le chômage et les inégalités. La fin de la grande progression se situe au moment de l'accession au pouvoir des Tatcher et Reegan. C'est le début du nouveau libéralisme et la vengeance des grands capitalistes, empêchés depuis l'époque du New Deal de s'enrichir honteusement. Cette courbe infâme s'arrêtera t'elle un jour? Seront - nous suffisamment forts pour l'enrayer?
 

n
La crise. Quelle crise ?
la photo de Denis Beauchamp. La croissance est finie ! Et pour plusieurs raisons ! http://www.reporterre.net/spip.php?article2808 Merci patron.avi : Le chomage a une histoire Documentaire su la crise et le chômage depuis les années '70 et l'inefficacité des politiques suivies. 
 
  "Le gouvernement s'occupe de l'emploi. Le Premier ministre s'occupe personnellement de l'emploi. Surtout du sien."
Michel Colucci, dit Coluche - 1944-1986 - Extrait du sketch "Le chômeur"


 

Depuis le choc pétrolier de 1973, la France ne cesse de se penser en crise. Les époques changent mais les discours restent étonnement semblables : pour sortir de la crise, il faut accepter l'effort, renoncer aux privilèges et supporter les réformes. Sans aucun interview ni commentaire, mais en puisant dans quarante ans d'archives télévisuelles, où se mélangent discours politiques, débats, journaux télévisés, clips musicaux, reportages, émissions humoristiques, ce documentaire fait apparaître des constantes, des schémas de raisonnement et un nouvel imaginaire qui s'impose durablement dans la société.

En clair depuis que le monde est entrée dans le capitalisme dans sa forme neolibérale c'est la crise permanente sauf que depuis 2008 il semble rentrée dans vrai crise celle qui devrait lui être fatal. Destruction créatrice salutaire ? 

La question de la sortie du capitalisme n’a jamais été plus actuelle. Modèle Japonais généralisé : Pour éviter la surchauffe de son économie, qui croît au rythme de plus de 6 % par an, le Brésil veut réduire ses dépenses publiques afin de freiner l'activité. Avec 0,1 % de croissance au premier trimestre 2010, la France entend elle aussi réduire de façon drastique ses dépenses publiques. Cherchez l'erreur



 
La crise. Quelle crise ? - Blog skyrock
 
Docs ad Hoc : La crise au pays des merveilles - Vidéo Dailymotion /  / Documentaire réalisé par M. Emmanuel Laborie.
 
 

précarité.jpgNouveau bond du chômage en octobre, 18e hausse de suite

Témoignage émouvant et poignant. Il est vraiment pas normal qu'un jeune comme André, 25 ans soit SDF. J'espère très sincèrement que ce jeune homme trouvera un toit. Quand j'ai vu le reportage hier soir, j'étais scandalisé et tellement en rage que ce jeune n'est pas un toit au dessus se sa tête. Bordeaux : le témoignage d'André, 25 ans, SDF et Rock Sans Papiers via Stéphane Cairon

Pendant sa présidence, en 1993, François Mitterrand avait déclaré : "Contre le chômage, tout a été essayé". Non, tout n'a pas été essayé. Certes, depuis plus de trente ans, l'Etat a déployé une batterie sophistiquée de politiques destinées à le combattre ou à atténuer ses effets. Mais la plupart de ces politiques se sont avérées inefficaces cf 10 mai 1981 - 15 mai 2011 , triste anniversaire : citoyen actif

source France inter, reutersle chômage en france © reuters - 2012
 
L'Espagne au bord de la crise de nerfs - Un documentaire français réalisé par Mathieu Proust en 2012. Depuis l'éclatement de la bulle immobilière en 2008, douze millions d'Espagnols vivent avec moins de 627 euros par mois, un sur quatre est sous le seuil de pauvreté. Des milliers de personnes crient leur indignation contre la prochaine réforme du Code du travail qui facilite les licenciements pour motif économique.
Islande : Taak, la crise - Un documentaire français réalisé par Thibaut Pomares. Victimes de la crise des subprimes de 2008, les Islandais, portés par leur «révolution des casseroles», travaillent collectivement à se réinventer un avenir. Investigatiôns Magazine de reportages  , un monde en crise + investication spécialun monde en crise + documentairenvestigations : L'Espagne au bord de la crise de nerfs - Mai 2012 ... / (54min30) Islande : Takk, la crise 
 
L'Espagne au bord de la crise de nerfs (de Mathieu Proust). Fin mars 2012, des dizaines de milliers de manifestants envahissent les rues de Barcelone et de Madrid pour protester contre la réforme du code du travail. Symptôme d'un malaise plus profond, qui touche l'ensemble du pays. Depuis l'éclatement de la bulle immobilière, en 2008, un Espagnol sur quatre vit sous le seuil de pauvreté. Au gré de micro-reportages dans différentes régions, le réalisateur illustre, de manière vivante et incarnée, l'ampleur de la crise, la manière dont elle se traduit dans la vie des habitants. Etranglés par des prêts immobiliers à taux variable, de nombreux Espagnols sont expulsés de chez eux, alors que, parallèlement, des millions de logements restent vacants. En Andalousie, la ville de Jerez de la Frontera est tellement endettée qu'elle ne parvient plus à verser les salaires des employés municipaux... Entre gaspillage de l'argent public, abus des banques, coupes budgétaires massives dans les services publics, ce tour d'horizon ubuesque, glaçant, dévoile les diffé­rentes facettes d'un système malade, mais aussi la manière dont les habitants, entre débrouille et soutien associatif, luttent pour s'en sortir.
 
 Péril de la cohésion social
 

Il semble que le management a la Française privilégie les domaines commerciaux (Voir sur le figaro : Les commerciaux ont le vent en poupe ) aux domaines artistiques. C’est une façon d’aller vers une course en avant vers le profit. Voir sur le figaro : Cinq suicides en quinze jours chez France Telecom

 

Cette article dans le figaro vient montrer que la politique managériale de France Télécom, mais plus généralement à la Française continue a détruire des emplois, a mettre les travailleurs sous pression.
Ce système qui privilégie la rentabilité a court terme, est plus qu'une erreur, c'est un cancers dans notre société.
Les domaines filières dites  artistiques (journalisme, stylisme, les intermittents du spectacles, ceux travaillants dans la PUB) sont fortement pénalisés. La recherche en France est laissée pour compte. Je pense que c’est une grave erreur, un pays ne peut fonctionner en laissant une partie de sa population dans la précarité. C’est allé vers un déclin de la France

 

Attention danger travail 

 

Attention danger travail est un film documentaire de Pierre Carles, Christophe Coello et Stéphane Goxe qui se propose de donner la parole à certains RMIsteshttps://www.youtube.com/watch?v=2ILdPzqpcDU, à 37 minutes 53 secondes. (Lynne, Joris... : Ecoutez avec la bande son... ça aspire à une mise en scène!)

 

Réduction des charges sociales et suppression les droits des travailleurs, travail précaire et bas salaires : le profit est le but ultime.Télétravail, open space, horaires aménagés... En apparence, les grandes entreprises du secteur tertiaire mettent tout en oeuvre pour assurer le bien-être de leurs salariés. Les départements de ressources humaines, architectes et designers d'intérieur rivalisent d'ingéniosité pour développer des environnements et des conditions de travail propices à la créativité et à l'échange entre employés. Mais derrière cette vision idyllique de l'entreprise se cachent des formes de management toujours plus intrusives, qui rendent la frontière entre vie privée et professionnelle sans cesse plus ténue.(Allemagne, 2011, 90mn) ZDFThèmes : 

 

 

> Balade dans Dacca - Altermonde - Blog Télégramme NOS VIES DISCOUNT. - YouTube Un film de Frédéric BRUNNQUELL 2012, 52 mn Au travail, corps et âme - videos.arte.tv :

Nos vies discount est un road movie en Logan. Un voyage de 8000 kilomètres à travers l’Europe qui révèle, d’un personnage à l’autre, à chaque halte, le monde qui se construit grâce à cette tendance lourde de l’économie.
Le discount nous offre le meilleur des mondes : celui de la consommation. Mais ce modèle économique qui s’étend à tous les secteurs est-il vraiment le remède à la crise ? Le discount a un prix : si les prix sont bas, c’est que, quelque part, il y a un travailleur discount lui aussi.

Et si, à force de prix cassés qui nous arrangent, nos vies elles-mêmes se trouvaient soldées ?

Ce film est sélectionné au FIGRA 2013 (Festival international du grand reportage et du documentaire de société).

n

 
 
La gueule de l'emploi Société par Didier Cros

 

Dix candidats, des commerciaux en quête d'emploi, sont convoqués pour une session de recrutement collectif. Ils ont deux jours pour se distinguer les uns des autres et espérer décrocher un poste. Les candidats sont soumis à une avalanche de questions qui, pour beaucoup, n'ont rien à voir avec le travail auquel ils aspirent. Ils sont contraints à des tests souvent infantilisants, voire humiliants. L'entretien d'embauche n'a rien d'une sinécure et ressemble plus à une entreprise de déstabilisation qu'à une évaluation réelle des compétences. Tout est mis en oeuvre pour pousser les candidats à l'affrontement, comme dans un jeu télévisé qui consiste à éliminer le soi-disant plus faible de l'équipe. Une épreuve dont on ne sort pas indemne

Un plan de démantèlement de l'ancien leader mondial du financement des collectivités locales devrait être finalisé d’ici demain par Paris et Bruxelles. 20 Minutes, Plus de 5.000 communes et collectivités locales françaises

Suicides : le document qui accuse France Telecom

 
et Lydia Bach ont partagé un lien.
 
économie,politique,finance,capitalisme,néolibéralisme,mario monti,politique de rigueur,élections,italie,etats unis,japon,crise,dettes,dettes souverainesSOURCE : Avec 50.400 emplois détruits au troisième trimestre, l'emploi salarié s'effondre en France  C'est le 18e mois de hausse continue. Depuis l'élection de François Hollande, on compte quelque 250.000 inscrits supplémentaires dans les catégories ABC de Pôle Emploi [1], soit l'équivalent d'une ville comme Montpellier. Et depuis le début de la crise en 2008, l'hécatombe a fait 1,5 million de victimes [2], soit l'équivalent de l'agglomération Aix-Marseille. Le gouvernement ne prévoit pas d'amélioration avant fin 2013. Si nous apprécions sa lucidité, nous déplorons la mollesse de ses mesures, car ce ne sont pas ses contrats aidés ou son crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi — encore des milliards de cadeaux fiscaux aux employeurs payés par la collectivité ! — qui changeront la donne : cosmétiques, onéreux et court-termistes, l'effet d'aubaine ou de substitution de ces pis-aller est avéré. Nous déplorons une fois de plus qu'aucun signal fort, tel qu'une loi contre les licenciements boursiers, n'ait été envoyé depuis six mois. Et vogue le navire... Comme d'habitude, voici notre décryptage de la note mensuelle de la Dares/Pôle Emploi. Catégorie A (chômeurs officiels, sans activité aucune) : +45.400 Ils sont désormais 3.103.300 en métropole, 3.352.700 avec les DOM (+46.500). Progression annuelle : 
 
 
 
 Sachant qu'environ 20% des offres du marché passent par Pôle Emploi, on imagine le volume total disponible en comparaison du nombre de chômeurs à satisfaire. Puisqu'il faut prendre son mal en patience et qu'on a le luxe du temps libre, on vous invite à regarder cet excellent VOYAGE AU BOUT DE LA CRISE diffusé hier soir sur France 5, une émission d'analyse et de débat non seulement bien faite et instructive, mais qui a le mérite de donner la parole à des économistes hétérodoxes (et «atterrés») tels que Dominique Plihon, Christophe Ramaux ou Benjamin Coriat. Face aux perroquets habituels, ça fait du bien de les entendre. Allez, tenez bon ! SH [1] Fin mai 2012 en France, il y avait 4.621.000 inscrits en catégories ABC («actes positifs de recherche d'emploi»). Fin octobre, ils sont 4.870.800. [2] Fin février 2008, l'ANPE comptait 3,85 millions d'inscrits toutes catégories confondues en métropole. Fin 2012, on dépasse 5,2 millions.

http://www.actuchomage.org/2012112823382/Social-economie-...  

C'est donc dans l'indifférence la plus totale que la Grèce va recevoir deux nouvelles tranches d'aides. La première, de 3,2 milliards d'euros a été débloquée par le FMI mercredi dernier.

La deuxième, de 9,2 milliards, devrait être versée dans les prochains jours par la zone euro. 9 milliards qui font partie de l'aide de 49 milliards accordée à la Grèce en décembre dernier (34 milliards ont déjà été versés).

En tout, c'est 172 milliards qui seront utilisés pour éviter au pays (dont le PIB est inférieur à 220 milliards) la faillite et une sortie de la zone euro. Enfin, 172 milliards... personne n'en est vraiment certain. Car entre les aides directes et indirectes de la BCE via des rachats d'obligations ou le soutien à la Banque centrale grecque, les décotes acceptées par la plupart des créanciers et d'autres formes de financement qui échappent à tout radar, le compte de ce qui a été vraiment accordé à la Grèce a été prévu depuis longtemps.

Autre élection qui risque de faire plonger l'euro : les législatives prévues en Allemagne en septembre ou octobre prochain. Qu'Angela Merkel, qui brigue un troisième mandat, le veuille ou non, ces élections vont servir de test de sa popularité et de baromètre de l'opinion des Allemands sur sa gestion de la crise de la zone euro. Vont-ils profiter de l'occasion pour sanctionner les récents signes d'évolution de la doxa allemande ?

Pour l'instant, le parti de Merkel, la CDU, est en tête des sondages avec 40% d'intentions de vote, talonnée par le centre-gauche de la SPD (30%). Les verts sont en hausse, avec 13% des intentions de vote. Une alliance verts-SPD pourrait donc mettre à mal la Chancelière.

L'automne est encore loin, les intentions de vote ont encore le temps d'évoluer mais force est de noter que l'inquiétude monte outre-Rhin. La Grèce souffre de la persistance de la crise européenne, et la Bundesbank anticipe une hausse de seulement 0,4% cette année, autant dire une croissance nulle...

La grogne allemande risque de monter dans les mois qui viennent alors que reviendra sur la table la question de la restructuration de la dette grecque. L'économie du pays a de grandes chances d'être en deçà des attentes des prévisionnistes et surtout des estimations fixées par la zone euro, le FMI et la BCE. Les créanciers européens de la Grèce devraient alors être obligés d'accepter une nouvelle restructuration de sa dette.

Pour dire les choses plus clairement : l'argent prêté par les Etats européens pourrait ne jamais être totalement remboursé. Et cet argent, c'est au final celui des contribuables. Jusqu'à présent, Angela Merkel s'était strictement refusé à envisager une telle possibilité...

L'avenir nous dira si une position est soutenable en cas d'aggravation de la situation économique grecque. Et quel sera l'avis des contribuables allemands qui ont déjà manifesté leur impatience envers la multiplication des aides aux pays en difficulté de la zone.

Plus concrètement, cela signifie aussi que nous allons attendre le résultat des élections italiennes avant de nous intéresser de nouveau à l'Italie. Pourtant, le pays envoie des signaux positifs : des rendements en baisse, des actions pas chères et avec un beau potentiel, des réformes en cours qui ont pour objectif de faire gagner en compétitivité. Certains y voient déjà un signe de printemps... italien. De notre côté, nous jouons la prudence : l'Italie va faire partie de axes d'investissement privilégiés cette année, mais pas avant fin février !

Au niveau Internationale : Pas de croissance économique et des suppressions d'emplois.

Japon / Etat Unis

Le nouveau Premier ministre japonais, Shinzo Abe, veut absolument ramener le pays sur la voie de la croissance grâce à de nouveaux programmes de relance, des dépenses publiques illimitées (priorité est donnée aux infrastructures nationales) financées par la banque centrale, mais aussi en affaiblissant le yen (via des achats d’obligations en euros, etc.).

L’évolution démographique ne présage rien de bon pour le pays : suite au taux de natalité en baisse, il n’y a plus actuellement que 2,8 actifs pour financer 1 retraité. M. Abe peut imprimer autant d’argent et construire autant de ponts qu’il voudra, le haut niveau de la dette publique et la démographie mal orientée empêcheront tout redressement durable.

Cette situation peut-elle se produire aux Etats-Unis ? La similitude des situations interpelle. Dans les deux pays, la dette galopante ne semble pas être prise au sérieux, et les banques centrales financent une grande partie du budget de l’Etat. Et ils doivent lutter contre une tendance déflationniste.

Aux Etats-Unis, le chômage est encore plus élevé qu’au Japon. Actuellement, 4,8 travailleurs américains financent un retraité mais en 2050, ce ratio tombera à 2,3 (source : Office of Immigration).

Depuis des années, le Japon a un important excédent du compte courant et les Etats-Unis un énorme déficit. Dans les deux pays, les politiques monétaire et budgétaire menées ont été incapables d’amener le renversement de tendance recherché.

 

La question de la sortie du capitalisme n’a jamais été plus actuelle. Elle se pose en des termes et avec une urgence d’une radicale nouveauté. Par son développement même, le capitalisme a atteint une limite tant interne qu’externe qu’il est incapable de dépasser et qui en fait un système qui survit par des subterfuges à la crise de ses catégories fondamentales : le travail, la valeur, le capital

 

La crise du système se manifeste au niveau macro-économique ( économie globalisée) aussi bien qu’au niveau micro-économique ( qui détermine l'activité économique mais peut connaitre des problèmes spécifiques, c.a.d économie nationale ou locale)

The course of the credit crunch Le déroulement de la crise du crédit ,

 " Il n'y a pas trop d'immigré en France, il y a trop de fachos". Au dela, il faut aussi se poser la question de l'échec des politiques de gauches, du malaise des démocraties européenne, du manque de connaissance politique et économique des français, de la crise économique qui conjugue trois crise ( 1929, la déflation japonaise et la crise du chili 1973 et de l'argentine)

explications : Dix ans après la crise, l'Argentine est un autre pays - Argentine ... - RFI

Le système capitaliste et néolibéraliste productiviste avec l'extrême droite ne font qu'un. Le néofasciste prospère sur les crises sociales et économiques, les déroutes des démocraties et l'insécurité. Le système néolibérale prospère sur les crises permanentes, l'insécurités et le manque de démocratie sociale.

Derrière le débat sur la retraite émerge un nouvel enjeu générationnel : notre société maltraite sa jeunesse. Terra Nova publie aujourd’hui un rapport sur le sujet : L’autonomie des jeunes au service de l’égalité. A cette occasion, elle a livré au Monde (édition du mardi 9 novembre) ses propositions pour l’avenir des jeunes. Terra Nova y milite pour une « révolution copernicienne » des politiques publiques, visant à réorienter l’Etat providence vers une stratégie d’investissement social concentrant les moyens publics sur les jeunes générations. Avec plusieurs mesures phares : le doublement du budget des universités, un capital-formation pour la vie étudiante ou encore une allocation d’insertion pour les primo-demandeurs d’emploi. Travailleurs et pauvres: les Européens qui triment en 2010, Un jeune sur cinq vit sous le seuil de pauvreté  

Le rapport : Rapport d'Alain Marceau, Guillaume Allègre, Maud Arnov "L'autonomie des jeunes au service de l'égalité"

Génération précaire, mais hyper-connectée, aussi perdue qu’accro à Facebook, X, ah non, Y. On ne sait plus. C’est notre génération, et c’est déjà ça. Un livre allemand nous aide à mettre un peu d’ordre dans la terminologie. Nos parents nous connaissent par contre très bien et savent comment nous catégoriser. Leur génération, c’était communisme, familles nombreuses et fils à papa, comme l’ont montré les films cultes que l’on se repasse en famille. Le cinéma actuel passe à la génération Erasmus, Facebook, vols low-cost… Mais aussi stages à vie. Julien Bayou, co-fondateur de « Génération Précaire » et emblème malgré lui de notre génération en difficulté, appelle à aller chercher nos droits avec les dents face à une société qui ne sait plus comment nous nommer. A l’occasion de son dixième anniversaire, cafebabel.com refait le portrait de notre génération. A sa manière.

Leur dossier

L'avenir des jeunes européens est-il un «e-mail sans objet» ? par Luciana Grosu, cafebabel.co.uk

«Génération ?» : Tentative d'épuisement d'une génération européenne par Laura Prieto

En Irlande, l'émigration est (de nouveau) tendance par Tim Mac an Airchinnigh

Julien Bayou, résistant contre le « poison démocratique de la fatalité » par Katharina Kloss

Communistes, toxicos et fils à papa : les générations européennes en 7 films cultes par Argemino Barro

Des Don Quichotte carriéristes : la génération 1980 vue par la génération 1960 par cafebabel.com

 

A lire :

The role of credit in capitalism and today's crisis : Le rôle du crédit dans le capitalisme et la crise actuelle - Indigné révolté, Attention Danger Travail, Les Contis” de Jérôme Palteau, La finance imaginaire , un monde en crise , L'art D'ignorer les Pauvres , L'extrême droite profite de la crise - citizen Khane

Conférence organisée à l'occasion de la sortie du numéro d'Interdépendances réalisé avec le concours de Patrick Viveret, du prochain sommet du G20 à Pittsburgh,

Le 14 septembre le président de la République s’est vu remettre le rapport de la Commission sur la mesure de la performance économique et du progrès social, appelée « Commission Stiglitz » du nom du prix Nobel d’économie chargé de la présider. Soit exactement un an après la chute de la banque américaine Lehman Brothers – événement qui a précipité le monde dans la crise – et quelques jours avant le G20 de Pittsburgh et l'assemblée générale des Nations unies, où les chefs d'Etat tenteront de s'accorder sur de nouvelles règles du jeu économiques. Le rapport propose de développer de nouveaux instruments de mesure de la richesse des nations. (…) Idée-clé des travaux : mettre davantage l'accent sur la mesure du bien-être de la population plutôt que sur celle de la production économique. Ainsi, au produit intérieur brut (PIB), on préférera le produit national net (PNN), qui prend en compte les effets de la dépréciation du capital dans toutes ses dimensions : naturel, humain, etc.
Pour "Le rapport Stiglitz a une vision étroite du développement durable" », estime l'économiste Jean Gadrey ( vidéo source expansion)

Extrait d’un article paru sur le Monde.fr le 14 septembre 2009
Qu’est-ce que la richesse ? Quelles sont les valeurs défendues aujourd’hui et comment sont-elles hiérarchisées ? Quelles pratiques sur le terrain pour aller vers une société juste, sachant faire fructifier les richesses de chaque citoyen ?

En pleine crise des subprimes, la municipalité de Cleveland, dans l'Ohio, assigne en justice vingt et une banques, accusées d'être responsables de milliers de saisies immobilières. Wall Street parvient à bloquer la procédure. Qu'importe : Jean-Stéphane Bron, documentariste suisse, décide de le recréer devant sa caméra.

us les yeux (fermés) des banques.

 

 

Parce qu'il oppose frontalement défense et accusation, l

 

 

 

 

Des initiatives militantes et citoyennes

Les raisons de la colère , débat, spéculation, immobilier, logement, Dans la ligné du  documentaire " Les raisons de la colère et les La tentation de l'émeute, un documentaire de Benoît Grimont En trois parties et la projection de « La Bataille des Marolles »

Phénomène nouveau, la contestation ? Allons donc demander aux émeutiers des ghettos de Los Angeles ou aux soixante-huitards... (…)  ». En 2009, plus de cinq cent quarante révoltes urbaines ont été recensées à travers le monde, dont un tiers pour l'EuropeMardi 16 avril à 19h : Projection de « La Bataille des Marolles » partie 1, partie 2, partie 3, partie 4, partie 5, p

 Dans l'article : " Immobilier de bureau : la crise pèse sur le marché européen " publié sur le site capiatl dans la rubrique "Home ECONOMIE Immobilier " par Elisabeth Lelogeais le  14/03/2013

 

The Corporation, sorti en 2003, est un film documentaire canadien réalisé par Jennifer Abbott et Mark Achbar. Ce film est basé sur le livre The corporation, the pathological pursuit of profit and power (Les Multinationales, la recherche pathologique du profit et du pouvoir) de Joel Bakan.À VOIR ABSOLUMENT ! Le lien ici :
http://www.youtube.com/watch?v=0ZmQ-YL63fM Octobre 2007, les ouvriers de l’usine de pneus Continental à Clairoix (60)acceptent bon gré-mal gré l’accord proposé par la direction de travailler plus afin de pérenniser le site de production jusqu’en 2012. Mars 2009, en pleine crise des subprimes, la fermeture de l’usine est annoncée. Les salariés contestent cette décision et s’organisent. Rapidement les médias font du conflit un symbole de la lutte sociale. Les Contis obtiennent finalement de leur direction un plan social beaucoup plus avantageux que prévu. Ce film témoigne du quotidien de la lutte, de l’organisation collective mise en place, des rapports parfois conflictuels avec les centrales syndicales, des différents moyens d’actions choisis pour maintenir la pression sur la direction, de l’action juridique au blocage de site en passant par les opérations de communication publique. Ce film permet aussi de débattre sur comment la lutte collective au quotidien modifie les gens individuellement à travers les solidarités qui se créent,
les remises en cause de la société et les inquiétudes sur l’avenir.

Entre nos mains ou, il y a trois ans, Christian Rouaud avec Les LIP, l’imagination au pouvoir.  Les LIP, l'imagination au pouvoir on Vimeo, Bande annonce Les LIP, l'imagination au pouvoir. - YouTube : http : Un film de Christian Rouaud.

CECI N'EST PAS UN SQUAT
Un film de Chantal TEYSSIER
2011, 96 mn

 

 http://www.voiretagir.org/CECI-N-EST-PAS-UN-SQUAT.html



Dans un espace délaissé pendant plus de dix ans, ancienne usine de chaussures de 8000 m2 en plein coeur de Belleville, s'installe, en février 2005, le plus grand collectif artistique de Paris et un Centre d'Art spontané et alternatif unique en son genre.

À "la Générale", sorte de Bateau Lavoir revisité, l'effervescence est partout et à tous les étages : ateliers, expositions, performances, danse, théâtre, musique, jams... les occupants font vivre ce lieu à un rythme effréné. Mais le temps est compté...

Le film interroge la place de l'art et des artistes dans notre société et nous dévoile une micro société talentueuse, lucide, solidaire, généreuse, enthousiaste, responsable, parfois en colère, mais toujours activement et concrètement concernée par la nécessité de vivre et créer ensemble.


La projection sera suivie d'un débat animé par Antoine GIRARD avec Chantal TEYSSIER réalisatrice du film, et Fabrice RAFFIN, socio anthropologue, spécialiste des pratiques culturelles et de la ville.

Une journée dans le tumulte de New York - Vidéo Dailymotion ,Une série qui part à la découverte de cinq mégalopoles - Londres, New York, Rome, Sydney, Hong Kong - et de leurs habitants.Afin de découvrir ce qui fait l'âme New York, Griff Rhys Jones arpente la ville pendant vingt-quatre heures. 

Une journée dans le tumulte de Sydney - videos.arte.tv

Bien décidé à découvrir ce qui fait que New York sera toujours New York, l'acteur et scénariste britannique Griff Rhys Jones arpente la ville pendant vingt-quatre heures. Où l'on croise un homme chargé de hisser soixante-dix drapeaux américains chaque matin, des laveurs de carreaux suspendus aux gratte-ciel, des milliers de banlieusards à Grand Central Station, des ouvriers de la manufacture de piano Steinway, une chorale à Harlem... Thèmes :Documentaire,  Tags :  Sydney,  Griff Rhys Jones Une journée dans le tumulte de Rome,

Conclusion : Aucune reprise n’est à espérer au Japon en 2013. La probabilité d’une stagnation prolongée aux Etats-Unis a augmenté de façon significative. De façon générale, les placements à long terme en actions, obligations ou en devises dans ces deux pays ne sont pas intéressants.

En Chine, aux Philippines ou au Soudan, les chiffres attestent que cette limite est atteinte. L’accumulation productive du capital productif ne cesse de régresser. Aux États-Unis, les cinq cents firmes de l’indice Standard & Poor’s disposent de 631 milliards de réserves liquides ; la moitié des bénéfices des entreprises américaines provient d’opérations sur les marchés financiers. En France, l’investissement productif des entreprises du CAC 40 n’augmente pas même quand leurs bénéfices explosent

La colère put gronder mais aussi  initiatives alternatives voient le jours, dans un avenir incertain.

La fin du rêve capitalisme ? - Citizen Khane : conclusion : Permanent Revolution - The role of credit in capitalism and today's ... :  Traduire cette page : L’adaptation du capitalisme :

 
Le chomage a une histoire - YouTube : htt  : Documentaire su la crise et le chômage depuis les années '70 et l'inefficacité des politiques suivies.
 
 
source : La crise au pays des merveilles - l'Indigné révolté
La gueule de l'emploi

Société par Didier Cros

20 ans, le monde et nous par Mennegun Cyril

Cleveland contre Wall StreetOn aime beaucoup Film documentaire réalisé en 2010 par Jean-Stéphane Bron

Merci patron.avi : Le chomage a une histoire Documentaire su la crise et le chômage depuis les années '70 et l'inefficacité des politiques suivies. 
Les Infiltrès Au Pôle Emploi Mission Impossible (Complet)

 
 
 
Liens externes[
 

Vidéo sur dailymotion.com

Disponible en payant auprès d'Atheles, groupement d'éditeurs indépendants

Attention danger travail sur l’Internet Movie Database - Version plus complète en anglais

« À propos de " Attention danger travail " de Pierre Carles : Refuser le travail c'est bien, le dépasser c'est mieux... », Allocution du philosophe Gérard Briche au festival Avatarium à Saint-Etienne, le 22 novembre 2003, à la suite de la projection du film. Le film et ses limites théoriques quand il parle de ce qu'est le « travail », vu du point de vue de la critique radicale de la valeur et du travail.

 
 

A lire aussi : Après PSA, Doux au rapport ? , Mario Draghi ou le pompier... , Spéculation sur le taux LIBOR , La BCE : polique monétaire , Pourquoi parler de "crise" ? , Think Thank et " crise" , Le Grand Bond en Arrière , L'Europe va-t-elle couper... , L’euro peut-il disparaître ? , Jour J du "sauvetage, « La main invisible », ».Hollande et le changement!

 

Pékin Bulle immobilière et chute tendanciel du taux de profit ? - l'indigné

Chypre, symbole de l’Europe en difficulté ?- citoyenactif

».Hollande et le changement!- Citizen Khane

Hollande, les banques françaises et la dette grecque - Zebre en cavale

Voir la page Facebook de 100000 personnes contre le FN (cliquez ici)

 Presentación "Otro Chile es posible" (1 ( 34 min) 

La batalla de Chile 2 El golpe de estado 1/9 ,

De la servitude moderne,1ère partie (sur 3,
De la servitude moderne, 2ème partie (sur 3),
De la servitude moderne, 3ème partie (sur 3,
100000 personnes contre le FN (cliquez ici) : une photo de 100000 personnes contre le : "Notre objectif n'est pas de les sauver, mais de faire passer un message politique." En voilà encore une de belle ordure...
xtrait d'un think thanks financier :
 
Jeudi 17 janvier 2013
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu