Avertir le modérateur

20/09/2018

Plastique : la grande intox

n

 

 « Mon optimisme est basé sur la certitude que cette civilisation va s’effondrer.
Mon pessimisme sur tout ce qu’elle fait pour nous entraîner dans sa chute. »

  la publication de Flores Magon.

L’image contient peut-être : texte
 
 
Le pillage des ressources de la planète, l’abondante production d’énergie ou de marchandises, les rejets et autres déchets de la consommation ostentatoire hypothèquent gravement les chances de survie de notre Terre et des espèces qui la peuplent. Mais pour laisser libre court au capitalisme sauvage, la croissance ne doit jamais s’arrêter. Il faut produire, produire et reproduire encore.
 
 La prolifération vertigineuse des déchets autour du globe constitue une menace supplémentaire pour la santé de la population et l'environnement, déjà fragilisés par le changement climatique, estime la Banque mondiale dans un rapport publié aujourd'hui.

 Quand Elise Lucet se prend un râteau, elle ne le coupe jamais au montage. Ce nouvel épisode de Cash Investigation n'échappe pas à la règle : on lui raccroche au nez, on lui claque la porte au nez, on ne lui répond pas. C'est devenu une marque de fabrique, alors s'en amuse, elle en rajoute. Évidemment, la mise en scène permet aussi d’insister sur sa ténacité. Mais l’essentiel, c’est la qualité de cette enquête sur la grande intox du plastique.

Addiction catastrophique

Il se fabrique dix tonnes de plastique par seconde dans le monde. 

En 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans la mer. Sur les dix tonnes produites dans le monde chaque seconde, une tonne finit sa route dans les océans. Le continent plastique n'en finit pas de grandir.

Si aucune mesure n'est prise urgemment, le volume des déchets à l'échelle mondiale va s'accroître de 70% d'ici 2050 pour représenter 3,4 milliards de tonnes contre 2,01 milliards en 2016, précise l'institution de Washington. "La mauvaise gestion des déchets nuit à la santé humaine et à l'environnement, ce qui s'ajoute au problème du climat", a commenté Laura Tuck, vice-présidente chargée du développement durable à la Banque mondiale. "Malheureusement, ce sont souvent les plus pauvres de la société qui subissent l'impact d'une gestion inadéquate des déchets", souligne-t-elle. Bien que les pays riches ne comptent qu'à hauteur de 16% de la population mondiale, ils produisent plus d'un tiers (34%) des déchets de la planète. L'Asie de l'est et la région pacifique sont, eux, responsables de près d'un quart (23%) du total des déchets, détaille la Banque mondiale. Et, d'ici 2050, l'Afrique sub-saharienne devrait plus que tripler le niveau de ses déchets et l'Asie du sud plus que doubler.

La Banque mondiale s'inquiète particulièrement de la mauvaise gestion du plastique, particulièrement problématique puisque le plastique peut avoir un impact sur les écosystèmes pendant des centaines voire des milliers d'années. En 2016, le monde a généré 242 millions de tonnes de déchets plastiques, soit 12% du total des déchets solides. Enfin, si les pays riches recyclent environ un tiers de leurs déchets, seuls 4% des déchets sont recyclés dans les pays pauvres. 

» A LIRE AUSSI - Décharges sauvages : retour à l'envoyeur pour ces déchets jetés en pleine nature» Sur l'autoroute, un tiers des Français jette ses déchets par la fenêtre  

Les grandes marques, qui ont rendu le consommateur dépendant de ce matériau, se dédouanent souvent. Une équipe a enquêté sur les stratégies secrètes d'un des géants mondiaux des sodas et ses promesses de recyclage. Certains plastiques sont contaminés par des substances chimiques dangereuses pour la santé. Lesquelles ?

Sur une plage, des bénévoles, tee-shirts jaunes et gants, s’emploient à récupérer les déchets sauvages que la mer recrache sur la dune. L’essentiel des objets récoltés n’est pas biodégradable : bienvenue dans notre monde de polymères. S’appuyant sur cette fructueuse collecte organisée par l’association Gestes propres, Cash investigation démarre une enquête approfondie sur l’épineuse question du recyclage. Comme à son habitude, l’équipe dépasse vite le stade des constats (catastrophique pollution des océans, « économie de la misère » avec ces ramasseurs de bouteilles vides dans des décharges à ciel ouvert…) pour explorer l’univers des fabricants d’emballages, le discours des lobbys à Bruxelles et les stratégies des géants de l’agroalimentaire (Coca-Cola, Danone, Nes­tlé…). Conflits d’intérêts, doubles jeux, objectifs non tenus… : le bilan est édifiant.

bernard blier - Pétrole ! Pétrole ! - film entier

Si le mag ne nie pas les mauvaises habitudes des « consommateurs-pollueurs », qui doivent évoluer, il met en cause la responsabilité des industriels. Quid des promesses de The Coca-Cola Company, qui conditionne ses boissons dans des millions de bouteilles jetables, et de son objectif « zéro déchet » d’ici à 2030 ? Pourquoi la Tanzanie n’a-t-elle bénéficié d’aucun plan de recyclage lorsque la firme américaine a décidé, en 2006, d’abandonner les bouteilles en verre consignées pour passer au plastique ? La dernière partie nous ­ramène en France, où le recyclage des ­déchets plastiques contenant des composants bromés (aux propriétés ignifuges) laisse à désirer. A l’autre bout de la chaîne, on retrouve, dans des jouets notamment, des polluants organiques persistants (POP) toxiques pour la santé. Une enquête sidérante et inquiétante à bien des égards. 

 

Plastique : Élise Lucet dénonce! - C à Vous - 11/09/2018

s’arrêter. Il faut produire, produire et reproduire encore.

 

 

Cash investigation - Plastique : la grande intox (Intégrale)

11 septembre 2018 "Plastique, la grande intox"
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu