Avertir le modérateur

25/11/2017

The Rollback: Trump's Toxic War

n

 
n
 
Arctique, la conquête glacial

Le Nebraska donne son feu vert à la construction de l'oléoduc Keystone XL

Pétrole.

C'était une promesse de campagne de Donald Trump. Après plusieurs années de débat acharné et de controverses autour du projet, l'Etat du Nebraska a voté en faveur de la construction de l'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les Etats-Unis, rapporte le New York Times. Ce pipeline géant, construit par TransCanada, pourrait, à pleine capacité, acheminer chaque jour plus de 800 000 barils de pétrole des gisements de l'Alberta vers les raffineries américaines. Soit le double du débit existant. Au printemps, Donald Tump avait donné son feu vert à la construction de cet oléoduc controversé, auquel son prédécesseur Barack Obama avait mis son veto lors de la COP 21. Les opposants au projet estiment qu'il doperait l'extraction du pétrole des sables bitumineux, un processus qui rejette 17% de gaz à effet de serre de plus que l'extraction traditionnelle. Les défenseurs de l'environnement pointent également le risque de fuites, expliquait Libération il y a quelques jours.

 

The Rollback: Trump's Toxic War

A look at the Trump administration's regulations cull and the consequences for health, safety and the environment.

22 Nov 2017 12:04 GMT EnvironmentUnited StatesDonald TrumpClimate SOS

 

 

 Depuis que le président américain Donald Trump  est entré à la Maison Blanche, il y a une réussite qu'il ne peut pas nier.

Il a tenu sa promesse électorale d'abroger des centaines de règles fédérales «destructrices d'emplois», souvent en suivant les recommandations de puissantes industries.

"Mon gouvernement met fin à la guerre contre le charbon ... et du charbon propre, du charbon vraiment propre.Avec l'action exécutive d'aujourd'hui, je prends des mesures historiques pour lever les restrictions sur l'énergie américaine, pour renverser l'intrusion gouvernementale et pour annuler l'emploi règlements », a déclaré Trump.

Intitulée «Une nouvelle fondation pour la grandeur américaine», les changements les plus notables dans le premier budget sous l'administration Trump ont été des réductions sévères et des reculs réglementaires à l'Environmental Protection Agency (EPA), un organisme gouvernemental créé pour protéger la santé et l'environnement.

Les ravages qui ont été causés à la protection de l'environnement vont prendre une décennie ou plus à défaire.

Betsy Southerland, ancien employé de l'EPA

Le nouveau chef de l'EPA est Scott Pruitt, politicien de l'Oklahoma, qui refuse le climat et qui, sous l'administration Obama, a intenté 14 poursuites contre l'EPA au nom de nombreuses industries polluantes qu'il est censé réglementer.

Depuis sous le patronage de Pruitt, l'EPA a renversé une proposition d'interdiction d'un pesticide lié à l'autisme et retard de développement chez les enfants, reconsidéré les règles sur l'élimination des cendres de charbon et abrogé le plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Les États-Unis se sont également retirés de l'Accord de Paris sur le climat - Paris Climate Agreement, violant essentiellement la promesse de réduire les émissions de gaz à effet de serre dues au réchauffement de la planète.

Betsy Southerland était un haut fonctionnaire au bureau de l'eau de l'EPA pendant 30 années. Lorsque l'administration Trump a décidé d'annuler la réglementation sur la pollution par les déchets de charbon produite par les compagnies d'énergie, Southerland a quitté l'agence.

Dans les semaines qui ont suivi son départ, Scott Pruitt a annoncé qu'il envisagerait d'abroger une règle imposée par l'équipe de Southerland concernant les rejets d'eaux usées des centrales électriques.

Pruitt a attribué l'abrogation à la perte d'emploi et à l'impact économique.

"Je ne sais pas pourquoi il a dit ça, parce qu'à ce moment-là ... nous ne l'avions jamais briefé une fois sur la règle, nous aurions pu lui montrer clairement en détail qu'il n'y aurait pas de grosse perte d'emploi ou grand impact économique », explique Southerland. "[C'est] déchirant parce que nous savons que cette règle était si nécessaire pour protéger la santé publique."

Dans cet épisode de Fault Lines, nous regardons au-delà de la fumée et des scandales, et nous nous rendons en Caroline du Nord et dans la vallée centrale de la Californie, où les communautés ont des histoires édifiantes sur ce que ce démantèlement pourrait coûter.

 

 

Source: Al Jazeera

08/11/2017

Iran : Cri d’un peuple indigné

n

Iran Cri D un Peuple Indigne
 
Théisme, Nationalisme, Capitalisme... Les religions vont bien.
...ni contre l'une ni contre l'autre des religions en particulier, mais contre toutes les religions qui de fait enrégimentent les consciences/vivants dans des idées/relations totalitaires, guerrières et qui laissent perdurer, pour la cause, la soumission/domination et l'exploitation des humains par d'autres.

Iran 1979: Legacy of a Revolution

Quel est l'héritage de la révolution islamique en Iran et comment affecte-t-elle la société iranienne plus de trois décennies plus tard?Comment la population iranienne peut-elle supporter l’oppression et la répression que lui impose la République Islamique instaurée par les ayatollahs depuis la Révolution de 1979 ?


 

 

Filmmaker Manon Loizeau secured unique access to young Iranians who took to the streets after disputed 2009 elections.

Iran, Politics, Protests

 
 

Acclaimed French filmmaker Manon Loizeau gives a unique behind-the-scenes perspective on the people and events involved in the protest movement that sweptIran eight years ago. Filmed on the streets of Tehran, the documentary charts the growing tensions in the build-up to the presidential elections of June 12, 2009, the rallies and marches that followed the controversial official announcement of the result and the government's subsequent aggressive clampdown on dissidents and protesters. Loizeau followed a group of young Iranians throughout this extraordinary period and captures why they were so angry and willing to risk everything to bring change and political reform to their country. Eight years later, Loizeau tells REWIND the hunger for change cannot be suppressed in the Iranian people. 

"The incredible energy of the new generation is there and it really wants to build a new country. And that's going to be very hard to suppress," she says.

Source: Al Jazeera

 
Manon Loizeau, cinéaste française acclamée, donne un point de vue unique en coulisses sur les personnes et les événements impliqués dans les mouvements de protestation qui ont déferlé il y a huit ans.
Tourné dans les rues de Téhéran, le documentaire montre des tensions croissantes à l'approche des élections présidentielles du 12 juin 2009, des rassemblements et des marches qui ont suivi l'annonce officielle controversée du résultat et la répression agressive du gouvernement contre les manifestants dissidents.
Suivie par un groupe de jeunes Iraniens dans cette période extraordinaire et capture pourquoi ils étaient tellement en colère et prêts à tout risquer pour apporter le changement et la réforme politique à leur pays.
Huit ans plus tard, Loizeau dit à REWIND que la faim de changement ne peut être réprimée par le peuple iranien.
«L'énergie incroyable de la nouvelle génération est là et elle veut vraiment construire un nouveau pays et il sera très difficile de le supprimer», dit-elle.
Source: Al Jazeera
Dites-nous ce que vous pensez
 

What is behind Iran's war on the BBC?

 
 
In this June 26, 2009 file photo a BBC Persian service presenter gets ready to present the news, at the corporation's London headquarters [Simon Dawson/AP]
In this June 26, 2009 file photo a BBC Persian service presenter gets ready to present the news, at the corporation's London headquarters [Simon Dawson/AP]

Le 25 octobre, la BBC a envoyé une plainte officielle aux United Nations au sujet de la persécution subie par le personnel de son service perse en Iran.. Une enquête criminelle a été ouverte contre 152 anciens et actuels membres du personnel de la BBC pour «conspiration contre la sécurité nationale». En août, un tribunal a ordonné le gel des avoirs des 152 individus et de leurs familles.

Les autorités iraniennes ont harcelé, insulté et intimidé le personnel du service persan de la BBC pendant près de 40 ans, souvent accusés d'être des espions pour le gouvernement britannique.

Cette campagne soutenue n'a aucune justification aujourd'hui, mais ses racines pourraient être retracées dans le rôle que la BBC avait l'habitude de jouer comme outil de propagande pendant la Seconde Guerre mondiale et les premiers jours de la guerre froide.

Les Documents  du Foreign Office britannique révèlent comment, en décembre 1940, lorsque la radio perse de la BBC est apparue, ils faisaient partie de la stratégie britannique de lutte contre la propagande nazie. Les émissions en persan comprenaient des textes écrits par les services secrets britanniques ciblant directement le shah d'Iran, Reza Pahlavi, soupçonné de soutenir les plans expansionnistes d'Adolf Hitler en Asia. Les émissions qui auraient provoqué la chute de Reza Shah ont critiqué ses méthodes "dictatoriales" et préconisé le républicanisme.

"Le gouvernement de Sa Majesté accepte maintenant que la BBC puisse commencer à donner diverses émissions en persan préparées à l'avance, en commençant par des pourparlers sur le gouvernement constitutionnel et en augmentant de force et de couleur jusqu'à ce que toute la mauvaise gestion, la cupidité et la cruauté de Reza Shah ", a déclaré un document.

En outre, à la fin des années 1940 et au début des années 1950, lorsque la crise diplomatique sur la nationalisation du pétrole iranien a atteint son paroxysme, les émissions de la BBC Persian ont été utilisées pour discréditer le Premier ministre iranien, Mohammad Mossadeq. En mars 1951, lors de la nationalisation, il fut décrit comme «un patriote malavisé et souvent pur-aveugle dont la démagogie distincte, son obstination obstinée et son manque total d'idées de construction» avaient provoqué la crise.

 READ MORE

Iran's revolutionary guard explained

Ces épisodes ont eu un impact durable sur la mémoire collective des Iraniens envers la BBC Persian. Mais deux points doivent être notés ici: Premièrement, que la République islamique n'a aucune affinité avec Reza Shah ou le Dr Mossadeq. Deuxièmement, dans les décennies qui ont suivi l'affaire Mossadeq, la BBC a progressivement changé et au moment où le soulèvement populaire contre l'Iranien Shah Mohammad Reza Pahlavi a commencé en 1978, elle cherchait à couvrir objectivement les événements dans le pays.

Aujourd'hui, les théoriciens du complot en Iran, dirigés par le guide suprême Ali Khamenei, considèrent toujours la BBC comme un instrument des machinations politiques britanniques

"La chaîne de la BBC diffusée par les services de renseignement anglais vise à interférer dans les affaires intérieures de l'Iran, ce qui nécessite la vigilance des forces révolutionnaires", a déclaré le Revolutionary Guards (IRGC) lors de la diffusion de BBC Persian TV.

Cependant, les autorités ont commodément oublié que ce sont les émissions persanes de la BBC pendant les deux années qui ont précédé la révolution iranienne de 1979 qui ont d'abord diffusé leurs revendications du régime du shah.

Ils ont oublié comment ils ont profité des reportages indépendants de la BBC quand, malgré la pression croissante des gouvernements iranien et UK pour ne pas diffuser une interview avec le leader de la révolution, l'ayatollah Ruhollah Khomeini, la BBC a décidé d'aller de l'avant.

Pour cette raison, le shah a appelé la BBC son «ennemi numéro un» dans les derniers mois de 1978, exigeant que le Foreign Office ferme la section.

Des documents d'archives ont révélé que les plaintes ont été transmises par Sir Anthony Parsons, alors ambassadeur du Royaume-Uni en Iran, qui a soutenu que les émissions avaient exaspéré le shah «un ami britannique important dans la région».

 

 

WATCH

 

Human rights in Iran

La BBC est restée catégorique sur le fait que ses reportages sur la révolution doivent continuer. Plusieurs partisans éminents du shah présidant au Royaume-Uni ont bombardé la BBC avec des plaintes.

Le service persan est devenu un sujet très débattu au Foreign Office avec beaucoup d'accord avec Parsons que le service devrait être fermé et d'autres, y compris le ministre des Affaires étrangères de l'époque, David Owen, disant que la BBC devrait être autorisée à fonctionner de manière indépendante. Ce dernier argumentait que les intérêts à long terme de la Grande-Bretagne consistaient à permettre à la BBC d'être indépendante et digne de confiance en tant que radiodiffuseur mondial.

Depuis la révolution iranienne, la BBC a eu du mal à maintenir un bureau en Iran et à garder son personnel iranien hors de danger. Il s'est plaint de harcèlement aux autorités à plusieurs reprises mais sans résultat.

Depuis les manifestations de 2009, que la BBC a largement couvert, le harcèlement contre son personnel a augmenté de façon exponentielle.

La plainte déposée par le réseau auprès des Nations Unies «plusieurs violations en cours du droit du personnel perse de la BBC à la liberté d'opinion, de mouvement et d'expression». Il stipule également que les mesures imposées à son personnel et à leurs familles peuvent «engager un large éventail de droits en vertu du droit international général et des droits de l'homme internationaux».

Il documente plusieurs cas de harcèlement de son personnel, notamment comment la soeur d'un journaliste a été détenue à la prison d'Evin pendant 17 jours et forcée de plaider auprès du journaliste via Skype pour cesser de travailler pour la BBC ou espionner ses collègues. Il y a aussi des preuves de la façon dont les parents âgés des journalistes ont été interrogés et interrogés la nuit. La forme la plus courante de harcèlement implique la confiscation des passeports à l'arrivée, l'appel à l'interrogatoire, puis les accusations et les histoires incendiaires inventées dans la presse extrémiste.

Il est clair que le personnel de la BBC Persian est puni pour avoir exposé des vérités dérangeantes en Iran, où le régime répressif continue d'étouffer la liberté d'expression. Le journalisme n'est pas un crime et les autorités en Iran ne devraient pas utiliser les journalistes comme des pions pour régler les comptes politiques contre la Grande-Bretagne.

The views expressed in this article are the author's own and do not necessarily reflect Al Jazeera's editorial policy.

Iran vs UK: History of a media war
 

THE LISTENING POST

Iran vs UK: History of a media war

 
Iran : Cri d’un peuple indigné de Un film de Jamshid Golmakani

Après des décennies de règne royal, des millions d'Iraniens sont descendus dans la rue dans un mouvement populaire contre un régime considéré comme brutal, corrompu et illégitime.
Les forces révolutionnaires, sous la direction du grand ayatollah Khomeiny, ont forcé le shah d Iran à l'exil.

Son gouvernement a été renversé et remplacé par un nouvel ordre islamique. La révolution islamique a mis l'Iran sur une nouvelle voie - celle qui a conduit à un conflit en cours avec l'Occident.

Des décennies après la fondation de la République islamique, les idéaux qui ont inspiré le soulèvement continuent d'affecter la vie quotidienne dans l'Iran moderne.

Comment la révolution a-t-elle réussi à se maintenir grâce à la guerre, à l'isolement international, aux sanctions économiques et à la turbulence régionale?

Et comment la société iranienne a-t-elle changé depuis le bouleversement sismique de 1979?

Rageh Omaar est allé en Iran pour le découvrir.

This documentary was first broadcast on Al Jazeera English in August 2009.

 

Iran : Cri d'un peuple indigné - YouTube n


Persepolis (Bande-annonce) - YouTube

 

Source: Al Jazeera  Middle East, Iran, Politics

Persepolis - l'indigné révolté

 

Pourquoi l'Iran fait peur aux Saouds?

J'entends cette liberté de chacun qui, loin de s'arrêter comme devant une borne devant la liberté d'autrui, y trouve au contraire sa confirmation et son extension à l'infini ; 
la liberté illimitée de chacun par la liberté de tous, la liberté par la solidarité, 
la liberté dans l'égalité ;
la liberté triomphante de la force brutale et du principe d'autorité qui ne fut jamais que l'expression idéale de cette force ;
la liberté, qui après avoir renversé toutes les idoles célestes et terrestres, fondera et organisera un monde nouveau, celui de l'humanité solidaire, sur les ruines de toutes les Églises et de tous les États.
Je suis un partisan convaincu de l'égalité économique et sociale, parce que je sais qu'en dehors de cette égalité, la liberté, la justice, la dignité humaine, la moralité et le bien-être des individus aussi bien que la prospérité ne seront jamais rien qu'autant de mensonges.
Mais, partisan quand même de la liberté, cette condition première de l'humanité, je pense que l'égalité doit s'établir dans le monde par l'organisation spontanée du travail et de la propriété collective des associations productrices librement organisées et fédéralisées dans les communes, et par la fédération tout aussi spontanée des communes, mais non par l'action suprême et tutélaire de l'État.
Bakounine

 les sarkofiottes (resistance)

Irak, L'Ombre de la Guerre

Persepolis Par Enkolo dans Accueil le 5 Février 2017
La révolution islamique 

ABOUT THE AUTHOR

01/11/2017

France Etat d'urgence, vu de l'intérieur

n

 une photo.

 

 

ça fait ch....

L’image contient peut-être : texte
 
 

Attentats de Paris, l’onde de choc

J'ai enfin compris le sens de ce dessin mystérieux : en matière de sécurité publique l'opinion est très volatile !

 

 

 n lecture du matin... malheureusement toujours d'actualité. Dans son dernier ouvrage, le politologue revient sur sa vision de l’islam politique comme une réaction identitaire à la domination coloniale


 

EN DIRECT - Le chauffeur d'une camionnette a fauché des cyclistes et des passants mardi à Manhattan, faisant huit morts et 11 blessés, dans le premier attentat meurtrier à New York depuis 2001. Le maire de New York, Bill de Blasio, a condamné «un acte de terrorisme particulièrement lâche».

 Un Ouzbek de 29 ans, auteur présumé de l’attaque qui a fait huit morts mardi à Manhattan, « s’est radicalisé aux Etats-Unis », où il vit depuis 2010. Le Monde Des images filmées par des témoins racontent l’attaque terroriste à la voiture bélier à New York. Huit personnes ont été tuées et onze blessées vu par 39 K vues - 235235 - 50 partages

Toutefois, ces éléments nous interpellent sur ce pays d'Asie centrale. Selon un article de La Croix d'avril dernier, l'ancienne république soviétique est minée par des courants de types djihadistes. "Réprimés chez eux, ces islamistes extrémistes combattent à l'étranger", écrit le journal dans cet article.

Sombres perspectives, corruption et chappe de plomb sur la société civile - Source Le Monde

L'Ouzbekistan est un des pays les plus fermé du monde, ce qui a occassioné une migration de sa popultion pour ces même raison. Une partie est allé en Arabie Saoudite se réfugier, et a appris le wallabisme salafiste. Une bonne partie du contingeant de l'EI provient des ex province de Russie ( Téchthénie - deux guerre meutrière - un dictateur a la solde de Moscou et une islamisation des militants tchéchène faute de perspective politique  - Ouzbékistan...). Ce n'est donc pas étonnant de les retrouver dans des actes de terrorisme.

ISIL: Target Russia

'4,000 Russians fight for ISIL' / 4000 milles Russes partis combattre pour Daesch

 NEWS/EUROPE HHow Russia spawned more ISIL fighters than most nations

Au lendemain du 13 novembre, le pays est sous le choc. François Hollande décrète l'état d'urgence pour douze jours. Prolongé par le Parlement le 20 novembre pour trois mois, il a à nouveau été prorogé, en janvier, jusqu'au 26 mai. Serge Moati et Yoann Gillet entreprennent de décrypter les mécanismes de cet état d'exception, institué par la loi pendant la guerre d'Algérie en 1955.

 

France Etat d'urgence, vu de l'intérieur ARTE

"Une vingtaine de personnes" seront assignées à résidence dans le cadre de la nouvelle loi anterroriste, a déclaré le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, alors que 41 personnes étaient assignées à résidence dans le cadre de l'état d'urgence qui prend fin mercredi.

L'assignation à résidence "va concerner peut-être une vingtaine de personnes et ces vingt personnes nous allons les surveiller", a estimé le ministre de l'Intérieur sur BFMTV. Ces personnes devront "pointer tous les jours au commissariat ou une gendarmerie", a-t-il précisé.

Collomb n'exclut pas de «revenir à l'état d'urgence» en cas d'attentat de "meurtre de masse", la France pourrait de nouveau avoir recours au régime exceptionnel de l'état d'urgence, qui prend fin mercredi pour être remplacé par une loi antiterroriste.

"S'il y avait un meurtre de masse - ce qu'on a pu connaître au moment du Bataclan - c'est possible qu'on soit obligé de le remettre mais nous allons faire en sorte que nous puissions gérer des situations de crise. Si elle devenait (la situation) extrêmement dramatique, nous pourrions revenir à cet état d'urgence", a-t-il affirmé mercredi à BFMTV.


L'état d'urgence est-il nécessaire ? Ce sujet, qui ressemble à l'intitulé d'une dissertation de préparation à l'ENA, divise le pays depuis les attentats du 13 novembre. En bon conteur, Serge Moati raconte ce que cache cette mesure d'exception — et pourtant sans cesse renouvelée — dont le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, juge lui-même qu'elle doit être utilisée « avec une infinie précaution ». En quoi facilite-t-elle la lutte contre le terrorisme ? En quoi menace-t-elle l'Etat de droit ?
 
Le documentariste se livre à un bilan qu'il estime « mitigé » (3 300 perquisitions pour 35 condamnations entre janvier et mai 2016), confiant plutôt la parole aux maillons (sinon aux soutiens) de cet état d'urgence : policiers du Raid, gendarmes aux frontières, responsable du Renseignement... Chacun explique son rôle, tente de couper court aux fantasmes (« On ne va pas créer un Guantánamo à Belle-Ile », persifle le coordinateur de la lutte antiterroriste), sans justifier non plus les assignations à résidence abusives. Ce qu'il en ressort ? Une mesure plus symbolique qu'efficace, qui a surtout permis aux Stups d'arrêter quelques gros trafiquants de drogue... —
 
 Face à ces mesures d'exception sensées durer douze jours, finalement prolongées et prolongées encore, une question se posait : jusqu'où étions-nous prêts à aller pour assurer notre sécurité ? « Etat d'urgence, vu de l'Intérieur » est une immersion au cœur d'un ministère – celui de l'Intérieur – au plus près des policiers, des gendarmes, des responsables des services des renseignements et des coordinateurs de la lutte anti-terroriste, afin de regarder de près, de très près comment s'organise cet état d'urgence qui au fil du temps soulève de plus en plus de questions, de doutes et de polémiques dans la société civile. Sur fond de révision constitutionnelle et de la très controversée déchéance de nationalité, on y découvre un Bernard Cazeneuve, Ministre de l'Intérieur et des cultes, qui tente de rassurer et de fédérer des communautés de plus en plus inquiètes et stigmatisées. C'est une histoire de notre temps, d'une France qui se cherche, plus que jamais, entre sécurité et libertés.      


de Serge Moati, en collaboration avec Yoann Gillet – ARTE GEIE / La Compagnie du Belvédère / Baozi Prod – France 2016

 
A lire France : Etat d'urgence, vu de l'intérieur | ARTE Info  
France : état d'urgence, vu de l'intérieur - L'essentiel - Télérama.fr

 

Nicolas Hernandez Cointot La société fonctionne sur le contrôle des mouvements.... Parfois elle a besoin de relancer le contrôle, le sentiment qu'elle contrôle et rassurer les braves électeurs en leurs mixant un mélange de stimulus favorisant la consommation ou la peur..... Cela leur permet de maintenir les murs d'une société ou sinon les gens se rebeller face aux manquent de programmes politiques, de perspectives, d'inégalité de classe.... Au Etat Unis, après le terrorisme islamique, le deuxième ennemis sont les écologistes.... Cela montre bien la partialité du jugement des Etats

 

 

Intéressantes interviews sur le terrorisme et sa gestion par les puissances occidentales, médias et citoyens du terrorisme suite a l'attentat cette nuit à New York William Bourdon, avocat, président-fondateur de l’association Sherpa,est l'invité d'Alexandra Bensaid à 7h50. Le politologue Bertrand Badie est l'un des invités de Nicolas Demorand au lendemain de l'attaque mortelle à New York. https://www.franceinter.fr/emissi…/…/le-7-9-01-novembre-2... 

William Bourdon, avocat, président-fondateur de l’association Sherpa,est l'invité d'Alexandra Bensaid à 7h50. Le politologue Bertrand Badie est l'un des invités de Nicolas Demorand au lendemain de l'attaque mortelle à New York.
 
Wiliam Bourdon - Bertrand Badie FRANCEINTER.FR 
 
 

William Bourdon : "Le contrôle judiciaire va être un contrôle qui va, neuf fois sur dix, être une fiction"  - 1 réponse - 1111 Retweets - 1313 j'aime

n A lire Attentat de New York : le suspect serait un Ouzbek arrivé aux États-Unis en 2010

 

William Bourdon a notamment dénoncé l'idée sous-jacente diffusée par les politiques français qu'au motif de la sécurité, on pouvait peu à peu déroger à la convention européenne des Droits de l'Homme.

Impliqué dans la question du retour de djihadistes sur le territoire français, parce qu'il défend une famille qui s'était installée en territoire occupé par l'organisation État islamique, William Bourdon a dénoncé les propos de la ministre des Armées Florence Parly qui laisser sous-entendre son indifférence à une "peine de mort larvée", en cas décès de ressortissants français dans les combats contre l'EI.

EN DIRECT - Attentat de New York : Trump ordonne un renforcement du contrôle des étrangers

Une structure qui donne les moyens et les envie : La prison :C'est comme un grand dépotoire de la délinquance ou des jeunes désœuvrés pourront a la fois se constituer un carnet d'adresse professionnel. Un genre de Linkel du terrorisme , donc ils peuvent se mettre avec d'autre jeunes qui n'ont pas les mêmes compétences Un jeune spécialisé sur le traffic de stupéfiant pourra rencontrer un spécialisé dans le cars jakkong qui pourra lui permettre de lui fournir une voiture volée . Il y a une vraie mutualisation des compétences et en parallèle ces jeunes pourront rencontrer un futur employeurs " Terroriste). terroriste certes, mais employeur. Nous on pensait ! Mon dieu, protégez nous des terroristes, enfermez les en prison. Au final, on devrait dire l'inverse : Mon dieu, protégez nous des terroristes, faites les sortir de prisons. "


 
 Jehan Jonas - Flic de Paris (1967) YOUTUBE.COM 
 

n  Infrarouge, vous êtes en Garde a Vue!

via Yannis Youlountas

 

Rappelons que les "anarcho-libertaires" sont un peu comme les communo-communistes, à la différence que leur drapeau est plutôt noir-noir que rouge-rouge.

Selon nos informations, plusieurs lénino-léninistes, trosko-troskistes, guévaro-guévaristes et même des appelo-appelistes seraient également sous surveillo-surveillance.

Une source proche du dossier précise que l'extrême-gauchisme de gauche, politiquement situé tout au fond à gauche de l'ultra-gauche gauchisée, est, plus que jamais, dans le collimateur de la police policière et des plus importants services de renseignements ultra-secrets chercho-investigatoires spécialisés dans la redondance superfétatoire du pléonasme amplificateur de la menace d'extrême-gauche ultra-gauchiste anarcho-libertaire.

 

FRANCEINTER.FR
 
 
  

UHT
Ultime Hyper Totale gauche
À gauche de la gauche de la gauche de l'extrême gauche 

(merci @laparisiennelib !)


n
Attentats de Paris, l'onde de choc
L'empilement des lois antiterroristes
Depuis 1986, le Parlement français n'a cessé de renforcer l'arsenal judiciaire contre le « terrorisme ». Plusieurs mesures rognant les libertés publiques et annoncées comme provisoires ont été par la suite entérinées définitivement.



Bernard Le Gall Le terrorisme politique est bien protégé !
Nicolas Hernandez Cointot Disons en tout cas qu'il sert beaucoup d'intérêt différents aux nom de la lutte anti terroristes

 

 

L’empilement des lois antiterroristes

Depuis 1986, le Parlement français n’a cessé de renforcer l’arsenal judiciaire contre le « terrorisme ». Plusieurs mesures rognant les libertés publiques et annoncées comme provisoires ont été par la suite entérinées définitivement.

A lire L’empilement des lois antiterroristes - Monde diplomatique


 

Vers un état d'urgence permanent ?

 
 

A lire aussi 

Hommage à Rémi Fraisse

hommage à Rémi Fraisse Créé le dimanche 23 octobre 2016
 

lecture du matin... malheureusement toujours d'actualité. Dans son dernier ouvrage, le politologue revient sur sa vision de l’islam politique comme une réaction identitaire à la domination coloniale

 
 
A Lire aussi Bilan de la guerre "contre le terrorisme" 29/07/2016 L'histoire sans fin contre le terrorisme : " Donald Trump, le « candidat des djihadistes » ?Selon le Monde passé les manifestations d’« indignation » de façade, des figures djihadistes n’ont pas caché une certaine satisfaction sitôt le résultat de la présidentielle américaine connu. Terrorisme, raison d'EtatAfghanistan, le prix de la vengeance
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu