Avertir le modérateur

17/12/2017

L'empire Trump

 
n
 
 
L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte
 
 
 

Une centaine d’économistes de tous pays, réunis au sein de la World Wealth and Income Database (WID.world) vient de publier un rapport sur les inégalités sociales mondiales. Il permet d’étudier la trajectoire de toutes les catégories de revenus et de patrimoine, et notamment celles des plus riches.

Les 1% les plus riches du monde ont récupéré 27% de la croissance dans le monde, depuis le début des années 1980.

Ils ont profité deux fois plus de cette croissance que la moitié l...

Afficher la suite
Aucun texte alternatif disponible.
 
 
 

La Haute autorité pour la transparence de la vie publique, qui a publié vendredi les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement, a révélé que plusieurs ministres étaient millionnaires, parmi lesquels Muriel Pénicaud, Nicolas Hulot et Françoise Nyssen.

» LIRE AUSSI - La «délocalisation» temporaire de Matignon dans le Lot, c'est parti !

Selon les documents mis en ligne, la ministre du Travail, qui l'été dernier avait été critiquée pour une plus-value réalisée sur des actions Danone du temps où elle était DRH du groupe, a un patrimoine de plus de 7,5 millions d'euros, et le ministre de la Transition écologique de plus de 7,2 millions.

» LIRE AUSSI - Nicolas Hulot, le paratonnerre d'Emmanuel Macron

Toutes ces déclarations sont à retrouver en cliquant ici.
 
 
 

«Ils ont profité d'une crise qui a particulièrement touché des travailleurs»


«Après que sa banque ait empoché des milliards de dollars venant des contribuables dans le cadre du sauvetage financier, Mnuchin a fait fortune en dirigeant une banque qui a agressivement saisi les logements de familles affectées par la crise.» et a fait perdre des milliers de retraites par la faillite des fonds de pension.

 

Editorial du « Monde ». Candidat des petites gens, Donald Trump a mené une campagne populiste sur le malheur des laissés-pour-compte de la mondialisation, fustigeant la mainmise des élites et brocardant l’arrogance des puissants. Président élu, il s’entoure de milliardaires, de patrons de multinationales, de généraux (trois) et d’anciens de la banque Goldman Sachs (trois).

13:13Etats-Unis : Steven Mnuchin, ancien de Goldman Sachs, nommé secrétaire au Trésor le 30/ 11/2016 Alors que Donald Trump n’a eu cesse de fustiger « les élites de la finance » pendant la campagne présidentielle, Steven Mnuchin, qui a travaillé pour la banque Goldman Sachs, annonce qu’il sera secrétaire au Trésor dans la prochaine administration américaine. 

 

 

Etats-Unis: dissensions dans l'équipe Trump LIRE AUSSI: » Le gouvernement de Donald Trump, un club de milliardaires

Aucun chef d'État n'est toutefois arrivé dans le Bureau ovale en possédant une telle nébuleuse d'actifs que Donald Trump, d'où un risque sans précédent. Son empire hôtelier s'étend par exemple de la Turquie à l'Uruguay en passant par les Philippines et la Corée du Sud. Il possède des parcours de golf aux Émirats arabes unis, en Irlande ou encore en Grande-Bretagne.

Jamais un gouvernement américain n’aura rassemblé autant de grosses fortunes que celui nommé par le futur président américain.

 

Lorsque le président républicain George W. Bush a formé son premier gouvernement en 2001, les médias ont aussitôt parlé d’un club de milliardaires et les critiques se sont demandé si ces gens pouvaient vraiment être conscients des problèmes rencontrés par la plupart des Américains.

À eux tous, les membres de ce club pesaient environ 250 millions de dollars, soit un dixième environ du patrimoine du seul futur ministre du Commerce des États-Unis.

Donald Trump est en train de mettre sur pied le cabinet le plus riche de l’histoire américaine moderne. Les personnes à qui il va confier les plus hautes fonctions incluent plusieurs milliardaires, l’héritière d’une immense fortune familiale et deux milliardaires certifiés par Forbes, dont la famille de l’un pèse autant que le magnat de l’industrie Andrew Mellon lorsqu’il était ministre des Finances il y a presque cent ans.

À en croire les rumeurs sur les candidats aux autres postes, Trump pourrait bientôt ajouter quelques grosses fortunes de plus.

De riches héritiers

Nombre des personnalités nommées par Trump sont nées riches, ont fréquenté des écoles d’élite et ont continué à accroître leur fortune à l’âge adulte. Mis ensemble, ils ont beaucoup plus d’expérience dans le financement de candidats politiques que dans la direction de ministères.

Leur richesse collective contredit à bien des égards les promesses populistes de Trump pendant sa campagne. Leurs liens avec le monde

[...]

 
COURRIERINTERNATIONAL.COM
 
L’actuel dirigeant de la banque, Lloyd Blankfein, a lui-même estimé que celui, dont il ne pouvait pas « imaginer » quelques mois plus tôt « qu’il ait le pouvoir nucléaire », était un « gars intelligent » :« M. Trump pourrait se révéler un bien meilleur président que tous les gens qui ont occupé cette place », saluait-il dernièrement.

Ce travail quantitatif ne permet pas de visualiser la totalité des liens entre la banque et le pouvoir politique, mais il permet d’en tracer les grandes lignes. Premier enseignement, c’est sous l’administration Bush que la pieuvre a étendu ses ramifications, avec le plus de puissance, en nombre d’employés recrutés mais aussi d’organismes pénétrés.
Poste actuel des anciens de Goldman passés par le service public américain.
 Démocrates et républicains confondus

Si certains employés de Goldman ont exprimé des préférences politiques (Gary Cohn, par exemple, est toujours inscrit comme démocrate sur les listes électorales), leur générosité ne dessert pas un camp au profit de l’autre : selon les décomptes de l’association Open Secrets, la banque a été parmi les plus généreuse donatrices pendant les campagnes de Barack Obama et d’Hillary Clinton. Le volume des dons avantage toutefois traditionnellement les républicains

Son actuel président, Robert Zoellick, est un pur produit de ce système de vases communicants :

« Pendant vingt-cinq ans, il a évolué entre le gouvernement et le secteur privé, prenant à chaque fois des postes plus élevés », résume la page qui lui y est consacrée sur le site Internet de l’institution.

Entre deux nominations au sein de la banque, M. Zoellick a trouvé le temps de servir les Bush, père et fils, tout en plaçant ses pions dans une dizaine d’instances au rayonnement international : institutions, universités, sommets, clubs… avant de retourner en 2013 chez Goldman Sachs, pour la troisième fois.

Un empire qui s’étend à l’Europe

Il n’y a pas qu’aux Etats-Unis que « la firme » étend son empire : l’embauche de l’ancien président de la Commission européenne, Manuel Barroso, cet été, comme conseiller de la banque pour la branche londonienne (l n’est pourtant pas le seul : avant lui, les Italiens Romano Prodi, les deux Mario (Draghi et Monti), le Grec Lucas Papademos, et jusqu’à la Banque d’Angleterre (Mark Carney)…actuel président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a décidé de durcir le ton et proposé de rallonger la période pendant laquelle les ex-commissaires doivent rendre des comptes sur leur parcours professionnel,

DÉCRYPTAGE Goldman Sachs et la Maison Blanche, une histoire d’allers-retours et d’intérêts bien compris , Lire aussi :   Goldman Sachs, enquête sur une société secrète Mathilde Damgé

La réglementation financière dans le collimateur de TrumpDonald Trump promet d'abroger une loi emblématique votée après la crise financière de 2008 mais Wall Street elle-même reste circonspecte sur les intentions du nouveau président républicain. Si Trump affirme vouloir en finir avec le Dodd-Frank Act et dit travailler à le "remplacer par de nouvelles politiques pour encourager la croissance économique et la création d'emplois", il reste cependant avare de détails sur la manière dont il entend procéder. La loi Dodd-Frank, réponse de 848 pages de l'administration Obama à la crise financière, régule l'ensemble du secteur financier et a pour objectifs d'éviter une répétition des errements ayant conduit à la banqueroute de la banque Lehman Brothers et de mettre fin au "Too big to fail" (banques trop grosses pour faire faillite).

Elections présidentielles américaines., Lire aussi :   Trump président : à Londres, la City n’a rien vu venir Lire aussi :   Quelles sont les futures figures de l’administration Trump ?

 

12/11/2017

Ou va la Pologne ?

 

Pour moi, tout courant d’idée qui admet la dictature — franche ou estompée, «droite» ou «gauche» — est au fond, objectivement et essentiellement, fasciste.
Pour moi, le fascisme est surtout l’idée de mener les masses par une «minorité», par un parti politique, par un dictateur. Le fascisme, au point de vue psychologique et idéologique, est l’idée de la dictature.
VOLINE

 " Gare alors aux troupeaux de tondeurs, car là ou il y a il y a un troupeau, il y aura forcément des tondeurs et des mangeurs de troupeau" - Bakounine
 

Flores Magon avec la "macron-isation des mentalités et le retour des bigots toutes religions confondues, cette citation n'a jamais été autant d'actualité
 
De Orbán à Trump, on assiste à une instrumentalisation croissante du phénomène religieux comme véritable marqueur ethnique et identitaire. Une monstruosité politique qui est donc loin d’être purement américaine.

 

 Où va la Pologne ? - Le film | ARTE Info : Nourri des images de manifestations qui ont fait l'actualité, celles en faveur du droit à l'avortement comme celles des militants conservateurs, ce documentaire ausculte la fracture d'une Pologne "au bord de la guerre civile".


 

Ou va la Pologne ? - YouTube

La Pologne s’interrogeait, dimanche 12 novembre, au lendemain d’une fête de l’indépendance sous haute tension dans les rues de Varsovie. Samedi, quelque 60 000 personnes ont participé à une marche nationaliste, à l’appel de l’extrême droite.

La banalité du mal, cela rappel le concept de Hannah Arent pour son devoir désobéissance civique.... On doit réagir face a des rouages qui nous " dépassent"

11.11 Warszawa, Marsz Narodowców i blokada OBYWATELEK RP "Faszyzm Stop".
11.11 Varsovie, mars nationaliste et blocus citoyens rp "fascisme stop".
 

Le rassemblement se tenait sous le mot d’ordre officiel « Nous voulons Dieu », une expression rappelant un chant catholique interprété parfois aujourd’hui comme un rejet de l’islam, auquel le président américain Donald Trump avait fait référence en juillet, lors d’une visite à Varsovie. Le président américain avait alors félicité la Pologne pour sa défense « de la civilisation occidentale ». A l’unisson, les manifestants ont scandé samedi des slogans appelants à la violence et à la xénophobie, tels que « La Pologne pure, la Pologne blanche ».

Cette « Marsz Niepodległości », inaugurée en 2009 et réputée comme le plus grand événement fasciste et nationaliste d’Europe, a rassemblé des participants venus de divers horizons européens. Une participation saluée par certains des orateurs à l’origine du rassemblement, qui ont martelé que « la culture chrétienne est supérieure à la culture islamique ».

Pas de condamnation

 

NEWS / EUROPE Thousands of nationalists, fascists march in Warsaw

 
 

Des milliers de nationalistes et de fascistes se rassemblent à Varsovie samedi pour assister à une "Marche de l'indépendance" annuelle sous la bannière: "Nous voulons Dieu".

Le rassemblement, qui a commencé à 15h00 (14h00 GMT) heure locale, coïncide avec la fête  Poland's independence le 11 novembre

 

READ MORE

Germany rejects Polish call for WWII reparations

Selon les organisateurs, l'événement est le plus grand rassemblement "patriotique" de ce type en Europe.

"Nous attendons quelque chose comme 100 000 personnes cette année", a déclaré David Chater, d'Al Jazeera.

Certains des chants tôt dans la journée comprenaient: "Grande Pologne nationale, la religion est la base de la nation polonaise, la Grande Pologne catholique et une nation à travers les frontières".

Ayant été lancé en tant que plus petit rassemblement en 2009, il attire aujourd'hui des dizaines de milliers de sympathisants, dont de nombreux pays voisins.

Depuis 2012, un groupe de sympathisants connu sous le nom de mars guard a été recruté pour assurer la sécurité.

Beaucoup de participants sont de jeunes nationalistes, qui protestent contre l'Islam et l'UE.

 
The march tends to draw tens of thousands of nationalists [Agnieszka Pikulicka-Wilczewska/Al Jazeera]

La popularité du rassemblement démontre les divisions de plus en plus profondes dans la société divisée de la Pologne.

Agata Szczesniak, membre de l'unité de journalisme d'investigation indépendante Oko Press, a déclaré à Al Jazeera:

«Ces personnes sont en colère, elles sont frustrées qu'elles blâment les musulmans qui ne sont pratiquement pas présents en Pologne."Ils accusent également les élites libérales européennes des échecs de l'Etat."Ils sont fortement anti-réfugiés et anti-immigrants, et fortement nationalistes".

Angelika, 21 ans, a déclaré à Al Jazeera:

«Pour moi, le 11 novembre est le jour le plus important du calendrier et la Pologne a retrouvé son indépendance ce jour-là."Si ce n'est pour le combat et la persistance de notre peuple, nous ne serions pas ici aujourd'hui, dans la mémoire de ceux qui se sont battus pour notre pays, je participe à la marche chaque année."

Alexandra, 30 ans, à Varsovie, a déclaré qu'elle était inquiète de l'augmentation du nombre de jeunes participant à des événements d'extrême droite.

"Je suis attristé par le fait que ces dernières années, le Jour de l'Indépendance est devenu une occasion de violents affrontements et de promotion de vues d'extrême droite", a-t-elle déclaré à Al Jazeera."Ce qui m'inquiète aussi, c'est que par rapport aux années précédentes, je peux voir beaucoup de très jeunes, qui sont un terrain fertile pour les solutions faciles offertes par les nationalistes", a-t-elle ajouté.

'We Want God'

READ MORE

Poland demands huge monetary compensation for Nazi invasion

Le slogan "Nous voulons Dieu" vise à rappeler que la Pologne est toujours le bastion de la foi et de la religiosité en Europe, ont affirmé les organisateurs.

Le président de l'association de la Marche de l'Indépendance, Robert Bakiewicz, a déclaré lors d'une récente conférence de presse que les manifestants veulent faire face à l'Europe athée et réagir à "l'invasion des immigrés".

"Nous rappelons l'église de combat, qui fut pendant des siècles la clef de voûte et le fondement de l'Europe", a-t-il déclaré. "Nous voulons montrer le catholicisme non pas comme une foi de faiblesse, mais comme une foi de personnes fortes".

Beata Szydlo, actuelle première ministre, dirige le parti de droit et de justice populiste de droite. Jeudi, elle a déclaré lors d'une conférence à Varsovie que la Pologne était "en faveur d'une UE où les traditions chrétiennes ne sont pas de la censure".

La Pologne a refusé d'accueillir des réfugiés, les autorités affirmant que les personnes d'origine musulmane constituent une menace pour la sécurité. Moins de 1% de la population polonaise est musulmane.

 
Since 2012, a group of sympathisers known as the march guard was recruited to provide security [Agnieszka Pikulicka-Wilczewska/Al Jazeera]

La marche de l'indépendance se termine souvent par des affrontements entre manifestants et policiers, mais le niveau de violence a chuté au cours des deux dernières années, peut-être en raison de la victoire électorale de Law and Justice.

Dans une déclaration sur son site Internet, les organes ont déclaré que les manifestants avaient été empêchés de marcher sous l'influence de l'alcool alors qu'ils avertissaient les gens de "se comporter de manière appropriée".

 
 

"We want God" is the slogan of this year's in . Polish are chanting "Great Catholic Poland"  - Replies - 22 Retweets - 22 likes - Twitter Ads info and privacy

 

Ailleurs, vendredi, les groupes d'extrême droite Tous les jeunes polonais et le camp national radical ont organisé une conférence sur :

«la vision après l'effondrement de l'Occident, c'est-à-dire le vieux monde dans l'ère post-Union européenne ... changements économiques et choc de l'avenir ".

Richard Spencer, un célèbre suprématiste blanc américain, avait été désigné pour participer, mais a été retiré de l'ordre du jour.

Le ministre polonais des Affaires étrangères, Witold Waszczykowski, a averti vendredi que le "sioniste blanc" autoproclamé ne devrait pas apparaître publiquement dans les pays d'Europe de l'Est, surtout en raison de ses opinions sur l'Holocauste. Spencer a déjà été accusé d'antisémitisme.

 

With reporting by Agnieszka Pikulicka-Wilczewska in Warsaw: @Aga_Pik

SOURCE: AL JAZEERA NEWS

n

Le pays est très divisé sur la signification de la grande marche organisée par l'extrême droite le 11 novembre.

 Dans son ouvrage best-seller, le journaliste d'investigation polonais Tomasz Piatek a révélé les supposées connexions du puissant ministre de la Défense Antoni Macierewicz avec les services russes de renseignement.

«Macierewicz est l'un des hommes les plus craints du pays», nous expliquait mardi Tomasz Piatek de passage à Paris, où il a reçu le prix de la liberté de la presse, octroyé par Reporters sans frontières et la chaîne TV5 Monde. «Même Jaroslaw Kaczynski, le tout-puissant député qui dirige de facto en sous-main le parti au pouvoir Droit et Justice (PiS) ainsi que le gouvernement, le ménage et n'ose pas le remettre à sa place», notait-il.

poutine extrême droite FN : Front National : L'oeil de Moscou - Spécial Investigation - YouTube

L’extrême droite polonaise pend des effigies d’eurodéputés

Le ministre de la justice et procureur général a refusé de condamner ces actes. « La potence pour les traîtres. » C’est sous ce slogan que des partisans d’extrême droite ont organisé une pendaison symbolique de portraits de six eurodéputés polonais de la Plate-forme civique (PO, libéraux) en plein centre-ville de Katowice, en Silésie, dimanche 26 novembre. Le mouvement ultranationaliste ONR (Camp national-radical) reproche à ces responsables politiques d’avoir voté en faveur d’une résolution du Parlement européen, le 15 novembre, critiquant les agissements du gouvernement ultraconservateur du PiS (Droit et justice) en matière de réforme de la justice et de respect des normes de l’Etat de droit.

L’opposition, de son côté, dénonce une énième collusion avec l’extrême droite de la part du pouvoir conservateur.

 

« C’est une situation proprement scandaleuse, affirme l’ancien ministre de la justice de la Plate-forme civique, Borys Budka. Le comportement des manifestants était inadmissible, mais il est encore pire de constater que la police n’a pas vu de raison d’intervenir. » De plus, la manifestation reprenait à son compte la rhétorique des cadres du parti au pouvoir, qui qualifient régulièrement de « traîtres à la patrie » les membres de l’opposition qui critiquent le gouvernement de Beata Szydlo à l’étranger.

Pour M. Budka, cette situation rappelle la marche des nationalistes du 11 novembre, qui avait rassemblé 60 000 personnes sous des bannières xénophobes.

« On arrive à des situations absurdes où des contre-manifestants pacifiques ont été dispersés par la police, pendant que les nationalistes défilaient sans problème. » Cette marche du 11 novembre avait été qualifiée de « grand rassemblement patriotique » par la télévision publique polonaise, étroitement contrôlée par le pouvoir.


En savoir plus sur le Monde

 

 la photo de EMDT.

EMDT Très en forme en ce moment, avec un nouveau visuel qui claque !

 
Aucun texte alternatif disponible.

 

1 En Pologne, 60 000 personnes défilent à l’appel de l’extrême droite , Seulement un mauvais rêve ? : citoyen actif, Où va la Pologne ?, 13 novembre 2017 LE MONDE ENTIER DEVIENT FASCISTE ,  Ou va la Pologne ?Qu'est-ce que le fascisme ?POUTINE, LA MENACE 19 NOVEMBRE 2017, L'oeil de Moscou - : citoyen actif :  Le Système Poutine,le populisme au féminin - Par Enkolo dans Accueil le 

 Poutine soutient l'extrême droite pour diviser l'Europe – EURACTIV.frDocu : Comment Poutine soutient les partis d'extrême-droite en Europe , La passion russe de l'extrême droite - Libération,  Où va la Pologne ?

MORE ON POLAND

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu