Avertir le modérateur

05/01/2013

la 'destruction créatrice' 2

 

humour 37.jpg

 

Globalia de Jean Christophe...« Pour résoudre définitivement la question sociale, il(s) propose(nt) de partager l'humanité en deux parts inégales. Un dixième obtiendra la liberté absolue et une autorité illimitée sur les neuf autres dixièmes qui devront perdre leur personnalité et devenir en quelque sorte un troupeau Dostoievski ( Les possédés p 401) .. » ( mis sur facebook ), Après PSA, c’est ta boite qui te jettera à la rue !

 destruction créatrice' et inondation de liquidités : citoyen actif : En vieillissant, le système néolibérale est devenue obsédée par le fait d’ériger des garde-fous économiques, de tendre des filets de protection, d’aplanir les courbes et de légiférer pour entourer de papier-bulle presque tous les accidents qui pourraient arriver. Résultat : le système financier  est en déclin ( du moins en contradiction permanente), mais pas mort est confiné, étouffé par d’innombrables excès et “protections”. cf Le néo-libéralisme, stade suprême - Hussonet - Free, LE NÉOLIBÉRALISME, STADE SUPRÊME ? : citoyen actif

VIDEO. L'activiste Tristram Stuart, héros du documentaire de Canal Plus

 

 Des millions de tonnes de nourriture terminent à la poubelle sans avoir été consommé. Comment peut-on accepter une telle destruction systématique de la richesse du monde quand une partie de celui-ci meurt de faim ? Le scandale du gaspillage alimentaire !, Joyeuse surconsommation ! - 26 décembre 2012 17h41 · Ianik Marcil

Buying is much more American than thinking.

Andy Wahrol (The Philosophy of Andy Warhol,
San Diego: Harvest/HBJ, 1975, p. 229.)

 Comme bien d’autres, j’aime depuis toujours regarder des documentaires sur l’univers microscopique ou, à l’opposé, sur les mystères de l’univers lointain. J’y observe un monde auquel j’appartiens mais pourtant mystérieusement inaccessible, curieusement étranger à ma réalité concrète. (...).Cela dit, la « tradition » du boxing day, même si elle ne date pas d’hier,  en dit long sur l’importance et le rôle de la consommation dans nos économies. La consommation de masse est relativement récente dans l’Histoire.(....)]

Conséquence, les travailleurs s’enrichissent rapidement, on voit l’apparition d’une classe moyenne et le développement de ce qui fut appelé à très mauvais escient « l’État providence. » C’est la grande époque au cours de laquelle les familles des travailleurs s’équipent : âge d’or du bungalow de banlieue, achats d’appareils ménagers de toutes sortes, explosion de l’alimentation industrielle.

Au cours de cette période, environ le deux tiers de l’activité économique en Occident est constitué de la fabrication. Les Trente Glorieuses est en ce sens l’âge d’or du travailleur.

Quarante ans plus tard, nous sommes passés d’une économie des travailleurs à une économie des consommateurs. Car après les deux chocs pétroliers de 1971 et de 1979, cette dynamique s’essouffle rapidement. Il y a un plafonnement de la consommation « organique », induite par cette croissance économique fabuleuse. Le ralentissement de la croissance démographique et les épisodes d’inflation importante causée par la hausse du prix du pétrole ne font qu’enfoncer le modèle économique occidental dans plusieurs crises plus ou moins longues qui se succèdent jusqu’à nos jours.

Or, pour que la machine puisse continuer à fonctionner, il est nécessaire de continuer à la nourrir, à ce que la demande pour les biens et services puisse continuer à croitre, afin de générer de la croissance économique, sans laquelle la dynamique capitaliste elle-même s’effondre. Nos économies se sont alors transformées tranquillement pour soutenir la croissance de cette consommation. C’est en grande partie le crédit qui joue ce rôle : (...).

Si bien que si la fabrication de marchandise était le moteur des deux tiers de l’activité économique au cours des Trente Glorieuses, c’est maintenant la consommation individuelle qui occupe la même proportion. Après le triomphe du travail, celui de la consommation.

La disparition du rôle moteur de la fabrication de marchandise, qui n’a été que partiellement remplacé par les industries de haute technologie et par les secteurs des services dits « moteurs » (les industries culturelles, par exemple), a fait en sorte – (...) . Du coup, afin d’assurer la croissance de la consommation, ceux-ci se sont de plus en plus endettés, pour atteindre aujourd’hui des sommets record.

Nous vivons donc, depuis les années 1970, dans des économies qui tournent en rond, qui marchent à vide – ou plutôt, qui fonctionnent à crédit. .En ce sens, le boxing day est à l’image de l’ensemble de notre économie : …

1. Jean Fourastié, Les Trente Glorieuses, ou la révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Fayard, 1979.

2. Il y a plusieurs autres facteurs explicatifs qui ne peuvent être isolés et qui se nourrissent les uns les autres comme la croissance démographique (« baby-boom ») et le développement de nombreuses innovations technologiques multiples (notamment par leur passage du domaine militaire au domaine civil ou spatial).

 Source : Joyeuse surconsommation ! – Punkonomie – Ianik Marcil – Voir.ca

Oh, le joli rêve d' optimisation fiscale!

 

 

 

Bernard Arnault - Dossier en vidéo (version longue) Par Vincent,  Fakir ,

World Compagny et "la crise - citoyenactif : Obsolescence et précarisation Programmée - YouTube - l'indigné révolté, Steve Jobs Documentary [Full Length, Documentaire: La face cachée de Steve Jobs :  : Un documentaire de 47 minutes sur la "Face cachée de Steve Jobs", sous-titré en français . . VIDEO



Opel : le deutsche Fiasko

 
Source : Capital : 03/01/2013
  
 
© REA
Chroniquement dans le rouge, la filiale de General Motors ne parvient pas à passer la vitesse supérieure. C’est pourtant avec ce grand malade que PSA compte fabriquer quatre nouvelles voitures dès 2016…

Par les temps qui courent, entrer chez Opel ressemble de plus en plus à une virée à la grande braderie. Il faut dire que rien ne va plus pour la branche européenne de General Motors, basée à Rüsselsheim, près de Francfort. (...).

Les pertes sont à l’avenant : 13,4 milliards d’euros depuis 1999, malgré des restructurations à répétition. Voilà qui augure mal du rapprochement en cours avec le français PSA, censé résoudre le problème de GM en Europe… Excédé, Daniel Akerson, le big boss de Detroit, a viré son homologue de Rüsselsheim, Karl-Friedrich Stracke, en juillet dernier. Le malheureux était en poste depuis seulement un an. Il succédait à deux autres patrons remerciés eux aussi en l’espace de deux ans ! Un ancien de Volkswagen, Karl-Thomas Neumann, va le remplacer. Quant à savoir s’il pourra mieux faire…

Créé en 1862 et repris dès 1929 par GM, Opel n’a pourtant pas toujours été le vilain petit canard de l’industrie automobile allemande. Après la -Seconde Guerre mondiale, il faisait quasiment jeu égal avec Mercedes, raflait 20% du marché outre-Rhin dans les années 1970 (contre 7% aujourd’hui) et affichait toujours des comptes dans le vert pendant la décennie suivante. «On voyait Opel comme une marque abordable, sans statut social, mais de qualité», résume Stefan Bratzel, directeur du Center of Automotive de l’IUT de Bergisch Gladbach. Les voitures se vendaient, en dépit du méchant proverbe «Jeder Popel fährt ein Opel». Littéralement : «Chaque blaireau roule en Opel» !

1 | 2 | 3 |

Dans les années 1990, GM, qui se contentait jusqu’alors d’encaisser les dividendes, décida de faire de sa filiale son bras armé dans les pays émergents (un rôle aujourd’hui dévolu à Chevrolet, autre marque du groupe). Mais sans y mettre les moyens. Au lieu d’investir dans l’outil de production ou le marketing, l’américain insista sur la réduction des coûts. Et il délégua sur place son redoutable patron des achats, José Ignacio Lopez, rapidement surnommé «l’étrangleur de Rüsselsheim».  wikipedia

humour 94.jpgPour  L'EXPRESS daté du Par Coste Philippe, publié le <:TIME itemprop="datePublished" pubdate="" datetime="1993-04-15 00:00:00">15/04/1993:  "  José Ignacio Lopez de Arriortua, que la firme allemande vient d'arracher à General Motors,  est l'homme le plus recherché du secteur automobile. Motif: il n'a pas son pareil pour réduire les coûts. Et imposer sa loi".

 

L’ennui, c’est que la chasse aux coûts a fini par avoir des ré-percussions sur la qualité des voitures.

. «Résultat, on entendait des vibrations très désagréables à l’intérieur de l’habitacle», raconte Wolfgang Nettelstroth, porte-parole du syndicat IG Metall de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. L’Adac, le très respecté Automobile Club allemand, n’en finissait pas de pointer le manque de fiabilité de la gamme. …

 

De l’avis général (Adac inclus), le constructeur a largement résolu le problème. Au point que depuis deux ans il n’hésite plus à revendiquer la «Deutsche Qualität» dans ses publicités, un thème jusqu’alors accaparé par VW, Audi, Mercedes et BMW. Mais rien à faire, qualité ou pas, ce n’est toujours pas l’affluence dans les concessions. L’image de marque d’Opel reste totalement brouillée et, surtout, sa gamme n’a rien d’excitant. Un défaut que beaucoup, à Rüsselsheim, mettent sur le dos des Américains. Pour eux, bâtir une offre percutante et bien segmentée comme peut l’être celle de Volkswagen n’a jamais fait partie des priorités. «Chez VW, ce sont des ingénieurs qui dirigent l’entreprise. Chez GM, ce sont des financiers», déplore le journaliste Frank-Thomas Wenzel, spécialiste du secteur au «Frankfurter Rundschau».

Conséquence de ce manque de fibre automobile : l’offre d’Opel a souvent paru décalée. (...) .  

 

Si même en interne on n’y croit pas… Il y a un autre souci : alors que PSA et Opel souffrent «d’eurocentrage aigu» et d’un manque de présence criant dans les pays émergents, l’accord vise avant tout l’Europe. Et il n’apporte pas de solution à l’épineuse question des surcapacités. Pour l’heure, PSA veut répondre au problème en fermant le site d’Aulnay. Quant à Opel, il prévoit d’arrêter en 2016 l’usine de Bochum, où est produite la Zafira. Pas très enthousiasmant. Pour l’expert Stefan Bratzel, la cause est entendue : «Deux malades ne retrouvent pas la santé en se mariant !»

 

Jean Botella, avec Christophe Bourdoiseau

 

11/10/2012

Peugeot pourrait faire faillite d'ici 2015"

 

humour 156.jpgGlobalia de Jean Christophe...« Pour résoudre définitivement la question sociale, il(s) propose(nt) de partager l'humanité en deux parts inégales. Un dixième obtiendra la liberté absolue et une autorité illimitée sur les neuf autres dixièmes qui devront perdre leur personnalité et devenir en quelque sorte un troupeau Dostoievski ( Les possédés p 401) : mis sur facebook
 
Photo 096.jpg
 

Après PSA, c’est ta boite qui te jettera à la rue !  ( mis sur facebook )

La fermeture de PSA nous pend au nez

 

Dans le cadre du site d’Aulnay-Sous-Bois, l’usine une fois fermée génèrera un «  manque a gagner » qui touchera durement l’économie locale et pas seulement les entreprises de sous-traitantes de l’usine, mais les commerces, les services, etc….

 

Tout cela pour les sales gueules des capitalistes (propriétaires d’usines, d’entreprises, de terrains, de logements, etc.), qui pour maintenir leur profits, sont prêtes aujourd’hui a jeter qui gens d’hier se sont crevés au travail pour eux. Pour la survie du système qu’ils savent qu’ils ne sauveront pas, comme le prouve l’arrêt des subventions sur les usines métallurgiques, la sidérurgie et mine d’extraction de fer (grève de plus de plus de 8000 mineurs de plus de 40 mines de charbon dans le nord de l’Espagne, suite à la réduction de 64% des subventions, d’arcelor Mittal à annoncé, au cours d’un comité centrale d’entreprise, la fermeture définitive des deux hauts Fourneaux de Florange, etc….).

 

 

Les salariés de PSA Aulnay s'adresse a vous  (tout les articles dessus)

Communiqué :

« Comme vous le savez, PSA a l’attention de supprimer 8000 emplois en France et de fermer les usines d’Aulnay sous bois, en sceine- saint Denis.

8000 emplois, c’est 10% des effectifs de PSA France

Quand à l’usine d’Aulnay, c’est 3000 salariés, c’est la plus grosse usine de production de Seine Saint Denis. En comptant les sous-traitants, la fermeture de cette usine entrainera la disparition de 10.OOO emplois. On imagine sans mal les conséquences dramatiques que cela aurait sur un département déjà durement touché par le chomage.

Les dirigeants de PSA prétendent qu’ils n’ont pas le choix que c’est l’avenir de tout un groupe qui est en jeu. Rien que cela ! Le PDG invoque une baisse des ventes qui metteraient la situation du groupe en péril

 

Mais la vérité est outre autre :

PSA a doublé sa production en 20 ans

PSA a battu des records avec 3 .6 millions de voitures vendues. Et presque un record égalée ce record en 2011

PSA a versée 2. 8 millions d’euro d’actions dont 78 millions rien que pour la famille peugeot. PSA s’est même permis le luxe de  racheter 199 millions d’euros d’actions pour les détruire afin de renchérir le capital des gros actionnaires

PSA dispose de 10 millions de fond propre.

 

Les dirigeants de PSA nous font le coup du malade imaginaire. Or ce plan n’est que la conséquence d’une erreur stratégique come on le dit souvent dans la presse, mais bien le choix stratégique de PSA de maintenir, voir d’augmenter ses profits, au détriment de ces salariés et de leur famille. En réalité, PSA a largement les moyens de maintenir tous les emplois, tous les salaires et toutes les usines.

 

D’ailleurs la preuve que ce plan n’a rien a voir avec l’état actuel du marché de l’automobile, c’est qu’il était préparé depuis fort longtemps. Des le mois de juin 2011, la CGT a revelé un document interne, datant d’aout 2O10 prévoyant la fermeture d’Aulnay !

 

PSA n’est d’ailleurs pas la seule à agir ainsi. D’autres plans sont annoncés à AIR France, a Sanofi, A carrefour. Et combien d’autre plans de licenciements sont en cours de préparation dans le secret des conseil d’administration des grandes sociétés ?

 

Non aux licenciements ! Non aux fermetures d’usines ! »

 

 

 

 
Photo 093.jpgSource : Capital.fr
04/10/2012 à 09:26 / Mis à jour le 04/10/2012 à 10:14
 

Gérant actions chez Convictions AM, Joffrey Ouafqa est prudent sur le secteur automobile à court terme, compte tenu d'un flux de nouvelles négatives. Pour autant, il estime que le trou d'air attendu devrait générer de belles opportunités, notamment parmi les valeurs allemandes, qui constituent selon lui un meilleur pari que les actions françaises du secteur. Il est prudent sur Peugeot, estimant qu'à ce niveau de cours, de nombreux intervenants tablent sur une faillite à terme du constructeur, qui brûle chaque mois environ 200 millions d'euros de trésorerie.

 

Capital.fr : Quelles sont les perspectives du marché automobile ?

 

Joffrey Ouafqa : En 2011, la Chine est devenue le premier marché mondial, avec 14 millions de véhicules vendus, et une croissance de 11% est attendue pour cette année. Les constructeurs européens, comme Volkswagen ou Daimler-Benz, y ont toutefois noté un ralentissement des ventes en septembre. Ils ont aussi indiqué qu'ils devaient consentir des rabais, sous la pression d'une forte concurrence, ce qui affectera leurs marges dans le pays. Le marché brésilien connaît un rythme de développement élevé avec 5% de croissance attendue en 2012..

 Capital.fr : Le marché américain paraît assez résilient…

 Joffrey Ouafqa : Le marché américain a une taille comparable au marché chinois. Outre-Atlantique, les ventes restent en deçà de leur niveau d'avant crise, mais la demande reste portée par le besoin de renouveler un parc vieillissant, âgé de 11 ans en moyenne, et les arbitrages des ménages en faveur de véhicules plus petits et économes en carburant. En revanche, le marché européen est plus fébrile. Il devrait se contracter de 8% cette année, emporté par une demande atone et l’absence de primes à la casse. Les marchés italien, français et espagnol sont particulièrement moroses.

 Capital.fr : Après la descente aux enfers de Peugeot, le titre a-t-il atteint selon vous un niveau plancher ?

 Joffrey Ouafqa : PSA brûle près de 200 millions d'euros de trésorerie par mois. A 6 milliards d'euros à fin décembre 2011, la trésorerie devrait à ce rythme s'être évaporée d'ici 2015. La société doit donc à tout prix se restructurer, sous peine de faire faillite, un scénario sur lequel tablent de nombreux intervenants, vu le niveau des cours. On ne pourrait alors pas exclure une nationalisation. Peugeot n'utilise ses usines qu'à 76%, alors que l'agence de notation Moody's estime à 85-90% le niveau d'utilisation viable. Fermer des sites de production est donc la seule option pour PSA.

 Capital.fr : Ne pourrait-on pas envisager un adossement à un concurrent ?

 Joffrey Ouafqa : Peugeot vend essentiellement de petits véhicules à faibles marges, et n'est pas une proie très attractive, pour un prédateur potentiel. D'autant qu'une transaction impliquerait que la famille Peugeot accepte de céder ses parts et de tirer un trait sur l'indépendance du constructeur. Le groupe pourrait toutefois intéresser un acteur chinois cherchant à acquérir de l'expérience dans la production d'automobiles.

 Capital.fr : Renault pourrait-il racheter Peugeot ?

 Joffrey Ouafqa : Un tel scénario est peu probable, car la nouvelle entité détiendra 60% du marché national, ce qui poserait des problèmes de concurrence… Par ailleurs, PSA est essentiellement européen, et peine à vendre hors du vieux continent, alors que Renault, via ses filiales Nissan et Avtovaz (marque russe Lada, NDLR), a déjà une envergure mondiale et marque des points dans les marchés à croissance rapide, comme le Brésil, qui est son deuxième marché. Les deux constructeurs hexagonaux sont en outre positionnés sur les mêmes types de produits. Enfin, un rapprochement se traduirait inévitablement par des fermetures de sites, ce que pourrait contester le gouvernement…

 Capital.fr : Faut-il préférer l'action Renault à Peugeot ?

 Joffrey Ouafqa : Les deux constructeurs affichent en Bourse de faibles niveaux de valorisation, comparés aux moyennes historiques. Renault ne se paie par exemple que 5 fois les bénéfices attendus pour 2013… En revanche, l'action Peugeot ne pourra remonter durablement que si le groupe parvient à ne plus brûler de trésorerie. Le dossier est clairement plus risqué et spéculatif que Renault.

 Capital.fr : Le PDG de Renault Carlos Ghosn a récemment indiqué que le constructeur pourrait disparaître sous sa forme actuelle. Quels scénarios peut-on envisager ?

 

Joffrey Ouafqa : Carlos Ghosn a l'habitude de tirer la sonnette d'alarme sur le secteur automobile français, d'appeler les autorités à restaurer la compétitivité des acteurs hexagonaux, notamment via une diminution du coût horaire des salariés des usines. Ses propos constituent une mise en garde, sous-entendant que Renault pourrait complètement délocaliser la production hors de France, notamment au Maghreb ou en Europe de l'Est. Enfin, je ne pense pas qu'un rapprochement capitalistique entre Renault et un autre grand acteur soit nécessaire, le groupe disposant déjà d'un partenaire de poids avec le japonais Nissan.

 Capital.fr : Quels facteurs expliquent la surperformance des titres des constructeurs allemands sur leurs concurrents hexagonaux, au cours des dernières années ?

 Joffrey Ouafqa : En période de crise, les constructeurs allemands résistent et gagnent des parts de marché sur les constructeurs français. Outre la qualité des véhicules d'outre-Rhin, ces derniers sont particulièrement bien adaptés à la demande. Les constructeurs proposent un vaste éventail de véhicules haut de gamme aux chinois en quête de statut social. Enfin, les constructeurs germaniques disposent d'une longueur d'avance pour l'organisation de la production. En particulier, la mise en commun de nombreuses pièces entre différents véhicules, pas forcément de mêmes niveaux de gamme, génère d'importantes économies d'échelle, permettant ainsi aux groupes allemands de dégager de plus fortes marges que leurs concurrents français.

 Capital.fr : Peut-on espérer un rattrapage progressif des valeurs automobiles françaises, ou est-il préférable de miser sur d'autres constructeurs ?

 Joffrey Ouafqa : A brève échéance, le secteur automobile dans son ensemble risque de se retrouver sous pression. Les constructeurs allemands ont noté en septembre une progression de leurs stocks en Chine, du fait de l'impact des incertitudes économiques et politiques dans ce pays. Une fois le flux de mauvaises nouvelles tari, il y aura des opportunités sur les valeurs automobiles allemandes, qui constituent à mon sens un meilleur pari que leurs homologues françaises. En effet, même si Peugeot et Renault affichent de plus bas niveaux de valorisation, ils sont justifiés, car nos constructeurs sont moins bien positionnés, ont des difficultés d'adaptation à leur environnement, produisent des véhicules de moins bonne qualité, sont moins bien organisés, et ils ont des difficultés à augmenter leurs prix…

 Capital.fr : Dans l'immédiat, quelles valeurs recommandez-vous ?

 Joffrey Ouafqa : A plus court terme, je privilégie des équipementiers, comme Michelin, relativement peu dépendant des cycles de vente de l'automobile.

 Propos recueillis par Nicolas Gallant

Crise financière et compétitivité dans les pays d'Asie

L e s É t u d e s d u C E R I

N° 42 - juin 1998

Crise financière et compétitivité dans les pays d'Asie

 

10/10/2012

Après PSA, c’est ta boite qui te jettera à la rue !

 

 

Globalia de Jean Christophe...« Pour résoudre définitivement la question sociale, il(s) propose(nt) de partager l'humanité en deux parts inégales. Un dixième obtiendra la liberté absolue et une autorité illimitée sur les neuf autres dixièmes qui devront perdre leur personnalité et devenir en quelque sorte un troupeau Dostoievski ( Les possédés p 401) .. » ( mis sur facebook )

 

Hollande, les banques françaises et la dette grecque

  " S’il y a bien quelque chose que le socialiste français fera pour le continent, c’est légitimer un capitalisme européen instable de par nature et profondément injuste."

Jérôme E. Roos
militant et économiste politique

 

Hollande et le changement!: Les espoirs  de voir les promesses  de François Hollande s'éloigne de jour en jour cf "Coup de pouce" de la gauche molle , Hollande et le changement!- Citizen Khane, Programmes électorales. Jean-Marc Ayrault peaufine son "grand oral" de la rigueur : Ajoutez le vôtre ! La BCE : polique monétaire  : les promesses de hollande ( Google)  

 

 

».hollande et le changement,françois hollande,economie,poitique,société

 

 

 Modèle Japonais généralisé :   " Modèle Allemand" :  Globalia de Jean Christophe Ruffin

 Faute de consommateurs, misons sur l'entrepreneur...
Une monnaie forte, une précarité assumé et généralisé avant tout
L'entreprise allemande doit partager une maigre partie des fruits de sa réussite avec sa communauté

 

 

Le gouvernement socialiste éventuellement élu se mette au travail et prenne ses premières mesures, qui resteront dans la continuité de la vision social démocrate et mitérrandienne cf Hollande et le patronat 

C'est le jour du vote du TSCG à l'Assemblée, des députés UMP et PS néolibéraux ont choisi de voter l'austérité, la récession et les politiques de suppression des acquis sociaux et de solidarité qui plongent les peuples dans la misère et la mort.

 

Voici la liste intégrale, toute chaude des députés qui ont voté pour,contre ou se sont abstenus  : La liste intégrale des 477 députés pour et 70 contre le traité européen - Lelab Europe1 : députés PS qui ont voté contre le TSCG : M. Pouria Amirshahi, Mme Marie-Françoise Bechtel, M. Jean-Pierre Blazy, Mmes Fanélie Carrey-Conte, Nathalie Chabanne, MM. Pascal Cherki, Henri Emmanuelli, Mme Linda Gourjade, MM. Jérôme Guedj, Razzy Hammadi, Mat...Voir plus  Traîtres ! » Plume de presse

 

Le bout de la logique :

 
Retour à l’âge du fer ? Quand le monde manquera de métaux


" Ce n'est pas possible, cela ne peut plus durer
Ces marges sont trop ridicule
Et tout ces couts... impots.... salaires
Il faut réduire tout cela

Mais..heu Mister président... les salaires

Quoi les salaires
Supprimer les salaires et virer tout le monde
Monsieur, c'est un désastres... Certes la concurrence a été tuée
Mais tout le monde est mort, il ne reste plus un gugusse pour faire tourner les machines
Du coup elles sont mortes, plus de ressources naturelles... Me^me plus d'animaux
Et plus grave, notre chiffre d'affaire s'est effondré : il faut faire quelque chose

Mais nous sommes seuls Monsieur le Président, nous sommes les derniers

M'en fout, trouvez une solution
Z avez qu'a lancer dans le marketing interstellaire
Et vous richard, faites renforcer la sécurité, on n'est jamais trop prudent"

Cf réf : La bande a Bauer et l'idéologie sécuritaire
La révolutions technologique pour pousser le bout de la logique
Et dernièrement la déflation, staflation et précarisation lié a la baisse des profits aux niveaux mondiales

Les 30 patrons trop bien payés
Source : Capital
08/08/2012 à 16:43 / Mis à jour le 08/08/2012 à 16:53
Accueil du dossier
• Les salaires des dirigeants
• Les dividendes des gros actionnaires

  !

Délits d'initiés , évasion fiscale et capitalisme

 

 
Mardi 9 octobre, une journée particulière...
Le mercredi 10 octobre 2012
 
 
 
Le matin, donc. Devant les grilles du Salon de l'auto, plus d'un millier d'ouvriers de l'industrie automobile - les "PSA" d'Aulnay, les "Ford" de Blanquefort, les "Renault" de Flins, les "General Motors" en Alsace, mais aussi les "Volkswagen" - font entendre leur voix et veulent entrer dans le Salon. En face d'eux, 200 à 300 CRS qui les neutralisent à coup de gaz lacrymo. En guise de réponse, les jets de pierre fusent. Le climat est plus que tendu. Inédit.


 
Pour mémoire, des salariés en colère s'étaient déjà massés devant les grilles du Salon de l'auto en 2008 sous le mot d'ordre "Tous au Mondial de l'Auto" puis en 2010 sous la bannière "Mondial de l'automobile : épisode II". Ils avaient pu y entrer, ce qui n'a pas été le cas cette fois-ci...; la solidarité et les convergences des luttes avec les salariés grecs, portugais, espagnols...


 
Un reportage d'Anaëlle Verzaux, de Sarah Lefèvre, Gaylord Van Wymeersch et d'Antoine Chao.
 
 
Programmation musicale :
  La Molex, par Les Grandes bouches 
 
 
3 e tour social I : Sur ce, je vous souhaite une très bonne semaine, que les déçus du front de Gauche, du NPA, et d’EELV ayant remplis leur devoir de «  vote » et déçu par celui-ci rejoignent le troisième tour social. AL d'avril est en vente (mais pas en kiosque)  Fronts anticapitalistes : Rompre avec le capitalisme plutôt que de lui résister

 

Après PSA, c’est ta boite qui te jettera à la rue !

 

Cette année dans les secteurs industriels et tertiaires (PSA supprime 8000 emplois, air France veut supprimer 5122 emplois, carrefour pourrait supprimer 600 a 1000 emplois administratifs…) une centaine de milliers de CDI non renouvelé. Et nous oublions souvent les emplois qui disparaissent des PME et TPME.

 

La fermeture de PSA nous pend au nez

 

Dans le cadre du site d’Aulnay-Sous-Bois, l’usine une fois fermée génèrera un «  manque a gagner » qui touchera durement l’économie locale et pas seulement les entreprises de sous-traitantes de l’usine, mais les commerces, les services, etc….

 

Tout cela pour les sales gueules des capitalistes (propriétaires d’usines, d’entreprises, de terrains, de logements, etc.), qui pour maintenir leur profits, sont prêtes aujourd’hui a jeter qui gens d’hier se sont crevés au travail pour eux. Pour la survie du système qu’ils savent qu’ils ne sauveront pas, comme le prouve l’arrêt des subventions sur les usines métallurgiques, la sidérurgie et mine d’extraction de fer (grève de plus de plus de 8000 mineurs de plus de 40 mines de charbon dans le nord de l’Espagne, suite à la réduction de 64% des subventions, d’arcelor Mittal à annoncé, au cours d’un comité centrale d’entreprise, la fermeture définitive des deux hauts Fourneaux de Florange, etc….).

 

Biotech : c'est l'explosion en Europe et aux Etats-Unis !
Alors que le troisième trimestre vient de clôturer, les performances de certaines biotech ont de quoi laisser les investisseurs rêveurs. On trouve même des sociétés qui ont vu leurs cours multiplié par plus de 10 en moins de trois mois. Certes, le risque est présent dans ce secteur. Mais c'est aussi un excellent moyen pour dynamiser son portefeuille puisque dans son ensemble, le secteur procure des performances supérieures à +50% en Europe et aux Etats-Unis. C'est quatre à cinq fois mieux que pour les indices de références. Aussi, certaines biotech françaises disposant d'une faible valorisation et d'un newsflow favorable pourraient bien tirer leur épingle du jeu pour le quatrième trimestre.
Cf 
World Compagny : la fin de la crise?

 

 

PSA : c’est l’arbre qui cache la forêt

 

Que font les centrales syndicales ? Elles proposent une négociation avec le gouvernement sur le contrat de travail afin de sécuriser les situations personnelles des salarié-e-s. Elles ne s’opposent pas aux licenciements de masse, mais souhaitent les aménager. Elles organisent des grèves de secteurs et des journées d’action isolées alors que nous sommes tous concerné-e-s par les conséquences de la crise du capitalisme. Elles soutiennent «  l’industrie » et « les emplois » mais sans remettre en question les cadences, les risques pour la santé, les conditions de travail et de vie que nous sommes contraint-e-s d’accepter, parce que « l’industrie » vaut beaucoup plus que nous, que notre temps libre, que nos vie.

 

L’autogestion, ca fait mal ?

 

Personne ne nous parle du fait qu’une usine peut tourner sans patron-ne, que les ouvriers peuvent très bien organiser le travail et la production en fonction des besoins et non de l’offre et de la demande, en prenant des décisions collectivement.

 

C’est ce que font les ouvrier-es de Zenon en argentine en 2001, leur patron s’était barré de l’usine de céramique  parce que la revente lui rapportait plus que son activité. Alors évidemment, ils et elles dépendent toujours des matières premières achetées et de la vente de leurs produits et services aux prix du marché, mais c’est un premier pas vers la réappropriation de leur mode de subsistance.

 

Ce n’est que par l’action directe, l’autogestion,

L’entraide et la solidarité de classe

Que les exploité-es de tous les

Secteurs pourront s’extraire

Du système capitaliste

Et de l’état, son

Principale protecteur

 

Autogestion - Wikipédia :

Dans sa définition classique, l’autogestion (du grec autos « soi-même » et du latin gestĭo, « gérer ») est le fait, pour un groupe d’individus ou une structure considérée, de prendre les décisions concernant ce groupe ou cette structure par l’ensemble des personnes membres du groupe ou de la structure considérée.
Cette définition peut s'appliquer, par exemple, en
France à un grand nombre d'associations.

Il existe cependant une autre définition, plus politique ; y sont intégrés d'autres paramètres avec une certaine variabilité. Ses postulats sont :

·         la suppression de toute distinction entre dirigeants et dirigés,

·         la transparence et la légitimité des décisions,

·         la non appropriation par certains des richesses produites par lacollectivité,

·         l'affirmation de l'aptitude des humains à s'organiser sans dirigeant.

Cette conception se construit en général explicitement contre des pratiques qualifiées de hiérarchiques, autoritaires, verticales, contre des formes de dépossession que constitueraient certains modes d'organisation. En d'autres termes, ce type d'autogestion permettrait une réappropriation d'une forme d'organisation collective.
Par ailleurs, cette définition permet des pratiques d'autogestion qui ne se limitent pas au seul champ économique

 

Ils en parlent :

 

Reportage sur l'autogestion ( google)

Histoires de guerrillas au mexique - Vidéo Dailymotion

UtopLib - Utopies libertaires: LIP : reportage TV de 1973 : 1973. Fabrique horlogèreLIP(Palente, Franche-Comté). Annonce de la liquidation de l'entreprise. Les ouvrier(e)s reprennent la production à leur compte. Expérience d'autogestion. La télévision française est allée enquêter et a donné la parole aux intéressés. Vingt minutes d'histoire

TagTélé - Aprés la crise ; l'autogestion (vostfr)

Source Après PSA, c’est ta boite qui te jettera à la rue ! – anarkia : « Bienvenue dans Anarkia. Mon blog a pour but d’expliquer la crise permanente » du capitalisme, ces dérives, les enjeux d’hier et de demain »

 

Grèce : Plusieurs milliers de manifestants se sont a nouveau regroupé devant le parlement
Αthens, right now
 
une photo de Actualutte - l'information insoumise et révoltée.
Grèce : Plusieurs milliers de manifestants dans les rues alors que l'avion d'Angela Merkel vient d'atterrir à l'aéroport.
‎#GRECE : 13h15. Live sur http://actualutte.com/live-le-merkel-day-9ogr/
#greece #greekrevolution #globalrevolution  

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu