Avertir le modérateur

02/11/2017

Hate in Trump's America

 
 
L'inquiétant tournant religieux des populistes euro-américains
Par Nadia Marzouki , Chargée de recherche au CNRS et professeur invité à la Kennedy School de Harvard. et Duncan McDonnell, Professeur associé à La School of Government and International Relations de l’université de Griffith, à Brisbane, en Australie
 
Donald Trump, le 1er novembre, lors d'un meeting dans le Wisconsin. 
 
De Orbán à Trump, on assiste à une instrumentalisation croissante du phénomène religieux comme véritable marqueur ethnique et identitaire. Une monstruosité politique qui est donc loin d’être purement américaine.

«Levez la main si vous n’êtes pas un conservateur chrétien.» C’est ainsi que Donald Trump prenait récemment son public à partie lors d’un meeting dans l’Iowa. Lorsque quelques personnes levèrent la main, il interpella le reste de l’auditoire : «On les garde dans la salle ? Allez, on les garde…»

Cet épisode illustre bien les efforts de Trump pour apparaître comme un fidèle chrétien. Depuis le début de la campagne, il prétend jouer le rôle de sauveur. Sa mission est de défendre le peuple chrétien contre toutes sortes de menaces, notamment celle que représentent les musulmans auxquels il faudrait interdire l’entrée aux Etats-Unis.

Trump n’a rien inventé…

Rire ou s’épouvanter de la dernière sortie du «Donald» est devenu le passe-temps favori des Européens. Pourtant, cette monstruosité politique est loin d’être purement américaine. Trump n’a, d’une certaine façon, rien inventé. L’instrumentalisation de la religion par la droite populiste dans les démocraties occidentales n’est pas nouvelle. Comme nous le montrons dans l’ouvrage que nous venons de publier avec Olivier Roy, Saving the People ? How Populists Hijack Religion, cela fait des années que les leaders populistes européens qui semblent avoir inspiré Trump utilisent la religion pour déterminer qui fait partie ou non du bon peuple. Aujourd’hui, la standardisation et la synchronisation des populismes européens et américains offrent une image inquiétante de la condition des démocraties occidentales.

La rhétorique de la droite populiste parodie plus qu’elle ne promeut le discours religieux. Elle promet au «peuple» une rédemption morale et met en garde contre le risque de damnation. Pour les populistes, le peuple, toujours vertueux, est doublement menacé, par, en haut, les élites libérales corrompues et, en bas, par une série d’«autres» dangereux, en particulier les musulmans.

Au-delà de l’apocalypse

Mais les populistes d’extrême droite ne se contentent pas de prêcher l’apocalypse. Ils offrent aussi à leurs adeptes le salut et la disculpation. Ils leur disent qu’ils ne sont en rien responsables des crises que traverse le pays. Au contraire, ces citoyens irréprochables sont les victimes des élites et des «étrangers». Soutenir un chef populiste, c’est donc une condition nécessaire pour qu’un peuple cesse de devenir une victime passive et qu’un pays «redevienne grand» comme dirait Trump.

Surtout, la religion des populistes n’est pas une affaire de foi ou de valeur, mais un marqueur identitaire qui permet de distinguer ceux qui peuvent être inclus de ceux qui doivent être exclus de la communauté politique. C’est ce qui permet de comprendre pourquoi les évangéliques de droite votent pour Trump, alors que son style de vie n’a rien de religieux.

Il faut comprendre ce soutien dans le contexte d’une polarisation politique telle que l’adhésion à un parti relève aujourd’hui plus d’une logique d’adhésion tribale que d’une préférence rationnelle. Comme l’explique le sociologue Philip Gorski, «le trumpisme est une forme séculière de nationalisme religieux». La religion y fonctionne, comme dans tous les populismes de droite que nous avons examinés, comme un marqueur ethnique et identitaire. Robert P. Jones suggère de même dans son livre sur la fin de l’Amérique blanche chrétienne que le soutien au nationalisme religieux de Trump exprime une nostalgie pour l’Amérique des années 1950, celle d’avant les droits civils, l’égalité de genre et le mariage homosexuel.

C’est dans cette perspective aussi qu’on peut expliquer l’importance du thème de la menace islamique dans la campagne de Trump, dans un pays où les musulmans ne représentent qu’à peine 1% de la population globale. Là encore, Trump a reproduit presque mot pour mot le script des populistes européens. Pour ceux-ci comme pour Trump, la culture nationale est réduite à une série de codes et de symboles qui servent de marqueurs identitaires. La Ligue du Nord en Italie, l’UDC en Suisse ou le Parti de la liberté en Autriche ont tous fait campagne contre la construction de mosquées et de minarets. Ces partis affirment que les mosquées menacent l’intégrité du territoire de la communauté autochtone.

Les idées d’invasion, d’infiltration, de complot et de remplacement sont devenues des lieux communs du répertoire populiste euro-américain. On a vu aussi se propager l’argument selon lequel l’islam n’est pas une religion, mais plutôt un code militaire et juridique, une idéologie politique qui est sous-jacente à un plan de conquête des démocraties libérales occidentales. C’est ce qu’affirme Geert Wilders depuis des années. Pauline Hanson a inclus cet argument à sa campagne électorale en Australie cette année.

Entre discours mainstream et populistes

Bien qu’extrêmes, ces arguments lancés par la droite populiste sont devenus très courants dans les débats publics. Un cercle vicieux s’est mis en place par lequel les discours mainstream et populistes s’alimentent réciproquement. Comme l’affirme le politologue Cas Mudde, nous vivons de plus en plus clairement dans un zeitgeist populiste, où la religion tout comme la culture sont réduites à des modalités d’appartenance.

Des voix s’élèvent parmi les autorités religieuses et les théologiens pour résister à cette instrumentalisation du religieux. Le théologien évangélique Miroslav Volf rappelait dans un entretien récent que le christianisme est une affaire de foi, et de défense du bien commun et de valeurs. A ce titre, il affirme que la vision du monde d’Hillary Clinton «est plus en phase avec la foi chrétienne que celle de Donald Trump».

Plutôt que de s’indigner des provocations du candidat républicain comme s’il s’agissait d’un phénomène purement américain, reflétant la prétendue bigoterie de l’électorat évangélique local, il importe de s’interroger sur le double processus de formatage qui s’affirme sous nos yeux : celui des discours populistes européens et américains, qui se servent tous de la religion comme d’un marqueur identitaire ; et celui des discours populistes et mainstream.

On assiste ainsi, sous l’influence de la droite populiste, à une instrumentalisation croissante de la religion dans le discours politique occidental pour exprimer l’appartenance et non la croyance, pour défendre la chrétienté et non le christianisme, pour exclure et non pour inclure. Le défi, pour ceux qui tiennent aux démocraties séculières occidentales, sera de briser ces murs, réels et symboliques, que les populistes euro-américains, de Orbán à Trump, veulent construire à tout prix.

Saving the People ? How Populists Hijack Religion, co-dirigé par N. Marzouki, D. McDonnell et Olivier Roy, a été publié par Hurst en Europe et par Oxford University Press aux Etats-Unis.

Nadia Marzouki Chargée de recherche au CNRS et professeur invité à la Kennedy School de Harvard. , Duncan McDonnell Professeur associé à La School of Government and International Relations de l’université de Griffith, à Brisbane, en Australie
 

Hate in Trump's America

Fault Lines examines the rise of hate in the United States and the toll it is taking on communities across the country.

01 Nov 2017 11:11 GMT RacismUnited StatesDonald Trump

 
 
Dans la première semaine après que Donald Trump a remporté l'élection présidentielle américaine, les United States ont vu une forte augmentation des crimes de haine et des personnes attaquées en raison de leur race, leur appartenance ethnique ou leur religion.

Les crimes de haine se sont manifestés de multiples façons, y compris des graffitis sur des lieux de culte, des écoles et même des homes, des railleries racistes et des rassemblements suprématistes blancs.

Les médias aiment dire que c'est la faute de Trump, ou c'est Trump qui a causé ça. Je dirais que Trump est un mégaphone que nous avons rallies..

Eli Mosley, nationaliste blanc et organisateur de rallye

Le Southern Poverty Law Centre (SPL) a signalé plus de 1 000 incidents constitués de crimes de haine un mois seulement après les élections présidentielles de novembre 2016.

De nombreux analystes attribuent cela à la rhétorique de discorde que Trump lui-même a utilisée pendant la campagne qui a saisi les tensions raciales dans le pays. Ces tensions couvaient sous la surface mais sont maintenant ouvertes.

Cette rhétorique s'est intensifiée tout au long de la campagne et s'est poursuivie - continued  après l'élection avec "une promesse d'interdire l'entrée des musulmans aux Etats-Unis, d'attaquer la famille d'un soldat américain tué en Irak, de se moquer d'un journaliste du New York Times handicapé". occurrences

"C'est un premier pas vers la réalisation de quelque chose auquel Trump a fait allusion plus tôt dans la campagne, à savoir le premier pas vers le retour de l'Amérique", a déclaré l'ancien dirigeant du KKK David Duke lors d'un rassemblement de suprématistes blancs en août dernier. Charlottesville, Virginie.

Quelques instants plus tard, James Fields, également un suprématiste blanc, conduisait sa voiture à travers une foule de manifestants antiracistes, tuant une jeune femme et blessant des dizaines d'autres lors d'un rassemblement de divers groupes d'extrême droite, dans les plus récentes manifestation du crime de haine.

Trump a blâmé l'incident sur "les deux parties" affirmant "qu'il y a deux côtés à une histoire" dans ce qui semblait être une tentative d'assimiler les actions des suprématistes blancs aux actions de ceux qui les manifestaient.

Fault Lines examine comment la haine est en train de se jouer à travers l'Amérique de Trump et les conséquences qu'elle entraîne pour les communautés à travers le pays.
 

13/08/2017

Le drame de Charlotteville

n

 

Super nul

L’image contient peut-être : texte
  z tous les nationalismes sont bêtes et à la solde des dominants. Mais il est vrai que le patriotisme américain atteint un niveau de bêtise et d'égoisme qui frôle avec l'imaginaire du nazisme.
..................................
par "américain" je parle de gens qui défendent leur patrie avant des principes comme "l'égalité" ou " l'entraide". Je ne mets pas tout un peuple dans le même sac. Mais les USA étant omniprésent via leur propagande et leur marques commerciales on ne peut pas en faire l'impasse.
"C'est la destruction complète de la société actuelle et sa réorganisation sur de tout autres bases sociales qui amèneront à la disparition définitive de la peste nationaliste"
voline

"Elle est élastique, la démocratie, elle apparaît quand ça arrange les dirigeants et se rétracte quand ils en ont moins besoin."
Nigrida, Mikhaïl W. Ramseier

La Canaille "Allons enfants" : Charlottesville white nationalist marchers face backlash 14 August 2017 From the sectionUS & Canada : Far-right white nationalists who attended rallies this weekend in Charlottesville, Virginia, did not cover their faces as they marched around with lit torches, chanting slogans like "you will not replace us".

White nationalists carry torches on the grounds of the University of Virginia, on the eve of a planned Unite The Right rally in Charlottesville, Virginia, U.S. August 11, 2017Image copyrightREUTERS Image captionWhite nationalists gathered on Friday at the University of Virginia, ahead of the "Unite the Right" rally on Saturday

 

Expérience zéro en politique, misogyne, islamophobe, mexicanophobe et climato-sceptique : Donald Trump avait tout pour se faire détester par tous, les démocrates, les républicains -son propre camp- ou la majeure partie de la communauté internationale. Pourtant, c'est bien lui qui devient le nouveau président américain. Déjouant tous les pronostics, il a remporté une victoire incontestable, porté apparement par une volonté de renouvellement de la classe politique. 

Enquête sur Rue89 Rencontre avec ces « patriots » politiquement très incorrects (pour ne pas dire de dangereux ploucs). C’est comme cela que commence la présentation de ce mouvement qui a fait parler de lui il y a pas si longtemps. Les Tea Party, ce mouvement de « libertarian » extrémistes dont Sarah Palin et Ann Coulter sont les figures féminines préférées.) , au grand bazar de la droite extrême américaine. C'est une véritable de la (extrême) droite décomplexer niant les experts climatiques (Le réchauffement climatique ? Une lubie des communistes). Il représente cette paranoïa dangereuse des américain (Pour 24% des républicains, Obama est l'antéchrist). Près de mille groupuscules d'extrême droite aux Etats-Unis

 

« Un bon ramassis de d'organisation dangereuses, de plouc du kansas. Je me pose des questions sur l'origine des négateurs du climat. Cela ne m'étonnerait pas qu'ils soient en parti recruter parmi cette organisation. »

Ces propos sont de la pure provocation d'une bêtise affligeante : " « Vous savez pourquoi je suis en retard ? En arrivant dans ma chambre d'hôtel, j'ai vu le petit mot laissé par la direction, vous savez celui qui vous demande de réutiliser les serviettes pour ne pas gaspiller l'eau ? Devinez ce que j'ai fait ? J'ai ouvert tous les robinets et les ai laissés couler. » et cela continue sur avec des propos racistes..

 

Les attaques pleuvent concernant Obama : mélange de racisme et de bétise.La croisade anti-écolo ressuscite Sarah Palin, membre de cette organisation. La question ne se pose plus sur l'origine des négateurs du climat et des attaques d'Obama sur la réforme de la santé. Après le Tea Party, le Coffee Party 02.03.2010 ( courrier international) et le Monde ( Une Coffee Party pour réveiller le citoyen américain  | 16.03.10) ont écrit sur ce mouvement qui s'est créé en réaction au Tea Party. Moins extrémistes, populistes, il veut redonner de la volonté au américain pour les impliquer dans la vie politique

A lire Donald Trump, la victoire de l'anti-establishment | ARTE Info : VIDEO. Donald Trump et l'extrême droite américaine, la "love story" ? L’homme qui murmure a l’oreille de Trump  / Documentaire Politique : Noter ce docu Dans la même catégoriePour aller plus loin, Le gouvernement TRUMP Par Enkolo dans Accueil le 09/11/2016 Quel président pour l'Amérique ?

 
 
Facebook – Daily Stormer Charlottesville : le site néonazi The Daily Stormer sous pression

Des groupes d'extrême droite encouragés par la victoire de Trump ...

NEWSRACISM"Il y a des moments où je me dis que vivre en France est un trésor qu'il nous faut préserver"Camille DubruelhJournaliste vidéo

US politician says 'kill them all' after London attack a war against 'Islamic horror' after deadly attack. A US congressman has called for a war against "Islamic horror" in response to the attacks in London

 

Unite the Right: White supremacists rally in Virginia by  sur Al jazeera

Follow Patrick Strickland on Twitter: @P_Strickland_

The Rise of Trump - Fault Lines

 n 

 

Unite the Right comes after months of increased clashes between far-right groups and anti-fascists.

 

De violentes échauffourées ont éclaté ce samedi entre militants antiracistes et groupuscules de l'extrême-droite américaines réunis à Charlottesville, en Virginie, forçant le gouverneur de l'Etat à déclarer l'état d'urgence et la police à décider l'interdiction du rassemblement.

Massive brawl breaks out, tiki torches thrown as reaches Jefferson monument in . Chemicals dispersed

"Vitrine de haine"

"Cet événement pourrait offrir une vitrine historique de haine, en rassemblant en un seul lieu un nombre d'extrémistes inédit depuis au moins une décennie", avait averti Oren Segal, directeur du Centre sur l'extrémisme de l'Anti-Defamation League (ADL), une association de lutte contre l'antisémitisme. Le 8 juillet dernier, quelques dizaines de membres du Ku Klux Klan s'étaient déjà rassemblés dans cette ville paisible et pittoresque, très largement surpassés en nombre par les manifestants antiracistes. Mais les images de ces extrémistes en robe traditionnelle avaient été diffusées dans le monde entier. Source: Al Jazeera News United States, Racism ,Religion

A lire  Aux États-Unis, les extrémistes blancs tuent plus que les djihadistes : la vidéo de L'Obs.Les chiffres parlent d'eux-mêmes

n Comment la manifestation d’extrême droite a dégénéré à Charlottesville 86

Des groupes radicaux, suprémacistes et nazis s’étaient rassemblés dans cette ville de Virginie. Leur but Unifier la droite

He added: "But I hope that the people sharing the photo are willing to listen that I'm not the angry racist they see in that photo."

Media captionMarissa Blair, a friend of the victim, says the Charlottesville car attack was an "act of terror"

 Parmi les contre-manifestants, une personne a été tuée par une voiture fonçant dans la foule. Forte de la visibilité nouvelle de son nouvel avatar, « l’alt-right », et dopée par la victoire en novembre 2016 de Donald Trump, qu’elle avait activement soutenu, l’extrême droite s’était fixé un objectif : fédérer des groupuscules historiquement divisés face à la gauche et notamment face aux mouvements antiracistes comme Black Lives Matter, né à la suite des violences policières visant des Afro-Américains.

Qu'est-ce que l'Alt-Right?... - Piero San Giorgio - Facebook : Piero San Giorgio, de son vrai nom Piero Falotti, né en 1971 à Milan, est un auteur survivaliste suisse proche des milieux d'extrême droite radicale, connu pour son livre Survivre à l'effondrement économique, paru en 2011. Wikipédia

It is easy to condemn Neo-Nazi protesters, but difficult to enact policies that dismantle and divert from white supremacist structures and policy.

n La démostration des néo-nazis américains a pu être mis en place aussi facilement grace a la complaisance des autorités américaines selon 

Flowers and a photo of car ramming victim Heather Heyer lie at a makeshift memorial in Charlottesville [Justin Ide/Reuters]

Le site américain CrimethInc a fait un texte sur l’attaque de Charlottesville et sur ce qui a amené à cette situation prévisible. Des rassemblements spontanés ont été organisés un peu partout dans le monde dès l’annonce de l’attaque, d’autres rassemblements sont prévus, n’hésitez pas à nous envoyer vos initiatives. Ni Oubli Ni Pardon :

 
 

"We are anxious to politically defeat them," he explained. "We don't believe there should be platforms for fascists because history teaches us we can't allow that."

Hoku Jeffrey, a national organiser with By Any Means Necessary (BAIN), site Facebook  

Far-right speaker Milo Yiannopoulos was evacuated from a speaking event in Berkeley in February [File: Noah Berger/EPA

"More people, especially growing numbers of immigrants and young people, are taking direct action to obstruct Trump's policies and confront his most dangerous racist and neo-fascist supporters."

Follow Patrick Strickland on Twitter: @P_Strickland_

The Rise of Trump - Fault Lines

 

US anti-fascists take on alt-right fight squads 

  Donald Trump  A right-wing protester walks past a group of Antifa activists during an alt-right rally in Portland [Jim Urquhart/Reuters En France, les fans de Trump flirtent avec l'extrême droite - BFMTV Since Trump's inauguration on January 20, the alt-right has sought to build broader alliances with neo-Nazi groups and more mainstream Trump supporters in order to fight Antifa, say analysts and activists. Patriot Prayer, a far-right Christian group headed by alt-right activist Joey Gibson, was behind the Portland rally. While Gibson says the protests he holds in Portland are for the promotion of free speech, white supremacists - such as Portland stabbing suspect Jeremy Christian - have attended the events.

 READ MORE: Alt-right rally draws protests in Portland, Oregon

 'There will be blood'

 Gibson decried local authorities for supposedly caving into left-wing pressure, citing the Portland municipality's decision to cancel the city's annual Rose Festival parade in April after anti-fascists promised to confront far-right participants there.

READ MORE: What is the alt-right and what does it stand for?'Increased street fighting presence'

 

A pro-Trump supporter gives a Nazi salute in Berkeley during protests and skirmishes [File: Stephen Lam/Reuters En France, les fans de Trump flirtent avec l'extrême droite - BFMTV READ MORE: More Americans joining socialist groups under Trump : Anxious to defeat them'

 READ MORE: US anti-fascists 'can make racists afraid again' Source: Al Jazeera News US anti-fascists take on alt-right fight squads | Human Rights | Al Jazeera

Charlottesville: le discours émouvant de Jimmy Fallon animateur-vedette de la télévision américaine, est revenu sur les affrontements survenus samedi à Charlottesville en Virginie Comme il est de coutume en ouverture de son émission, le Tonight Show, très suivi au États-Unis, l'animateur américain revient sur l'actualité dans un discours de quelques minutes avant d'accueillir ses invités. Ce speech a été prononcé avant même que Donald Trump ne ravise son jugement, et sa position initiale, sur la part de responsabilité des suprémacistes blanc, estimant qu'«il y avait un groupe très agressif d'un côté, et de l'autre un groupe très violent aussi».
 
Peu après avoir condamné les "violences racistes" de Charlottesville, Donald Trump a retweeté un conspirationniste d'extrême droite critiquant la soit-disant différence de traitement médiatique pour les crimes commis par des noirs.

Ce retweet de Donald Trump n'est pas passé inaperçu. Mardi matin, quelques heures après avoir condamné les "violences racistes" de Charlottesville, le président américain a retweeté Jack Posobiec, l'un de ses plus fidèles soutiens, auteur du livre Citizens for Trump ("Citoyens pour Trump"), connu pour être un conspirationniste d'extrême droite

Mashable rapporte que ce retweet du président américain a été perçu outre-Atlantique comme un geste en direction de la droite alternative ("alt right") après ses déclarations sur les événements de Charlottesville 

 
 
Le PDG du groupe pharmaceutique américain Merck a démissionné de ses fonctions de conseiller économique du président avec fracas lundi. Une décision suivie par les patrons des groupes Under Armour et Intel. Le président américain avait déclenché une polémique en renvoyant à la suite de ces affrontements les deux camps dos à dos. Il a par la suite condamné le racisme des suprémacistes blancs pour éteindre l'incendie.Ce n'est pas la première fois qu‘un grand patron abandonne ses fonctions de conseiller, Bob Iger (Disney) et Elon Musk (Tesla) sont partis après que Trump a annoncé son retrait de l'accord de Paris. Travis Kalanick, ex-patron d'Uber, a fait de même après l'instauration du décret interdisant l'entrée du territoire américain aux citoyens de sept pays à majorité musulmane
 
Risque de campagnes de boycott

Doug McMillon, patron du premier employeur privé des États-Unis, Walmart, a aussi pris ses distances. Dans un mémo à ses employés, le dirigeant de la chaîne de distribution critique Donald Trump pour ne pas avoir «rejeté sans équivoque les actions déplorables des suprémacistes blancs».

Dans le climat de guerre ouverte entre la presse et l'Administration Trump, et face à une grosse mobilisation des activistes de gauche aux États-Unis contre une présidence qui leur paraît illégitime, tout patron américain court le risque de campagnes de boycott et de pressions de la part de ses actionnaires. Sur les réseaux sociaux et les télévisions, la pression montait pour qu'Indra Nooyi, patronne de PepsiCo, et Mary Barra, PDG de GM, abandonnent à leur tour le comité de conseil au président Trump. Elles tardaient à le faire. À leurs yeux, garder un contact et une influence parmi ceux qui préparent des réformes au sein de l'Administration pouvait servir les intérêts de leur entreprise. Plusieurs patrons avaient déjà renoncé à siéger aux comités de conseil du président Trump. Ceux de Disney et de Tesla l'avaient ainsi annoncé en juin, après le retrait des États-Unis des accords de Paris sur le climat.

 
 

 

US president campaigned on a platform that promised a blanket ban on Muslims entering the country, as he vowed to closely monitor mosques.   Arjun Sethi @arjunsethi81

Today, five years after the tragedy, a firebomb was thrown into a Minnesota mosque. We live with hate violence everyday.22 Replies 5555 Retweets 4646 likes Twitter Ads info and privacy Source: Al Jazeera News

 
Islamophobia in the USA (47:00)

.

 n USA: un homme arrêté pour une tentative d'attentat à Oklahoma City, ville déjà frappée par un attentat en 1995 perpétré par un suprémaciste blanc, qui avait fait 168 morts. Jerry Varnell a expliqué aux enquêteurs qu'il était un soutien du mouvement d'extrême-droite anti-gouvernemental "Three Percenters", et qu'il souhaitait monter sa propre milice

 Charlottesville : le documentaire glaçant de « Vice News » dans les rangs des suprémacistes américains

Les journalistes ont suivi les leaders du rassemblement « Unite the Right », pour qui les violences de samedi ne sont qu’un commencement.

Selon Slate.fr Ils doivent savoir qu'il ne sera JAMAIS anodin de faire des saluts hitlériens dans les rues, et qu'ils devront en répondre.  dans "Oui, il faut révéler les identités des néonazis" Après tout, ils assument de se montrer en public pour crier leur haine. Partager .

 

 Christopher Cantwell est le protagoniste principal du documentaire. Celui qui voudrait un président « bien plus raciste » que Donald Trump, à qui il reproche d’avoir « donné sa fille à un juif », est le fondateur de l’Agenda Radical, une web-émission aux tendances fascistes qu’il tourne dans son studio du New Hampshire.

A la fin du reportage, la journaliste Elle Reeve le rencontre dans sa chambre d’hôtel, le lendemain du drame. Le suprémaciste fait étalage de ses quatre armes à feu, dont une Kalachnikov, avant de déclarer que le rassemblement a été un succès. « Le fait que personne ne soit mort de notre côté est un bon point pour nous. » Et quand la journaliste lui demande si le meurtre de la jeune fille était justifié, il répond : « Ça va être difficile de faire mieux [que samedi]. Je pense que beaucoup plus de gens vont mourir. »

408 partages Une équipe de Vice News s’est embarquée avec le porte-parole de Unite the Right. Antisémite, raciste, violent et surarmé, il y parle sans filtre, comme bon nombre d’interviewés dans ces terrifiantes vingt-deux minutes.Effrayante plongée parmi les néonazis à Charlottesville TELERAMA.FR

 

A lire Islamophobia US & Canada Charlottesville : Le documentaire glaçant de « Vice News » dans les rangs des suprémacistes américains

A lire Qu'est-ce qu'un terroriste ? L» L'ex-patron du FBI accuse publiquement Trump de «mensonges»[Arte HD] Mon village, le ketchup et Donald Trump - YouTube*, L'« Alt-Right », les droitiers contrariés de l'Amérique - Le Monde, Protests, vigils around US decry white supremacism, White House defends Trump's response to Charlottesville unrest, Charlottesville attack: What, where and who?

 
La Canaille: "Jamais Nationale"

LIRE AUSSI :

» Charlottesville : insurrection sur le web pour démasquer les suprémacistes blancs

» Charlottesville : les suprémacistes blancs sèment l'effroi

» Charlottesville, une ville progressiste, cible des suprémacistes

Politics Human Rights Donald Trump United States
 
Anti-Trump protester: 'Is this my last free birthday?'More than 200 anti-Trump protesters are facing felony charges that could land some in prison for 70 to 80 years.
 
Fans de Poutine Les extrêmes droites d'Europe et la fascination du Kremlin 
Fans de Poutine : les extremes droites d'Europe et la fascination du Kremlin
 
Fans de Poutine : les extremes droites d'Europe et la fascination du Kremlin
Créé le dimanche 11 juin 2017
Fans de Poutine : les extremes droites d'Europe et la fascination du Kremlin

06/06/2017

Emni, la branche secrète de L'EI -

 "Dans mon analyse c'est le totalitarisme islamique qui va l'emporter parce qu'il s'appuie sur une divinité et une jeunesse qui n'a pas peur de la mort, alors que la mondialisation s'appuie sur l'argent, le confort, des choses futiles et périssables"


 Et le totalitarisme fasciste n'a rien a envié aux totalitarismes islamique. Ils pourront comme les religions se partager les cartes du monde en vue de garder dans leurs escarcelles

 

Bastille Day  - YouTube 
 

 
✔ @SimNasr#UK L'#EI revendiqué l'attentat de #Londres qualifiant les assaillants de "cellule sécuritaire" pic.twitter.com/cjS7rzSNw3"Cellule sécuritaire" = cellule dormante

» Lire aussi - Iran : deux attaques simultanées en plein coeur de Téhéran

Loin de signifier la fin des attaques terroristes, cette formation de cellules clandestines annonce plutôt d'autres modes opératoires sous forme d'attaques suicides. D'une extrême violence, ces attaques se sont déjà intensifiées ces dernières semaines en Irak et en Syrie. Même avec une structure centrale détruite et moins d'argent, Daech reste donc une menace, aussi bien au Levant qu'en Europe

mposible de prévenir un acte terroriste sauf avoir plusieurs vie et de recommencer a eéro comme Denzel Washington dans déjà ❀ Deja Vu 2006

The Siege 1998 Bruce Willis ✪ Bruce Willis Movies, Denzel Washington, Annette Bening


The Siege 1998 on Vimeo

Tout se passe comme si les sociétés occidentales ne pouvaient pas penser le djihadisme en dehors du registre de la psychiatrie.

Citation de Frédéric Pichon est géopolitologue, spécialiste du Moyen-Orient. Auteur d'une thèse de doctorat sur la Syrie et chercheur associé à l'Université de Tours, il est l'auteur de Syrie, une guerre pour rien(éd. du Cerf, 2017)What's behind ISIL attacks?Gilles Kepel, author of The Roots of Radical Islam, weighs in on the motivation behind increasing ISIL attacks.

Sadiq Khan : "Le terrorisme est le terrorisme, qu'il soit inspiré par l'islam ou pas", dit Sadiq Khan

 A lire Qu'est-ce qu'un terroriste ? L, 1NiceA lire PDF]Socio-Economic Roots of Radicalism?: Towards ... - GlobalSecurity.org«Un tiers» des personnes signalées radicalisées «présentent des troubles psychologiques»Marseille: «un processus psychotique» chez l'homme qui a foncé sur des piétons
GAV : Dans sa voiture, on a trouvé, outre un courrier d'établissement psychiatrique, «un livre de philosophie et un livre très généraliste sur l'islam. La justice caractérisera les faits mais on ne peut pas dire dans son parcours de vie que c'était quelqu'un qui était porté à commettre des actes terroristes»

Le groupe État islamique (EI) a revendiqué la responsabilité de l'attaque au couteau à Sourgout, en Russie, dans un message diffusé par son organe de propagande, Amaq.Les services secrets russes ont annoncé lundi l'arrestation de quatre membres présumés de l'organisation Etat islamique qui planifiaient des attentats suicide contre des centres commerciaux et des transports en commun à Moscou. En Russie, un attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg avait fait 16 morts et des dizaines de blessés le 3 avril. Depuis le début de son intervention militaire en Syrie le 30 septembre, la Russie, alliée du régime de Damas, a elle aussi été menacée de représailles par l'EI et par la branche syrienne d'Al-Qaïda.

» Lire aussi - Russie: un homme abattu par la police après avoir blessé plusieurs personnes

Cette attaque intervient au lendemain d'un assaut en Finlande où un homme a poignardé à mort deux personnes et en a blessé huit autres dans la ville de Turku (sud-ouest).

» Lire aussi - Finlande: la police enquête sur un acte terroriste après l'attaque au couteau à Turku

Jeudi et vendredi, l'Espagne a aussi été la cible d'un double attentat meurtrier, à Barcelone et Cambrils en Catalogne (nord-est), qui a fait au moins 14 morts et 120 blessés.

L'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic a indiqué qu'il pouvait exister des liens importants entre les réseaux djihadistes de Barcelone et les réseaux belges. "Simplement parce que la Belgique a une structure terroriste qui est, elle aussi, marocaine", a-t-il dit sur Europe 1. Il remonte la naissance de ces liens aux années 90.

La Catalogne et en particulier Barcelone ont longtemps été considérées comme des plaques tournantes du djihadisme du sud de l’Europe. Un rapport du think tank Real Instituto Elcano datant de 2016 précisait que « la région métropolitaine de Barcelone 

source : ISIL claims responsibility for van attack in Barcelona : WATCH: What's driving the ISIL attacks?,   Suivez notre live sur les attentats en Espagne : Plus d'information dans notre live sur les attaques terroristes en Catalogne

Des intermédiaires «propres» pour ne pas se faire repérer

La cellule djihadiste responsable des attentats en Catalogne semble s’être formée en circuit fermé autour d’un « gourou », un modèle ancien qui a réussi à tromper la vigilance policière en évitant l’usage des nouvelles technologies, selon les experts.

 Au cœur du groupe, « il y a un personnage central qui réunit, qui fait l’amalgame entre les jeunes avec leur perte de repères, et les réponses salafistes qu’il peut leur apporter », poursuit Alain Rodier, un ex-officier du renseignement français. L’imam Abdelbaki Es Satty, tué dans l’explosion de la planque d’Alcanar, est soupçonné d’être ce chef charismatique.

Imam autoproclamé « Il n’y a pas une formation spécifique pour devenir imam »

« imam autoproclamé ». « Ce terme est galvaudé, note le sociologue, car en réalité l’imam n’est pas nommé contrairement à la religion catholique. Il ne s’agit pas d’un titre ou d’un rang spécifique. Pour devenir imam, il n’y a aucune règle spécifique, il suffit d’être reconnu comme tel par un groupe de fidèles. »

Bande-annonce : La Désintégration - vidéo Dailymotion


«La désintégration» : le film prémonitoire sur la tuerie de Toulouse
La désintégration : film choc sur le terrorisme - vidéo Dailymotion


Bande-annonce : La Désintégration - vidéo Dailymotion

«La désintégration» : le film prémonitoire sur la tuerie de Toulouse
La désintégration : film choc sur le terrorisme - vidéo Dailymotion

Le frère du tueur de Marseille avait combattu en Syrie - Enquête. Anis Hanachi, le frère du Tunisien qui a tué deux jeunes femmes début octobre à Marseille, a combattu en Syrie, ont annoncé lundi les autorités italiennes, après son arrestation dans le nord du pays. «Une hypothèse encore à vérifier est que c'est lui qui a endoctriné son frère Ahmed et provoqué sa radicalisation», a expliqué Lamberto Giannini, chef de l'antiterrorisme italien.


CINÉMA. Quand les kamikazes font rire | Courrier international
Soldats d AllahCréé le dimanche 08 mai 2016 

 

« Un cercle fermé »

Composée de fratries, d’amis ou de voisins, elle fonctionnait avec des « éléments d’un même entourage, proches, un cercle fermé, où les personnes se connaissaient », comme « les cellules à l’origine des attentats du 11 septembre 2001 à New York (2750 morts au moins) et celui du 11 mars 2004 à Madrid » (191 morts), explique Yves Trotignon, ancien membre des services antiterroristes de la Direction générale de la sécurité extérieure française (DGSE).

Radicalisation « offline »

Autre caractéristique de la cellule : « Nous avons affaire à une radicalisation "offline" (hors internet) », selon Alberto Bueno. Les « contacts directs » ont rendu impossible toute détection en amont. La police surveille les réseaux sociaux où d’autres djihadistes récents semblent s’être radicalisés.

A lire Espagne : La cellule djihadiste, un groupe «fermé», avec un fonctionnement «sectaire»

Of the estimated 30,000 or so foreign fighters who have travelled to Syria and Iraq since 2011, more than 5,000 came from Western Europe : On estime a 30 000 le nombre de combattants qui ont voyagé vers la Syrie et l'Irak depuis 2011, 5000 sont revenus en Europe"

 Le risque de retour dans leurs pays des combattants de Daesch n'est pas négligeable.  les terrifiants récits des enfants-soldats de  Les terrifiants récits des «lionceaux» de l'État islamique Par Jean Chichizola  

OPINION: Brussels attacks - EU's 'terror' problem will get worse

 

A lire : Seulement un mauvais rêve ? Selon le directeur des services des urgences de Téhéran, les deux attaques simultanées ont fait au moins 12 morts et 39 blessés.Le Monde.fr avec AFP et Reuters |

Selon Courrier international A la demande du gouvernement libyen d'union nationale, l'armée américaine a bombardé Syrte, fief de l'Etat islamique dans le pays. Elle ouvre ainsi un troisième front contre l'organisation terroriste, après l'Irak et la Syrie.
Une enquête du New York Times révèle en partie les rouages de cette «filiale», chargée de recruter des combattants et de planifier des attentats à l'étranger.

A lire Terrorisme, raison d'EtatLES DERNIERS HOMMES D'ALEP



 
On savait encore peu de chose sur la cellule secrète «Emni». Une longue enquête duNew York Times publiée ce mercredi permet d'en apprendre davantage sur cette branche de l'État islamique chargée d'exporter le terrorisme à travers le monde. Selon le quotidien américain qui a pu consulter des documents des services de renseignements européens, interroger des officiels américains et rencontrer un ancien combattant de Daech, Emni serait un rouage essentiel de l'organisation terroriste.
Objectif de cette «filiale» créée en 2014: planifier des attaques en dehors des territoires contrôlés par Daech.

La France avait demandé, après le drame de Nice, que le thème du terrorisme soit inscrit à l'agenda du conseil des ministres européens des affaires étrangères, lundi 18 juillet, à Bruxelles.Au-delà du « message fort » de tous les Etats membres – entendu après chaque attentat et même appuyé, cette fois, par le secrétaire d'Etat américain John Kerry, présent à la réunion –, Paris sollicitait l'article 42.7 de l'Union européenne. Il énonce que lorsqu'un Etat membre est l'objet d'une agression armée, tous les autres doivent lui témoigner de la solidarité et lui fournir aide et assistance « par tous les moyens nécessaires ». pas sur que cela convient a cette lutte très assymétrique du faible contre le fort.« La France frappe l'EI tous les jours » en Irak et en Syrie, selon Le Drian

 
Interrogé par le New York Times, un ancien combattant de Daech dit avoir rencontré plusieurs membres de l'Emni l'année dernière, lorsqu'il était en Syrie. Avant les attentats de Paris, «ils m'avaient dit qu'ils avaient plusieurs personnes positionnées en Europe, prêtes à passer à l'action», raconte ce détenu aujourd'hui incarcéré en Allemagne. «Ils voulaient avoir une action simultanée. Ils souhaitaient que plusieurs attaques aient lieu en même temps en Angleterre, en Allemagne et en France». Arrêté le 20 juillet 2015 à son retour de Syrie, Harry Sarfo purge depuis une peine de trois ans de prison.
 


Al-Adnani, chef de l'Emni
À la tête de cette organisation secrète, on retrouve le porte-parole de l'État islamique Mohammed al-Adnani, également responsable de la propagande. Né dans le nord de la Syrie, cet homme âgé de 39 ans est un personnage discret, dont on sait peu de chose. Même les combattants les plus entraînés n'ont jamais vu son visage. Le djihadiste allemand Harry Sarfo dit l'avoir rencontré une fois au moment de prêter allégeance à l'État islamique. Mais il n'a jamais pu le voir: l'entourage d'al-Adnani ayant pris soin de lui bander les yeux lors de l'entretien.


Emni, la branche secrète de l'organisation État islamique - YouTube

 

b Avec son « buzz » permanent, Aamaq, aujourd’hui dans le collimateur de la coalition internationale, est le bras armé médiatique de l’organisation Etat islamique.

 War & Conflict, ISIS, Middle East

In the past week, at least 12 people were killed in Tehran and eight killed in London by attacks claimed by the Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL).

 

"It's not necessarily bigger, but it's very important," says Gilles Kepel, scholar and author of The Roots of Radicalism. "You cannot shun it, and you can't shun the social factor either, you know."

 

Follow UpFront on Twitter @AJUpFront and Facebook.Source: Al Jazeera News

Les agences de presse et les médias — dont Le Monde — reprenaient alors cette revendication, tant Aamaq incarne aujourd’hui la parole multilingue et l’image de l’EI (en jouant le rôle de prérevendication de ses attaques), même si elle a été créée et présentée, à l’origine, comme un organe prétendument « indépendant », depuis 2014, cette « agence attentats » sert en effet de canal de communication à l’EI.

Certaines revendications récentes de cet organe d’attaques commises sur le sol européen comme aux Philippinesoù les liens entre leurs auteurs et le groupe djihadiste sont loin d’être évidents — interrogent pourtant sur leur nature potentiellement opportuniste.

La mort du fondateur d’Aamaq n’a, à ce jour, été confirmée ni par l’EI ni par la coalition internationale, qui s’est bornée à déclarer à la fin de mai qu’elle avait effectué « une série de raids aériens ciblant l’infrastructure médias de l’EI et ses installations de propagande pour affaiblir la capacité du groupe à inspirer des attaques à l’extérieur ».

COMPTE RENDU Attentat de Londres : comment Aamaq est devenue l’« agence attentats » de l’EI 5 Madjid Zerrouky

» Irak : au moins 50 morts dans une double attaque terroriste

Une demi-douzaine d'hommes ont pris d'assaut un restaurant de Nassiriya, dans le sud-ouest du pays, alors qu'une voiture piégée a explosé quelques kilomètres plus loin. L'attentat, qui a également blessé au moins 80 personnes, a été revendiqué par l'État islamique.

Pour le chercheur Gilles KEPEL , l'organisation terroriste n'a plus besoin de commanditer des attentats. Des électrons libres réalisent ses objectifs "Cet attentat produit le double effet recherché par Daech: l'efficacité d'une grande réussite opérationnelle et un effet de sidération dans la population. Daech, dans la logique de ce que j'appelle «le djihadisme de 3e génération», récupère ainsi le bénéfice de toute l'opération".Oui, car la réalité concrète de ce qu'on appelle Daech se dilue de plus en plus, au fur et à mesure que son territoire, en Syrie et en Irak, se rétracte. Aujourd'hui, il n'y a peut-être même plus de centre de commandement de l'État islamique (EI) à Raqqa. Mais peu importe! 

Dans un INTERVIEW- La spécialiste de l'Irak Myriam Benraad analyse les enjeux et les conséquences du terrible attentat qui a frappé la communauté chiite de Bagdad dimanche. ACTUALITEINTERNATIONAL«Plus l'État islamique perd du territoire, plus il renoue avec l'action clandestine»Mis à jour

 
Pour Alain Frachon  dans sa CHRONIQUE " La défaite du « califat » signera-t-elle la fin de l’Etat islamique ? 21 "Avec la reprise de Rakka et de Mossoul, l’embryon d’Etat qu’est l’EI sera détruit. Mais l’idéologie qui anime son action, le djihadisme sunnite, lui survivra."Que signifiera la perte de Rakka et de Mossoul pour l’organisation d’Al-Baghdadi ? Elle marquera la démantèlement des structures paraétatiques du « califat » : ce début d’administration, de collecte de l’impôt, d’application de la charia, de vente de pétrole – ce qui a fait dire que l’EI était un mouvement terroriste plus riche et plus durable que les autres. Conséquence salutaire : les six millions de personnes qui, de part et d’autre de la frontière, vivent sous la tyrannie de la soldatesque du « calife », seront libres.Il ne faut pas se tromper

Il semble que la perte de territoire par Daech se traduise en recrudescence d'actes de terrorisme… Et un retour a la guerre asymétrique fait d'attentats suicide  Cet attentat nous montre, que, contrairement à ce qu'on avait pu croire en 2014, Bagda et les villes occidentales d n'est pas une enclave sécurisée, et que l'État islamique y est bien implanté.Ainsi Le ramadan 2016 marqué par un nombre record de victimes de l’Etat islamique POST DE BLOG L’attentat d’Istanbul est le dernier d’une longue série d’attaques menées par l’organisation terroriste depuis le 9 juin, en Europe et surtout au Moyen-Orient.

En Syrie, en Irak et en Libye, l'organisation de l'État islamique perd des territoires. Daech affronte une triple offensive sur ses bastions syriens de Manbij et Raqqa, et sur celui de Faloudja en Irak, le sud de la Syrie. A Syrte, en Libye, les brigades loyales au gouvernement d'union nationale ont fait une avancée spectaculaire cette semaine, en entrant dans ce bastion des djihadistes. Bombardé, poussé au sol depuis le sud, l'ouest et l'est de la ville, l'EI est aujourd'hui encerclé.

Syrie : Les derniers attentats arrangent les affaires de Bachar El-Assad tout en répondant aux intérêts de Daech. Quoi qu’il en soit, tout règlement international de la crise syrienne nuirait finalement aux deux. courrier international Publié le Car la situation la plus profitable, aussi bien pour Daech que pour Assad, serait la perpétuation de la situation telle qu’elle est depuis trois ans. Pour les deux, c’était la meilleure garantie de survie puisque l’existence de l’un renforce celle de l’autre.  En attendant, des gens meurent…
 
 
n Visite du roi Salman à Moscou : «Pour Riyad, les Russes font partie de la solution au Levant» Alors que les deux pays s'opposent sur la question syrienne, Salman Al-Saoud est à Moscou pour la première visite officielle d'un roi saoudien en Russie. Pour l'historien Igor Delanoë, la Russie a une carte à jouer pour tenter un rapprochement entre l'Arabie Saoudite et l'Iran
 
Nous sommes à un moment charnière. D'une part, Daech est refoulé et ne semble pas avoir encore bâti une nouvelle stratégie pour réussir sa déterritorialisation. D'autre part, le processus des négociations d'Astana[capitale du Kazakhstan, ndlr] est arrivé à maturation et n'a plus vocation à produire de nouvelles zones de désescalade
 

Face à ces revers, Daech a commencé à mettre en place une «stratégie de survie». Celle-ci consiste à disperser ses troupes en une multitude de cellules clandestines, dissimulées au sein des populations sunnites irakienne et syrienneVIDÉO - Le climat de violences qui pèse sur le pays remet en cause la construction du corridor énergétique et routier destiné à relier la province chinoise et orientale du Xinjiang au port de Gwadar, sur la mer d'Arabie.

Face à la violence, notre société ne veut voir que la marginalité. Le djihadisme serait ainsi un sous produit de la délinquance, de la frustration, voire une forme de folie. Ce refus de prendre au mot les djihadistes signe le vide abyssal des réponses à ce phénomène mondial et nous empêche de voir que notre post modernité, liquidatrice du sacré, du tragique et donc de la mort alimente en retour cette expansion. L'incapacité à penser la dimension religieuse du phénomène en l'évacuant ou en la minorant a ceci de tragique qu'elle s'accompagne simultanément d'un discours normatif sur la religion musulmane, à l'aune de nos valeurs post modernes. Dans la peur panique qui suit chaque attentat en France, il est une priorité: déclarer que ces actes «n'ont rien à voir avec l'islam». En niant la singularité de l'engagement des djihadistes, il s'agit d'en faire des produits de la modernité. Des hommes ordinaires en somme, aussi dépravés que nous. Ainsi la violence ne peut être que marginale, le fait de «loups solitaires», parce qu'il est impensable que l'Autre ne puisse adhérer à notre système de valeurs dont le cœur est précisément la relativité de toute valeur! Si tout se vaut, si rien ne compte, si l'avenir radieux de l'humanité se limite à une fusion dans le grand tout consumériste et cool, alors quand le «barbare» fait irruption, y compris en notre sein, nous sommes incapables de le nommer. Nommer l'ennemi c'est précisément définir ce qui nous distingue, ce qui nous discrimine, c'est tracer une frontière, une limite même normative, c'est s'affirmer contre, toutes choses auxquelles la culture contemporaine a décidé de renoncer…

Toutes les évolutions géopolitiques depuis quinze ans démentent la fable de la fin de l'Histoire et de l'intégration du village planétaire.

 


Dieu Jésus et compagnie - Caljbeut : Arte Génération djihad 28 06 2016
 

 

A lire: Daech, vers un retour à la clandestinité , » «Daech va revenir au bercail, en Afghanistan» Pour le chercheur Karim Pakzad, la défaite de Daech en Irak et en Syrie provoquera une migration du groupe terroriste vers la région afghane.

Combattants solitaires de Daesch Créé le lundi 04 juillet 2016, 29/07/2016 L'histoire sans fin contre le terrorisme,  n Afghanistan, le prix de la vengeanceCréé le samedi 27 juin 2015, Daech, naissance d'un Etat terroriste Créé le samedi 27 juin 2015, 24/07/2016 Afghanistan, le prix de la vengeance

[PDF]Explaining the appeal of Islamic radicals - eScholarship


Qu'est-ce qu'un terroriste ? , ‘Dangerous precedent’

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu